Élisabeth Borne présente son plan pour lutter contre le sentiment d’abandon en zone rurale

Publié le 15/06/2023 - 11:02
Mis à jour le 15/06/2023 - 11:07

Ce jeudi 15 juin 2023, la première ministre Élisabeth Borne détaillera, ce jeudi dans la Vienne, les mesures du plan "France ruralités" dont certaines ont déjà été dévoilé la veille par Matignon. Ce plan vise à améliorer le quotidien des habitants des zones rurales où prédomine parfois un sentiment d’abandon de l’État.

 © Assemblée nationale
© Assemblée nationale

Aides techniques pour développer les projets dans les villages, financements pour encourager les maires à protéger leurs espaces naturels : le gouvernement a dévoilé mercredi une série de mesures du plan France ruralités.

Ce plan est l'aboutissement "d'un an de travail partenarial particulièrement intense centré sur l'enjeu de l'équité territoriale", soit "comment on assure à tous les territoires et en particulier les territoires ruraux les mêmes opportunités", a expliqué Matignon lors d'un point presse.

Pour répondre aux enjeux spécifiques au monde rural, qui représente 22 millions d'habitants et 90% de la superficie de l’Hexagone, quatre axes ont été définis.

Favoriser la transition écologique 

Un programme "Villages d'avenir" sera lancé pour aider les petites communes à mener à bien leurs projets, à l'instar des programmes de "revitalisation" des centres-villes comme "Action coeur de ville". Et 100 chefs de projets "ingénierie" seront déployés dans les préfectures.

Parmi les mesures très attendues, les villages seront rémunérés grâce à une dotation "biodiversité" qui sera portée de 42 millions d'euros "à plus de 100 millions d'euros" afin de protéger les "aménités rurales", à savoir des espaces naturels protégés (parcs naturels), mais aussi des espaces n'ayant aujourd'hui aucune valeur marchande (forêts, étangs) pour les communes. Les territoires ruraux "représentent des enjeux extrêmement importants en termes de puits de carbone, de transition agricole, de production d'énergies renouvelables", a commenté Matignon.

Un "sentiment d’abandon"

France ruralités prévoit également un plan d'action pour améliorer le quotidien des habitants et lutter contre un sentiment d'abandon de l'État, après des années de politique en faveur des grandes métropoles.

Côté transports, un fonds de 90 millions d'euros sur trois ans permettra d'aider les collectivités à déployer des services de mobilité "innovants et solidaires" pour que les gens "soient moins dépendants de leur voiture".

Lancement de 100 médicaux-bus

Concernant l'accès aux soins, l'une des premières préoccupations d'un monde rural particulièrement touché par les déserts médicaux, le gouvernement va lancer 100 "médico-bus" dotés de spécialistes, notamment des gynécologues, là "où il est le plus difficile d'accéder" aux soins.

Dernier axe : le dispositif des zones de revitalisation rurale (ZRR) - qui permet aux entreprises, collectivités, etc. en zone rurale de bénéficier d'exonérations fiscales et sociales - sera pérennisé. Sa cartographie sera réformée pour toucher les communes les plus fragiles.

(avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Élections européennes du 9 juin 2024 : modalités pour s’inscrire et voter

Le 9 juin 2024, les Français en âge de voter et les ressortissants d’un État-membre de l’Union européenne résidant en France seront appelés à voter pour l’élection des représentants de la France au Parlement européen. Comment s'inscrire sur les listes électorales et voter ?

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national ont, à leur tour, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.79
légère pluie
le 18/04 à 3h00
Vent
2 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
92 %