Dijon, le pôle métropolitain centre Franche-Comté veut travailler avec toi !

Publié le 22/02/2018 - 09:39
Mis à jour le 12/04/2019 - 13:41

Les agglomérations du Pôle métropolitain centre Franche-Comté ont affirmé leur détermination à porter "un modèle d'aménagement du territoire capable de concilier développement et cohésion régionale" vendredi 16 février 2018. Les maires, présidents d'agglomération et député réunis autour de la table appellent également Dijon et les communes de Bourgogne à se joindre au pôle "pour être ensemble et efficace" suite à la fusion des régions… 

Autour de la table vendredi 16 février : Jean-Louis Fousseret, président du Grand Besançon, Alain Chrétien, président de Vesoul agglomération, Jean-Pascal Fichère, président du Grand Dole, Patrick Elvezi, président de Lons agglomération, Jean-Marie Sermier, député du Jura et Charles Demouge, président du pôle métropolitain Nord Franche-Comté. Annie Genevard, députée du Doubs, n'a pas pu être présente.

"Une structure efficace et très légère, sans mille-feuille administratif"

Rassemblées depuis 2012 (excepté le pôle métropolitain Nord Franche-Comté arrivé en 2018), ces agglomérations ont créé "une structure efficace et très légère, sans mille-feuille administratif", précise Jean-Louis Fousseret, "nous sommes des élus passionnés qui veulent mettre leurs forces au développement de la grande région". A travers la création de ce pôle franc-comtois, les agglomérations membres ont mis en oeuvre le volet urbain des fonds européens et montent également des projets inter-territoriaux comme la création d'un espace de travail partagé porteur de nouvelles formes d'emplois ou encore un réseau d'information touristique numérique.

Validé par Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté, le pôle franc-comtois souhaite se développer avec Dijon et d'autres communes bourguignonnes, mais ce n'est pas gagné...

"On est au point mort avec Dijon"

Lors de la création du pôle métropolitain centre Franche-Comté, les élus de cette partie de la grande région avaient invité Dijon à se joindre à eux. "Depuis 2013, on est au point mort avec Dijon, mais ça reste toujours d'actualité, mais je garde la main tendu parce qu'on ne peut pas se développer sans être ensemble", précise Jean-Louis Fousseret.

Alain Chrétien ajoute qu’"'il y a plein d'autres villes moyennes de Bourgogne qui sont intéressées par un travail commun. (…) On n'est pas des concurrents."

Le député du Jura Jean-Marie Sermier a également déclaré qu'"aucun territoire n'a réussi seul. Quand les élus se mettent ensemble, tout s'irrigue." 

Dijon, "on veut travailler ensemble" 

Les élus présents ont constaté depuis la fusion des régions Bourgogne et Franche-Comté "une difficulté à enclencher une dynamique qui permette de valoriser ensemble les ressources des différents territoires".

Selon eux, "la réussite exige que se tisse un maillage urbain et métropolitain solide pour créer un effet d'entrainement sur l'ensemble de la nouvelle région, avec les autres agglomérations et les autres pôles métropolitains."

C'est pourquoi, malgré leurs orientations politiques différentes, Jean-Louis Fousseret (En marche), Alain Chrétien (Les Républicains), Jean-Pascal Fichère (LR), Patrick Elvezi (LR); Jean-Marie Sermier (LR) et Charles Demouge (LR) s'adressent à la nouvelle métropole Dijon et son maire François Rebsamen pour dire "On veut travailler ensemble" et affirmer que "cette démarche – de créer un pôle multipolaire (ndlr) - est la bonne".

Infos +

Patrick Elvezi, président de l'agglomération de Lons-le-Saunier a évoqué la campagne publicitaire de la Ville de Dijon sont le slogan est "Just Dijon" en ajoutant "je ne comprends pas". Jean-Louis Fousseret a rétorqué avec le sourire : "nous, c'est all together !"

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Allégement du confinement : ce qu'il faut retenir de l'allocution présidentielle...

Trois phases • Saluant la mobilisation de la population, Emmanuel Macron a desserré l'étau du confinement  s'est félicité que la circulation du virus ait été "freinée", mais le Covid-19 "demeure très présent" en France comme dans le reste de l'Europe. De ce fait, Emmanuel Macron a annoncé que l'allègement des restrictions ne se ferait pas du jour au lendemain mais en trois phases jusqu'au 20 janvier. Sa mise en oeuvre dépendra de l'évolution de l'épidémie, a-t-il averti.

Commerces, vacances de Noël… Quelles mesures Emmanuel Macron devrait-il annoncer mardi soir ?

Le chef de l'Etat s'exprimera lors d'une allocution mardi 24 novembre 2020 à 20h pour annoncer le "cap" de ces prochaines semaines, de ces prochains mois et les premières mesures "d'allègement des contraintes" qui devraient prendre effet à partir du 1er décembre. Quelles seront-elles ?

Région Bourgogne Franche-Comté : 126 M€ en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires

Réunis en commission permanente, vendredi 20 novembre 2020, les élus régionaux ont voté près de 126 millions d’euros d’aides en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires. Une partie de ces crédits concerne le Plan d’accélération de l’investissement régional mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de Covid-19.

La loi Recherche définitivement adoptée au Parlement

Face au risque de "décrochage" de la recherche française, le Parlement a définitivement adopté ce vendredi 20 novembre 2020 le projet de loi de programmation (LPR), "un investissement historique" selon le gouvernement confronté à la défiance accrue de la communauté universitaire et scientifique. Fannette Charvier, députée du Doubs se félicite de cette décision (elle avait été désignée responsable de ce texte pour le groupe LaREM).
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.22
ciel dégagé
le 28/11 à 3h00
Vent
1.34 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
82 %

Sondage