Fièvre catarrhale ovine: pas de sanctions pour les agriculteurs jurassiens

Publié le 02/09/2010 - 17:22
Mis à jour le 02/09/2010 - 17:22

Le tribunal d'instance de Dole a reconnu une vingtaine d'agriculteurs coupables d'avoir refusé de vacciner leur bétail contre la fièvre catarrhale ovine (FCO), mais sans leur infliger de sanctions.

PUBLICITÉ
Les éleveurs avaient refusé de vacciner leurs troupeaux contre la fièvre catarrhale, comme ils y étaient obligés, estimant que le vaccin était inefficace, dangereux notamment en terme de fertilité.

La vaccination des troupeaux contre la fièvre catarrhale ovine ne devrait plus être obligatoire mais volontaire à compter de la prochaine campagne de prophylaxie 2010/2011, qui commencera début novembre. La décision officielle est attendue fin septembre.

La vaccination des troupeaux (ovins, bovins et caprins) contre la FCO a été rendue obligatoire en octobre 2008 à la suite de l’apparition en France, à partir de l’automne 2006, de la maladie transmise par les culicoïdes, une espèce de moucherons piqueurs.

La FCO est une infection virale non transmissible à l’homme.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.24
couvert
le 22/05 à 0h00
Vent
1 m/s
Pression
1019.57 hPa
Humidité
96 %

Sondage