Feux de cheminées et intoxications au monoxyde de carbone : prudence !

Publié le 02/12/2023 - 15:04
Mis à jour le 03/12/2023 - 18:03

Le froid s’installe doucement dans le Doubs et les chauffages sont rallumés. Qu’il s’agisse d’une cheminée ou d’une chaudière, un mauvais entretien peut avoir de graves conséquences humaines et matérielles, pourtant évitables, dont les sapeurs-pompiers du Doubs sont régulièrement témoins.

 © Pexels / Pixabay
© Pexels / Pixabay

Feux de cheminée et intoxications au monoxyde de carbone sont des marronniers pour les soldats du feu lorsque les températures baissent. 

À ce titre, le Sdis donne des conseils simples à effectuer :

  • Faire régulièrement ramoner sa cheminée, obligatoire une fois par an, "pour sa sécurité mais également pour sa couverture assurantielle. Si les conduits ne sont pas bien entretenus, les flammes peuvent monter et tout s’embrase à l’intérieur" ;
  • Faire contrôler ses appareils de chauffage. S’ils sont défectueux, ils peuvent dégager du monoxyde de carbone ;
  • Installer des détecteurs de fumée dans ses pièces. "En avoir un, c’est bien, plusieurs c’est mieux." Il existe également des détecteurs de monoxyde de carbone.

Quelle conduite tenir face au monoxyde de carbone ?

Le monoxyde de carbone est un gaz incolore, inodore et insipide, c’est-à-dire qu’on ne le voit pas, qu’il n’a pas d’odeur et pas de goût. "C’est un véritable piège mortel et il est important d’en connaître les premiers signes : maux de tête, nausées, vomissements. Le premier réflexe doit être d’aérer les locaux et de sortir, puis d’appeler les secours."

Pour éviter que tout cela n’arrive, le Sdis conseille de noter dès à présent la date des futurs entretiens de ses appareils de chauffage.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Soins dans l’Arc jurassien franco-suisse : une baisse du nombre de médecins du côté français

Dans le cadre d’un cycle de travail sur la santé, l’Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) a publié le 27 février 2024 une nouvelle étude consacrée à l’offre de soins sur le territoire. Les chiffres reflètent particulièrement des tendances démographiques et structurelles différentes de part et d'autre de la frontière.

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.56
couvert
le 03/03 à 3h00
Vent
1.77 m/s
Pression
998 hPa
Humidité
88 %