Emplois menacés chez Parisot : 200 salariés cessent le travail

Publié le 02/10/2019 - 09:32
Mis à jour le 02/10/2019 - 09:32

Près de 200 salariés du fabricant de meubles Parisot, en redressement judiciaire depuis juin, ont cessé le travail ce mardi 1er octobre 2019 pour protester contre la menace de suppression de 127 emplois à Saint-Loup-sur-Semouse (Haute-Saône), a indiqué la CGT.

@parisot instagram ©
@parisot instagram ©

La direction de Parisot SAS avait confirmé son intention de supprimer 127 des 470 emplois que compte son site de Saint-Loup-sur-Semouse, mardi lors d'une réunion du comité social et économique, a rappelé Philippe Brochère, délégué CGT du site franc-comtois.

"La réunion s'est plutôt bien passée. On espère pouvoir sauver des emplois avec notamment des mutations sur d'autres sites du groupe", a-t-il ajouté. Mardi, de 10H00 à 16H30, près de 200 salariés du site ont cessé le travail. Ils se sont rassemblés à l'entrée du site et ont commencé à "brûler des palettes de bois" pour protester contre ce plan social et montrer leur "détermination", a expliqué M. Brochère. D'après lui, la direction est venue à la rencontre des salariés pour discuter.

"aucune offre de reprise n'a à ce jour été présentée"

L'annonce de ce plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) avait été faite mardi en interne par la direction. "Malgré l'amélioration des résultats de la société, ces derniers demeurent négatifs. Le marché du meuble reste compliqué et le carnet de commandes est inférieur à nos prévisions", avait expliqué l'actuelle direction dans un communiqué interne cité par France 3 Bourgogne/Franche-Comté.

"Des repreneurs ont été recherchés, mais aucune offre de reprise n'a à ce jour été présentée par des repreneurs potentiels", avait-elle poursuivi. Parisot SAS avait été placé en juin en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Dijon, qui examinera la mesure le 11 octobre à 9H00, selon la CGT. "Leader français de la fabrication de meubles en kit", Parisot SAS a été fondé en 1936 par Jacques Parisot, le grand-père de l'ex-présidente du Medef, Laurence Parisot.

Le site de Haute-Saône est une filiale de P3G Participations qui détient aussi P3G Industries, des entités qui ne sont toutefois pas concernées par la procédure de redressement judiciaire.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Chômage en Bourgogne-Franche-Comté : baisse du nombre de demandeurs d’emploi de 3,1 % sur un an

La Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (Dreets) et la préfecture de la Région Bourgogne Franche-Comté ont publié les derniers chiffres du chômage au deuxième trimestre 2021. On constate une baisse du nombre de demandeurs d'emploi dans les catégories A, B et C de 2,3 % sur le trimestre et de 3,1% sur un an.

Installation de l’OVI à Dijon : « une victoire collective » pour Marie-Guite Dufay

Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, se réjouit que Dijon soit retenue pour accueillir le siège de l’Organisation internationale de la vigne et du vin. Cette décision a été officialisée ce lundi 25 octobre 2021 en présence du secrétaire d'État au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne.

SIS recherche un agent de sécurité (H/F)

OFFRE D'EMPLOI • Entreprise spécialisée dans la production d’articles de maroquinerie, SIS apporte son savoir-faire et son expertise du travail du cuir à ses clients partenaires, présents sur les secteurs de la maroquinerie et de l’horlogerie. L’entreprise familiale a vu son effectif passé de 300 à 1 000 collaborateurs en 9 années, pour un CA de 60 millions d’euros.

Présidentielle 2022 : la Cour des comptes veut faire entendre sa voix avant la présidentielle

Inédites dans leur format - une quinzaine de pages - ces notes se veulent "synthétiques et pédagogiques", et s'inscrivent dans la stratégie de "modernisation" de la Cour, a défendu son premier président Pierre Moscovici, lors d'une présentation à la presse. La Cour veut ainsi se positionner "en amont des grands débats démocratiques", à six mois des élections présidentielle et législatives.

Rachat de Flowbird (ex-Parkeon) : la maire de Besançon à la rencontre des salariés bisontins

Pour la cinquième fois en moins de 20 ans, la société française Flowbird (ex-Parkeon) va être rachetée pour plusieurs millions d'euros. A Besançon, il s'agit du premier employeur privé. Les salariés, inquiets, ne savent pas encore les conditions de ce rachat. Ils se sont rassemblés une nouvelle fois devant l'entreprise ce jeudi matin. La maire Anne Vignot a rencontré les représentants syndicaux.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.5
ciel dégagé
le 28/10 à 12h00
Vent
0.91 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
58 %

Sondage