Suivez en direct l'allocution d'Emmanuel Macron...

Publié le 09/07/2021 - 17:27
Mis à jour le 12/07/2021 - 19:58

Emmanuel Macron s’adressera aux Français ce lundi 12 juillet 2021 à 20h00 pour présenter des mesures contre le variant Delta du Covid-19 dont la progression contrarie la relance et les « jours heureux » du déconfinement.

Le chef de l'Etat "parlera de la situation sanitaire et de son évolution" et "de l'importance de la vaccination", selon son entourage, alors que le Conseil scientifique pousse à la rendre obligatoire pour certaines professions, dont les soignants. Il évoquera aussi "la bonne santé de l'économie française et l'importance de la relance".

L'objectif premier de son intervention était de définir le cap pour les dix derniers mois du quinquennat, en particulier sur les réformes comme celle des retraites. Mais il devrait surtout détailler les mesures validées en Conseil de défense, prévu à 10H00, sur une éventuelle obligation vaccinale pour les soignants ou une extension du pass sanitaire.

Pour le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Clément Beaune, si la vaccination obligatoire "était une option" jusqu'ici, "aujourd'hui, c'est une hypothèse très probable et légitime", a-t-il affirmé dimanche dans le "Grand Rendez-vous" Europe 1/CNews/Les Echos.

  • Le gouvernement planche sur un projet de loi reprenant les nouvelles mesures, qui pourrait être adopté avant la fin juillet.

Cette allocution intervient deux mois et demi après son annonce du calendrier de déconfinement dans un entretien à la presse quotidienne régionale. "Je ne suis pas sûr que l'été va être gâché. Mais il ne faut pas être grand clerc pour voir que ça va se tendre en août", confie un poids lourd du gouvernement.

Si la pression hospitalière baisse avec 947 personnes en soins critiques, la tendance est à la hausse des contaminations, avec 4.256 nouveaux cas enregistrés dimanche, contre 2.549 il y a une semaine. Elles pourraient monter "au-dessus de 20.000 début août si nous n'agissons pas", a mis en garde le ministre de la Santé Olivier Véran dimanche sur radio J.

Pour autant, la situation est "différente" par rapport au début d'année parce qu'"on a un vaccin", qui protège à 95 % des formes graves du variant Delta, a rappelé Clément Beaune.

Pour faciliter la vaccination des fonctionnaires, la ministre Amélie de Montchalin va demander lundi aux préfets d'ouvrir des "barnums" devant préfectures, directions départementales et régionales.

Un pass vaccinal pour accéder aux restaurants, activités culturelles ou sportives ?

Romain Colas, vice-président PS de l'association des petites villes de France, veut donner l'exemple dans sa ville de Boussy-Saint-Antoine (Essonne). Il lance lundi une campagne d'affichage avec son visage et des slogans comme "Je suis vacciné, et vous ?".

D'autres mesures pourraient également être prises pour contrôler les voyages avec les pays où la situation se détériore comme l'Espagne ou le Portugal, et pour abaisser les jauges pour les événements soumis à un pass sanitaire, comme le recommande le Conseil scientifique.

Ce dernier suggère également des "restrictions" dans les territoires les plus touchés, "y compris en juillet et août et dans des zones de vacances". Il évoque aussi la possibilité d'un pass vaccinal pour accéder aux restaurants, activités culturelles ou sportives.

Dans son allocution, Emmanuel Macron, qui reçoit lundi les acteurs de la filière automobile, compte aussi insister sur la reprise économique et le plan de relance de 100 milliards d'euros, dont le déploiement doit "s'accélérer", selon le Premier ministre Jean Castex.

"De fait, le variant delta change beaucoup la donne et vient percuter l'agenda social, quelles qu'aient pu être les velléités réformatrices du président", selon un ministre.

Le patron des députés LREM Christophe Castaner a estimé qu'il y avait "trop d'incertitudes" pour qu'un projet de loi sur la réforme des retraites soit présenté à la rentrée.

Mais pour le patron du MoDem François Bayrou, la réforme des retraites n'aura pas lieu avant la présidentielle.

Le président pourra mesurer l'écho de son intervention auprès des siens, en recevant ensuite à l'Elysée les parlementaires de la majorité pour marquer la fin de la session. Beaucoup attendent un moment de "communion" et de "remobilisation" pour 2022 après la cinglante défaite aux régionales.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.55
légère pluie
le 16/04 à 9h00
Vent
5.42 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
87 %