Européennes : Moscovici pas candidat "aujourd'hui", mais "n'exclut rien"

Publié le 13/02/2018 - 08:42
Mis à jour le 13/02/2018 - 08:42

Le commissaire européen Pierre Moscovici a indiqué lundi qu'il n'était "pas candidat" aux élections européennes de 2019 "à ce stade", n'excluant pas de l'être "le moment venu".

pierre_moscovici-001.jpg
©roman
PUBLICITÉ

« Je vais vous dire une chose, de manière pas du tout subliminale, c’est qu’aujourd’hui je ne suis candidat à rien, que le temps des candidatures n’est pas venu, que ce que je veux faire c’est travailler au bien de l’Europe et au bien de la gauche dans mes fonctions, que pour le reste je n’exclus rien, et je ne prépare rien », a déclaré M. Moscovici, invité de l’émission L’Epreuve de vérité de Public Sénat en partenariat avec l’AFP, Radio Classique et Les Echos.

« On en reparlera le moment venu et le moment est loin d’être venu », a-t-il ajouté. « Ce qui est exact, c’est que je suis toujours un homme de gauche, c’est que je veux réfléchir à l’avenir de l’Europe et de la gauche, que je veux le faire avec mes amis européens », a encore affirmé M. Moscovici.

Plus que d’être la tête de liste française, M. Moscovici semble envisager la position de « Spitzenkandidat » (tête de liste) des sociaux-démocrates européens, tremplin pour prétendre à la présidence de la commission européenne.

« La présidence de la commission européenne passe à mon avis (…) par une candidature aux élections européennes. Pourquoi ? parce que je crois beaucoup moi au principe de ce qu’on appelle des Spitzenkandidat, des têtes de liste des grands partis politiques européens. Je pense que le débat doit avoir lieu en Europe, devant les Européens« , a-t-il déclaré.

« Il faut bien que la famille sociale-démocrate ait un candidat qui se présente devant les Européens », a dit M. Moscovici, en soulignant avoir rencontré récemment pour en discuter les premiers ministres grec et portugais Alexis Tsipras et Antonio Costa. Pour M. Moscovici, le futur président de la commission européenne sera à la tête d’une « coalition, parce qu’il n’y aura pas de majorité ».

S’il n’est pas candidat « à ce stade », cela n’a pas empêché le commissaire européen de critiquer sévèrement Benoît Hamon et Yanis Varoufakis, qui veulent faire campagne ensemble pour les européennes.

« La vérité c’est que les six mois que (Yanis) Varoufakis a passé au ministère des Finances de la Grèce ont ruiné le pays (..) En Grèce on ne lui dit pas merci ! », a lancé M. Moscovici, parlant aussi de la « politique de gribouille à la Varoufakis-Hamon ».

« Que peut faire la gauche sociale-démocrate ? La gauche sociale-démocrate il faut qu’elle ait une conviction européenne ancrée, qu’elle soit ultra européenne -donc qu’elle ne laisse pas l’Europe comme la propriété de la droite et du centre- et il faut qu’elle soit aussi vraiment de gauche, et qu’elle ne laisse pas la gauche aux nationalistes. Jean-Luc Mélenchon aujourd’hui, c’est un homme de gauche nationaliste. Benoît Hamon, son programme est un programme d’illusion pro-européenne et de réalité de déclin », a-t-il souligné.

Interrogé sur la campagne qui agite actuellement le PS pour le poste de premier secrétaire, l’ancien ministre du Budget a répondu ne pas être un « acteur du congrès ». Lundi matin sur France 2, il avait exprimé sa « sympathie » pour Olivier Faure, candidat à la tête du Parti socialiste français, jugeant que Stéphane Le Foll, qui brigue le même poste, « c’est du brutal ».

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

La République en marche a dévoilé lundi ses 19 premiers candidats pour les élections municipales, de Toulon à Mayenne en passant par Pontarlier, en se fixant l'objectif d'atteindre au moins 10.000 conseillers municipaux après mars 2020. Sans surprise, Pierre Simon a été désigné par la commission nationale d'investiture sur Pontarlier. À BesançonIl faudra encore patienter jusqu'à fin juin début juillet pour savoir qui sera investi par "En Marche". 

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Lors des élections européennes de mai dernier, le Parti socialiste a connu une défaite historique en France. Avec 6,2 % des voix, le PS se situe loin derrière les autres grands partis français. Aujourd’hui, le PS lance un appel pour s’associer avec les écologistes qui rejoignent les mêmes valeurs. Martial Bourquin, sénateur du Doubs, approuve cet appel.

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre ont exprimé dans une tribune, diffusée samedi par le Journal du Dimanche, leur soutien à Emmanuel Macron, au moment où le parti de droite Les Républicains subit une crise profonde après sa déroute aux élections européennes. Parmi eux, on retrouve notamment le maire  "Agir" de Vesoul, Alain Chrétien.

Emmanuel Macron au vernissage de l’exposition « Yan Pei-Ming face à Courbet » lundi 10 juin

Emmanuel Macron au vernissage de l’exposition « Yan Pei-Ming face à Courbet » lundi 10 juin

Le programme de la visite présidentielle • Le président de la République sera bien à Ornans ce  lundi 10 juin 2019  le jour même du bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet (10 juin 1819) pour l'inauguration de la nouvelle exposition "Yan Pei-Ming face à Courbet". Cette dernière fait partie des 15 en France ayant reçu cette année le label "Exposition d’intérêt national" du ministère de la Culture. Le Président de la République sera accompagné par Franck Riester, ministre de la Culture, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, et Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales.

Projet de loi santé : Martial Bourquin dépose des amendements pour lutter contre les déserts médicaux

Projet de loi santé : Martial Bourquin dépose des amendements pour lutter contre les déserts médicaux

Dans le cadre du projet de loi Organisation du système de santé e, débat actuellement au Sénat, le PS Martial Bourquin a déposé des amendements visant à lutter contre les déserts médicaux et propose le conventionnement sélectif  ou "territorialisé" des médecins libéraux.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.36
partiellement nuageux
le 17/06 à 18h00
Vent
2.02 m/s
Pression
1016.04 hPa
Humidité
81 %

Sondage