Entarteur de Lyon : la crème chantilly est-elle une arme ?

Publié le 28/04/2012 - 09:31
Mis à jour le 28/04/2012 - 10:07

Le jeune "entarteur" de l'ancien Premier ministre UMP Jean-Pierre Raffarin a contesté vendredi devant la justice que la crème chantilly de sa tarte puisse être considérée comme une arme, affirmant avoir seulement voulu ainsi atteindre symboliquement le président-candidat Nicolas Sarkozy.

chantilly5.jpg
© dr

ce n’est pas de la tarte

PUBLICITÉ

 

« C’est la crème chantilly qui serait considérée comme une arme! », s’est offusqué Me Sylvain Cormier, à sa sortie du bureau du procureur, où son client a été convoqué vendredi matin selon la procédure du « plaider-coupable« , procédure permettant à celui qui reconnaît les faits qui lui sont reprochés d’accepter la sanction proposée par le parquet et d’éviter ainsi un procès.

Sa contestation de toute « violence avec arme », en l’espèce en jetant au visage « une assiette en carton remplie de chantilly » selon sa convocation, entraîne donc une audience au tribunal correctionnel de Lyon, le 30 mai.

Devant les caméras venues le rencontrer dans les couloirs du tribunal de grande instance de Lyon, Romain, étudiant en master d’anthropologie se définissant comme « un penseur libre », explique son geste qui remonte au 24 février dernier comme « un acte politique », de « désacralisation ». « C’est une façon d’attaquer Sarkozy à travers Raffarin » et de dire le « ras-le-bol de la jeunesse », ajoute-t-il, tout en insistant sur la dimension d' »acte humoristique » de son geste.

« Demain, je vais aller entarter personne. Là, je suis un peu sur la sellette », ajoute dans un sourire ce membre du collectif « Al Qaïtarte », qui rassemble une quinzaine d' »activistes subversifs pâtissiers ».

Fondé en 2008 autour d’étudiants en Histoire de l’art à l’université Lyon II, il n’en est pas à sa première action, Romain ayant pour sa part déjà entarté l’artiste Ben.

Lors de la campagne des municipales il y a quatre ans, voulant exprimer leur « ras-le-bol de la démocratie représentative », le collectif s’en était pris à Dominique Perben, semant chantilly et boules puantes dans ses meetings.

A gauche le président PS de Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne, et le maire socialiste de Lyon, Gérard Collomb, ont également subi des entartages.

Romain rêve néanmoins d’une « internationalisation » du collectif « Al Qaïtarte », en symbiose avec les entarteurs belges Maurice Gloup et Noël Godin.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.33
légère pluie
le 18/10 à 18h00
Vent
2.3 m/s
Pression
1013.21 hPa
Humidité
94 %

Sondage