Les remontées mécaniques appelées à rejoindre le mouvement contre la réforme des retraites

Publié le 24/01/2023 - 17:49
Mis à jour le 28/01/2023 - 19:26

FO et la CGT ont déposé un préavis de grève pour le 31 janvier, nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle contre la réforme des retraites.

Illustration  © D Poirier
Illustration © D Poirier

La CGT et Force ouvrière, les deux principaux syndicats de salariés des remontées mécaniques, ont déposé lundi 23 janvier un préavis de grève pour le 31 janvier. Ils appellent ainsi les salariés de ce secteur à rejoindre le mouvement national contre le projet de réforme des retraites, mais protestent aussi contre la modification du régime d'assurance-chômage des saisonniers. Bien qu'"illimité", ce préavis de grève ne signifie pas que les employés des remontées mécaniques ne reprendront pas le travail au terme de cette journée, a précisé à l'AFP Éric Becker, secrétaire général FO des remontées mécaniques et saisonniers.

Selon ce dernier, la CGT a elle aussi déposé son propre préavis, mais le syndicat n'était pas joignable dans l'immédiat. À eux deux, les syndicats ont obtenu près de 100 % des voix aux dernières élections sur le secteur des remontées mécaniques qui fait travailler quelque 17 000 saisonniers en France.

"La seule façon d'être entendus par le gouvernement"

"Les remontées fonctionneront normalement à partir du lendemain : nous ne voulons pas fragiliser encore des entreprises déjà en difficulté", a indiqué Éric Becker. "Ce préavis illimité" vise, selon lui, à respecter les délais légaux pour "permettre aux saisonniers de participer à la prochaine journée de mobilisation contre la réforme des retraites, qui devrait être décidée pour un jour de février".

La grève du 31 janvier est aussi pour les saisonniers "la seule façon d'être entendus par le gouvernement, alors que cela fait des mois que nous dénonçons la précarisation qu'ils vivent, avec la réforme de leur système d'assurance-chômage", a expliqué M. Becker. "Nous n'arrivons plus à recruter, tellement cette réforme a pénalisé les saisonniers", dont les indemnités chômage sont parfois divisées par deux, a-t-il déploré. "On nous dit que nous prenons les vacanciers en otage, mais ce sont les saisonniers qui le sont."

Depuis le 1er décembre 2021, la durée minimale de travail pour recharger les droits à l'allocation-chômage des saisonniers est de six mois sur les 24 derniers mois pour au moins six mois d'indemnisation. Auparavant, il ne fallait que 4 mois sur les 24 derniers mois pour recharger des droits pour 4 mois.

Selon une étude d'impact de l'Unédic, ce passage à 6 mois devait conduire, au cours de la première année d'application, à retarder l'ouverture de droits à 475 000 personnes, notamment des jeunes ou des saisonniers qui multiplient les contrats courts. Depuis son entrée en vigueur, nombre d'entre eux se sont reconvertis ou sédentarisés, alors même que les saisonniers du tourisme font partie des métiers les plus recherchés, selon Pôle emploi.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Renouvellement de congé de présence parentale : les règles s’assouplissent

Pour les salariés du secteur privé comme pour les agents de la fonction publique, titulaires ou non, il est désormais plus simple de renouveler, avant son terme, un congé de présence parentale ainsi que le droit de bénéficier de l'allocation journalière de présence parentale (AJPP). Cela fait suite à un décret publié au Journal officiel le 4 février 2024, annonce service-public.fr.

Guerre à Gaza : un rassemblement pour boycotter Carrefour à Ecole-Valentin

Une dizaine de personnes se sont rassemblées devant Carrefour à Ecole-Valentin samedi 17 février 2024 vers 10h00 à l’occasion de la "journée nationale d’action #BoycottCarrefour" lancée par la campagne BDS (Boycott désinvestissement sanctions) en France. L’enseigne est accusée d’être "complice et bénéficiaire de la colonisation illégale de la Palestine".

La confédération paysanne appelle à poursuivre la mobilisation

Faute de réponse sur le revenu paysan, le syndicat de la confédération paysanne de Bourgogne-Franche-Comté appelle à une poursuite de la mobilisation, apprend-on vendredi 2 février 2024. Pour rappel, les syndicats majoritaires FNSEA et Jeunes agriculteurs ont, eux, appelés jeudi à suspendre les blocages suite aux annonces du Premier ministre.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.41
couvert
le 21/02 à 0h00
Vent
1.37 m/s
Pression
1029 hPa
Humidité
90 %