Emplois menacés chez Parisot : 200 salariés cessent le travail

Publié le 02/10/2019 - 09:32
Mis à jour le 02/10/2019 - 09:32

Près de 200 salariés du fabricant de meubles Parisot, en redressement judiciaire depuis juin, ont cessé le travail ce mardi 1er octobre 2019 pour protester contre la menace de suppression de 127 emplois à Saint-Loup-sur-Semouse (Haute-Saône), a indiqué la CGT.

meuble parisot
@parisot instagram
PUBLICITÉ

La direction de Parisot SAS avait confirmé son intention de supprimer 127 des 470 emplois que compte son site de Saint-Loup-sur-Semouse, mardi lors d’une réunion du comité social et économique, a rappelé Philippe Brochère, délégué CGT du site franc-comtois.

« La réunion s’est plutôt bien passée. On espère pouvoir sauver des emplois avec notamment des mutations sur d’autres sites du groupe », a-t-il ajouté. Mardi, de 10H00 à 16H30, près de 200 salariés du site ont cessé le travail. Ils se sont rassemblés à l’entrée du site et ont commencé à « brûler des palettes de bois » pour protester contre ce plan social et montrer leur « détermination », a expliqué M. Brochère. D’après lui, la direction est venue à la rencontre des salariés pour discuter.

« aucune offre de reprise n’a à ce jour été présentée »

L’annonce de ce plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) avait été faite mardi en interne par la direction. « Malgré l’amélioration des résultats de la société, ces derniers demeurent négatifs. Le marché du meuble reste compliqué et le carnet de commandes est inférieur à nos prévisions », avait expliqué l’actuelle direction dans un communiqué interne cité par France 3 Bourgogne/Franche-Comté.

« Des repreneurs ont été recherchés, mais aucune offre de reprise n’a à ce jour été présentée par des repreneurs potentiels », avait-elle poursuivi. Parisot SAS avait été placé en juin en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Dijon, qui examinera la mesure le 11 octobre à 9H00, selon la CGT. « Leader français de la fabrication de meubles en kit », Parisot SAS a été fondé en 1936 par Jacques Parisot, le grand-père de l’ex-présidente du Medef, Laurence Parisot.

Le site de Haute-Saône est une filiale de P3G Participations qui détient aussi P3G Industries, des entités qui ne sont toutefois pas concernées par la procédure de redressement judiciaire.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

ID Soudage, Rue Jouchoux à Besançon pour mieux servir ses clients

ID Soudage, Rue Jouchoux à Besançon pour mieux servir ses clients

Publi-Info • En ouvrant, début octobre, ses nouveaux locaux Rue Jouchoux à Besançon, Nicolas Donard, directeur d’ID Soudage, souhaitait se donner les moyens de mieux servir ses clients. Quoi de plus normal lorsque les solutions proposées à ses clients sont liées à trois univers allant de la soudure au travail du métal, en passant par la sécurité au travail ?

Peugeot accueille à Besançon sa nouvelle star, la 208 et bientôt la e-208

Peugeot accueille à Besançon sa nouvelle star, la 208 et bientôt la e-208

Publi-Info • Il y a quelques jours, Yves Dejean directeur de Peugeot Besançon accueillait près de 500 personnes dans ses locaux pour présenter la toute nouvelle 208, en attendant sa sœur jumelle, électrique, la e-208. Dans les semaines qui viennent les équipes de Peugeot Besançon seront à votre disposition pour vous présenter la star de cette fin d’année.

Micro-brasserie Les2FÛTS : « Intégrer Coopilote a facilité le démarrage de mon entreprise »

Micro-brasserie Les2FÛTS : « Intégrer Coopilote a facilité le démarrage de mon entreprise »

Dans le cadre des rencontres "Bienvenue dans mon entreprise" proposées par Coopilote, coopérative d'entrepreneurs salariés à Besançon, la micro-brasserie Les2FÛTS a ouvert ses portes pour découvrir et échanger autour de leur activité et de l’entrepreneuriat… L'occasion de faire un focus sur cette petite entreprise artisanale bisontine. 

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Le département de Côte-d'Or va envoyer deux bouteilles de Bourgogne au président américain Donald Trump pour tenter de le faire changer d'avis sur les sanctions douanières contre l'Union Européenne, qui doivent viser le vin français, a annoncé son président François Sauvadet le 14 octobre 2019 sur Twitter.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.65
légère pluie
le 21/10 à 12h00
Vent
2.53 m/s
Pression
1020.56 hPa
Humidité
87 %

Sondage