Facebook: les réflexions quotidiennes d'un élu bisontin

Publié le 18/11/2010 - 13:53
Mis à jour le 18/11/2010 - 13:53

Pascal Bonnet, conseiller municipal UMP à Besançon, fait part tous les jours de ses états d’âme sur Facebook. Pour développer sa communication.

 ©
©
L’ancien patron de la fédération UMP du Doubs, qui a plus d’une trentaine d’années de militantisme à son actif, notamment avec les Giscardiens, a aujourd’hui 49 ans. Il n’est donc pas tombé dans internet quand il était petit. Pascal Bonnet, psychiatre de métier, a tout de même deviné assez tôt ce que le web pouvait apporter à l’homme politique.
« Au départ, fin août 2009, j’ai commencé par ouvrir une page sur Facebook à l’initiative d’amis et grâce à l’initiation d’un filleul de 25 ans également à l’UMP, mais à Paris. Je n’ai pas voulu en faire un outil privé, mais politique pour développer ma communication. C’est à la fois me permettre de réfléchir à ce que j’ai envie de dire et mieux faire rayonner mes idées. Le principe de cette note d’élu local c’est que je ne m’interdis aucun sujet et il n’y a pas de jour sans. En terme d’emploi du temps, je me limite tout de même ».
Ami d’Alain Fousseret
Et pour être sûr d’être lu même par ceux qui ne fréquentent pas Facebook, il envoie un relevé mensuel de ses écrits à des amis et à la presse. Son billet peut aussi avoir des vertus didactiques comme par exemple celui du 11 novembre : « Je me suis interrogé sur l'étymologie d'armistice et ai ouvert mon dictionnaire. C'est tout simplement - arrêter les armes- et issu du latin. Cela date du XVII° siècle et était au début féminin... comme la guerre et la paix... ».
Dans ses notes, Pascal Bonnet évoque essentiellement la politique locale et franc-comtoise -il a aussi été conseiller régional-, mais l’élu ne se prive pas d’aborder également des faits nationaux et internationaux, avec une petite prédilection pour l’Europe. Il échange volontiers avec ceux qui réagissent à ses billets et, surtout, peut rentrer facilement en contact avec des élus d’autres régions. Le cercle de ses 395 amis facebookiens va-t-il au-delà de l’UMP ? Pas vraiment, mais il y a des exceptions. « C’est assez cloisonné, mais Alain Fousseret, vice-président écologiste du conseil régional, fait partie de mes amis sur Facebook. Comme je n’avais pas de blog, l’idée de retrouver des amis a été un moteur et cet outil est plus souple ».
Libéré d’un poids
Pascal Bonnet regrette d’ailleurs de ne pas s‘être lancé plus tôt dans cette aventure, car « au-delà de la communication, c’est intéressant de marquer et de dater les choses ». C’est d’autant plus vrai, reconnait-il, depuis qu’il ne préside plus aux destinées de son parti au niveau départemental. « J’ai retrouvé une certaine liberté de parole. Avant, je travaillais plus pour l’équipe et pour les autres. Après 15 ans de mandat, j’ai aussi des choses à dire moi. Je n’ai pas toujours le même avis que Jean Rosselot (NDLR : chef de file de l’UMP à Besançon) et c’est notoire », dit-il comme si, grâce à son bloc-notes, il s’était libéré d’un poids.
Il émet tout de même quelques réserves. « C’est dangereux de parler de tout sur Facebook. Etaler sa vie privée comporte des risques », relève Pascal Bonnet. La politique oui, l’intimité non.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Agriculteur : ”Le toilettage normatif ne signifie pas l’abandon de toute ambition en matière environnementale” selon le sénateur Rietmann

À l’occasion d’un débat sur l’avenir du modèle agricole français le 13 février 2024, Olivier Rietmann, sénateur LR de la Haute-Saône, a défendu une revendication nouvelle exprimée par les agriculteurs lors du récent mouvement de protestation : l’impératif de simplification administrative.

Magazine municipal de Besançon : une “propagande politique” selon L. Croizier et L. Fagaut

Suite à la parution de l’édition février/mars 2024 du magazine municipal Besançon votre ville, les élus du groupe Ensemble bisontins (Renaissance-Modem-Horizon) et du groupe LR Besançon maintenant ont exprimé leur stupéfaction, mercredi 14 février 2024, en dénonçant “le détournement du magazine de la ville à des fins de propagande politique”. Le dossier porte, ce mois-ci, sur le positionnement de la maire de Besançon, Anne Vignot, au sujet de la loi immigration. Une entrevue qui n’a pas laissé les groupe d’élus sans voix.

Pour la première fois, des Rencontres régionales du patrimoine en Bourgogne Franche-Comté

Jeudi 15 février 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise à la Cité internationale de la gastronomie et du vin, à Dijon, les premières Rencontres régionales du patrimoine, en présence de Marie- Guite Dufay, présidente de la Région, et de Nathalie Leblanc, vice-présidente à la culture et au patrimoine.

Élections européennes : plusieurs partis politiques se réunissent pour sensibiliser les jeunes à Besançon

Les élection européennes sont délaissées par bon nombre de citoyennes et de citoyens en France et à travers l’union. C’est pourquoi sept partis de gauche se réuniront pour sensibiliser les jeunes électeurs à ce temps démocratique jeudi 15 février 2024 à la faculté des lettres, rue Mégevand à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.71
partiellement nuageux
le 23/02 à 6h00
Vent
4.2 m/s
Pression
1002 hPa
Humidité
89 %