Entrée de Dongfeng et de l'Etat au capital de PSA Peugeot Citroën : les réactions

Publié le 19/02/2014 - 10:07
Mis à jour le 17/04/2019 - 10:24

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et le ministre de l’Economie, député du Doubs, Pierre Moscovici, ont réagi ce mercredi 19 février 2013 à l’annonce de l’entrée du constructeur chinois Dongfeng et de l’Etat français au capital de PSA Peugeot Citroën.

 ©
©

Une "opération stratégique majeure" pour Ayrault

Jean-Marc Ayrault a qualifié mercredi de "majeure", dans un communiqué, l'"opération stratégique" à laquelle s'associe l'Etat en entrant dans le capital de PSA, un "acte de responsabilité" qui appelle "une exemplarité du groupe au bénéfice de l'attractivité et de l'emploi en France."
"C'est une opération stratégique majeure pour le développement du groupe PSA Peugeot Citroën, à laquelle l'Etat s'associe comme partenaire de long terme. C'est aussi un acte de responsabilité de l'Etat vis-à-vis d'une des principales filières industrielles du pays. Il appelle naturellement une
exemplarité du groupe au bénéfice de l'activité et de l'emploi en France", a déclaré le Premier ministre, cité par un communiqué de Matignon.
L'État s'est engagé au capital de PSA à hauteur de 800 millions d'euros, conjointement avec le constructeur chinois Dongfeng, dans le cadre de son augmentation de capital d'un montant global de 3 milliards d'euros. Les deux "sauveurs" du groupe, en difficulté chronique, se retrouveront au même niveau que la famille Peugeot, actionnaire historique, désormais à parité à 14% chacun.

En entrant dans le capital du constructeur automobile, le gouvernement entend participer "activement à sa gouvernance", précise Matignon, avant de rappeler que cette opération doit être soumise à la prochaine Assemblée générale des actionnaires de PSA Peugeot Citroën.

"L'Etat confirme ainsi, à travers l'action de Pierre Moscovici, ministre de l'Economie et des Finances, et d'Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, sa capacité à agir en investisseur, actionnaire et partenaire de référence, pour accompagner le développement de grandes entreprises françaises", ajoute le communiqué.

"Pas de fermeture d'usine en France" de l'Etat pour Moscovici

Le ministre de l'Économie, Pierre Moscovici, a justifié un "investissement avisé et stratégique" de l'État dans PSA, et rappelé l'engagement du constructeur à ce qu'il n'y ait "pas de fermeture d'usine" en France.
"Il y a des engagements qui ont été pris par PSA en France. (...) Il y a un accord industriel qui implique qu'il n'y aura pas de fermeture d'usine, un million de véhicules produits en France d'ici 2016, des investissements à hauteur de 1,5 milliard d'euros et 75% de la recherche et développement de PSA qui va rester en France", a-t-il expliqué sur RTL.
"Ce que nous avons voulu faire, c'est assurer la pérennité de PSA, la solidité financière d'une entreprise qui a connu des difficultés, dans un partenariat qui va ouvrir de nouveaux marchés, notamment le marché chinois", a-t-il ajouté.
"Nous sommes là pour durer, nous sommes un actionnaire stable et qui n'a pas vocation à être dormant. Nous allons défendre les intérêts stratégique de la France", a assuré M. Moscovici.
Un accord, signé fin octobre 2013 entre la direction et des syndicats de PSA, prévoit le maintien des sites du constructeur en France d'ici à 2016 et une augmentation de la production, en échange d'une modération salariale et d'une plus grande flexibilité dans l'organisation du temps de travail.

"Une volonté d’ancrage sur le territoire national" pour Martial Bourquin

Le sénateur-maire PS d'Audincourt Martial Bourquin a estimé que cette intervention étatique est "d’autant plus importante qu’elle se présente comme une volonté d’ancrage sur le territoire national".

Il tient à rappelons que l’entreprise PSA a conservé des implantations françaises substantielles en France avec plus de 44% des actifs sur le territoire contrairement à son principal concurrent Renault. "Les Français sont fortement attachés à cette empreinte nationale et l’Etat doit garantir la poursuite dans cette voie".

"Ce développement au sein du système de la mondialisation devenu inéluctable ne doit pas se traduire par des pertes d’emplois en France ou des fuites de capacités d’innovation. PSA demeure le premier déposant de brevets dans l’Hexagone, ce qui laisse entrevoir toutes les capacités d’évolution de ce groupe", souligne M. Bourquin.

"En tant que parlementaire, je serai extrêmement vigilant à ce que cet accord officiel qui intervient quelques semaines avant la prise de fonction de Monsieur Carlos Tavarès en tant que Président Directeur général du groupe ne remette pas en cause l’emploi en France ainsi que l’engagement pris du maintien de 75% de la Recherche et Développement en France. Une attention toute particulière sera portée au site historique de Sochaux", a-t-il ajouté.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Le sport au service de l’emploi pour recruter autrement à Montbéliard

Après le succès des précédentes éditions qui se sont déroulées sur plusieurs villes de la région, le Comité Olympique Paris 2024, l'Agence Nationale du Sport, la Fédération Française d’Athlétisme et France Travail, ont proposé l’opération "Du stade vers l’emploi" (DSVE) dans sa version "Athlétisme" ce jeudi 13 juin 2024 à Montbéliard. 

Base de loisirs d’Osselle : qui sont les deux chefs bisontins à la tête du nouveau restaurant ?

Suite à un appel d’offres lancé par Grand Besançon Métropole en février dernier pour trouver les gérants du snack et du restaurant de la base de loisirs d’Osselle, le projet de deux chefs bisontins, déjà bien connus, a été retenu. Celui d’Adrien Rognon, gérant de la Pizzeria Piano et de Sylvain Piguet, gérant de LÔ à Besançon.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.98
nuageux
le 15/06 à 21h00
Vent
1.96 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
73 %