Dijon, capitale "provisoire" de la Bourgogne Franche-Comté

Publié le 31/07/2015 - 14:53
Mis à jour le 31/07/2015 - 16:54

Dijon a donc sans grande surprise été choisie comme capitale de la future grande région "Bourgogne Franche-Comté" suite aux décisions prises ce vendredi 31 juillet 2015 en Conseil des ministres sur la nouvelle organisation territoriale. Une décision que le futur conseil régional de la grande région devra entériner avant le 1er octobre 2016.

PUBLICITÉ

Tout comme Lille et Rouen, Lille, Dijon a été choisie ce vendredi matin comme future capitale régionale à compter du 1er janvier 2016, date à laquelle entrera en vigueur le redécoupage territorial.

Outre ces trois villes sur lesquelles demeurait une petite incertitude, Lyon, Toulouse et Bordeaux ont été confirmées comme capitales des nouvelles régions, selon le compte-rendu du Conseil des ministres. Le choix de Strasbourg avait déjà été fixé par la loi.  Par ailleurs, neuf postes de préfets sont supprimés.

Une liste des capitales toujours « provisoire »

Sur le papier, cette liste est toutefois encore provisoire, les chefs-lieux définitifs devant être fixés « avant le 1er octobre 2016, après avis des conseils régionaux issus du renouvellement de fin 2015″.

Six autres régions, qui n’ont pas été modifiées lors du passage 22 à 13 régions en métropole, conservent leurs chefs-lieux historiques. Par ailleurs, « la réforme fait disparaître 9 postes de préfets de région et de directeurs généraux d’agence régionales de santé et 63 postes de directeurs régionaux des administrations de l’État, ainsi que leurs états-majors ».

« Dans chaque région fusionnée, il y aura l’an prochain un seul préfet de région, un seul recteur de région académique, un seul directeur général d’agence régionale de santé et un seul directeur régional pour chaque réseau ministériel », précise le gouvernement dans le compte-rendu du Conseil.

Issues des directions actuelles, « les futures directions régionales seront implantées sur les sites existants qui seront maintenus ».

Selon le gouvernement, la nouvelle organisation doit permettre de limiter la mobilité géographique des fonctionnaires territoriaux, qui devrait concerner « de l’ordre de 1.000 agents sur les trois années de mise en oeuvre de la réforme », sur un total de 27.000 agents de l’État en fonction dans les régions.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

Alors que nous apprenions ce mercredi 10 juillet 2019 vers 22h16 l'officialisation de l'investiture d'Eric Alauzet par le bureau exécutif La République En Marche, le ton est monté à Paris, selon Le Parisien, qui relate les propos tenus par la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes…

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Après l'annonce officielle de son investiture ce mercredi 10 juillet 2019 dans la soirée , le candidat officiel d'En Marche à Besançon a réagi sur sa  page Facebook. Éric Alauzet a dévoilé une des quatre priorités issues de sa consultation auprès des Bisontins : la santé.

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Dans une lettre aux Bisontins, le candidat socialiste, place publique société civile, a souhaité faire part de ses priorités : transition écologique, qualité de vie pour tous et attractivité de Besançon et de sa communauté urbaine. Au-delà, Nicolas Bodin souhaite "ouvrir la voie vers de nouvelles méthodes de gouvernance plus ouvertes et inclusives".

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Le nom du candidat désigné  par En Marche pour les municipales devait être annoncé ce lundi 1er juillet lors de la seconde vague d'investiture. Mais LREM a fait un pas en arrière et a repoussé l'annonce au 10 juillet. En coulisses, le nom d'Éric Alauzet revient avec force et insistance. Alexandra Cordier quant à elle ne souhaite pas commenter l'imbroglio politique bisontin dans l'attente de la décision du bureau exécutif. Difficile de savoir si le match se joue encore...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 24.23
nuageux
le 18/07 à 9h00
Vent
2.48 m/s
Pression
1013.98 hPa
Humidité
61 %

Sondage