Alerte Témoin

Européennes : Moscovici pas candidat "aujourd'hui", mais "n'exclut rien"

Publié le 13/02/2018 - 08:42
Mis à jour le 13/02/2018 - 08:42

Le commissaire européen Pierre Moscovici a indiqué lundi qu'il n'était "pas candidat" aux élections européennes de 2019 "à ce stade", n'excluant pas de l'être "le moment venu".

pierre_moscovici-001.jpg
©roman

"Je vais vous dire une chose, de manière pas du tout subliminale, c'est qu'aujourd'hui je ne suis candidat à rien, que le temps des candidatures n'est pas venu, que ce que je veux faire c'est travailler au bien de l'Europe et au bien de la gauche dans mes fonctions, que pour le reste je n'exclus rien, et je ne prépare rien", a déclaré M. Moscovici, invité de l'émission L'Epreuve de vérité de Public Sénat en partenariat avec l'AFP, Radio Classique et Les Echos.

"On en reparlera le moment venu et le moment est loin d'être venu", a-t-il ajouté. "Ce qui est exact, c'est que je suis toujours un homme de gauche, c'est que je veux réfléchir à l'avenir de l'Europe et de la gauche, que je veux le faire avec mes amis européens", a encore affirmé M. Moscovici.

Plus que d'être la tête de liste française, M. Moscovici semble envisager la position de "Spitzenkandidat" (tête de liste) des sociaux-démocrates européens, tremplin pour prétendre à la présidence de la commission européenne.

"La présidence de la commission européenne passe à mon avis (...) par une candidature aux élections européennes. Pourquoi ? parce que je crois beaucoup moi au principe de ce qu'on appelle des Spitzenkandidat, des têtes de liste des grands partis politiques européens. Je pense que le débat doit avoir lieu en Europe, devant les Européens", a-t-il déclaré.

"Il faut bien que la famille sociale-démocrate ait un candidat qui se présente devant les Européens", a dit M. Moscovici, en soulignant avoir rencontré récemment pour en discuter les premiers ministres grec et portugais Alexis Tsipras et Antonio Costa. Pour M. Moscovici, le futur président de la commission européenne sera à la tête d'une "coalition, parce qu'il n'y aura pas de majorité".

S'il n'est pas candidat "à ce stade", cela n'a pas empêché le commissaire européen de critiquer sévèrement Benoît Hamon et Yanis Varoufakis, qui veulent faire campagne ensemble pour les européennes.

"La vérité c'est que les six mois que (Yanis) Varoufakis a passé au ministère des Finances de la Grèce ont ruiné le pays (..) En Grèce on ne lui dit pas merci !", a lancé M. Moscovici, parlant aussi de la "politique de gribouille à la Varoufakis-Hamon".

"Que peut faire la gauche sociale-démocrate ? La gauche sociale-démocrate il faut qu'elle ait une conviction européenne ancrée, qu'elle soit ultra européenne -donc qu'elle ne laisse pas l'Europe comme la propriété de la droite et du centre- et il faut qu'elle soit aussi vraiment de gauche, et qu'elle ne laisse pas la gauche aux nationalistes. Jean-Luc Mélenchon aujourd'hui, c'est un homme de gauche nationaliste. Benoît Hamon, son programme est un programme d'illusion pro-européenne et de réalité de déclin", a-t-il souligné.

Interrogé sur la campagne qui agite actuellement le PS pour le poste de premier secrétaire, l'ancien ministre du Budget a répondu ne pas être un "acteur du congrès". Lundi matin sur France 2, il avait exprimé sa "sympathie" pour Olivier Faure, candidat à la tête du Parti socialiste français, jugeant que Stéphane Le Foll, qui brigue le même poste, "c'est du brutal".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Éric Alauzet demande au maire de Besançon d’organiser une rentrée pour « tous les niveaux »

Déconfinement • Le conseiller municipal et candidat à la mairie de Besançon souhaite que l'ensemble des petits Bisontins puisse "même partiellement" retrouver le chemin de l'école au moment ou le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, s'est déclaré favorable à des règles moins strictes à l'école d'ici fin juin.

Ludovic Fagaut : pour une vi(ll)e « plus durable » et une « écologie du bon sens »

Le candidat LR Ludovic Fagaut a choisi la journée internationale de l'environnement et s'est installé sur le toit de l'espace coworking l'Épicerie, place de la Révolution pour présenter son programme écologique. Face la candidate Anne Vignot (EELV - PS - PC - Génération.s), il a égrainé quelques une de ses idées : de "Terra Vesontio" aux Vaîtes à la promotion des producteurs locaux, mais également des 30.000 arbres plantés au doublement du nombre de kilomètres de voies cyclables.

Le Sénat vote d’une proposition de loi pour « faciliter les procurations pour lutter contre l’abstention »

Le Sénat a adopté mardi 2 juin 2020 la proposition de loi de Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort, tendant à sécuriser l’établissement des procurations électorales et l’organisation du second tour des élections municipales de juin 2020.

Municipale 2020 : la victoire de Ludovic Fagaut « semble possible » selon Jean-Philippe Allenbach

Le candidat du Mouvement Franche-Comté au premier tour de l'élection municipale à Besançon Jean-Philippe Allenbach, qui avait tenté de rassembler les listes des Républicains et de La République en marche la semaine dernière, n'a pas réussi son coup. Selon lui, voter pour Eric Alauzet au second tour "revient donc à tout simplement gaspiller sa voix" tandis que "la victoire semble possible" pour Ludovic Fagaut.

Liste identique pour Anne Vignot et campagne "sobre"

Municipale Besançon • Arrivée en tête au soir du 15 mars 2020, Anne Vignot  mène la liste "Besançon par nature" (EELV - PS - PC - Génération.s). Elle  sera face à Ludovic Fagaut et Éric Alauzet pour une triangulaire au second tour de l'élection municipale du 28 juin. La liste, identique à celle du premier tour, a été confirmée à la préfecture du Doubs vendredi dernier...

Ludovic Fagaut confirme sa liste « Besançon Maintenant ! » : ce sera une triangulaire

Ce sera donc une triangulaire. Arrivé en seconde position derrière Anne Vignot (EELV - PS - PC Génération.s) avec 23,59% des suffrages exprimés et 1.900 voix d'écart, le LR Ludovic Fagaut a déposé sa liste "Besançon Maintenant" pour le second tour du 28 juin. Il n'y aura donc pas d'alliance avec Éric Alauzet. Les Bisontins devront choisir entre trois listes.

Second tour des municipales : mode d’emploi

Un second tour est nécessaire dans 15 % des communes en France. Si tout va bien, les électeurs de près de 5.000 communes françaises seront invités à voter le dimanche 28 juin 2020 pour ce deuxième tour des élections municipales qui auraient dû se tenir le 22 mars si le Coronavirus n'était pas passé par là. Comment cela va-t-il s'organiser ? Réponses à toutes vos questions…
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.91
légère pluie
le 07/06 à 12h00
Vent
2.45 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
34 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune