Fin de vie : Alain Cocq cesse sa grève des soins et de la faim

Publié le 16/10/2020 - 14:42
Mis à jour le 16/10/2020 - 15:27

Alain Cocq, militant de la fin de vie "digne" atteint d'une maladie incurable, a cessé la deuxième grève de la faim et des soins qu'il avait commencée lundi, après une brève hospitalisation, ont annoncé ce vendredi 16 octobre 2020 des associations.

Alain Coq © Capture RMC
 © Capture
Alain Coq © Capture RMC © Capture

"Comme la première fois, il a été hospitalisé à sa demande et a repris son traitement, l'alimentation et l'hydratation", a indiqué à l'AFP François Lambert, président de l'association "article 10" en lien régulier avec M. Cocq. "Comme la première fois, il n'a pas supporté" les souffrances qui s'accentuent quand cesse le traitement, a expliqué Jean-Luc Romero, président de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), qui est également en contact avec Alain Cocq.

Début septembre, Alain Cocq avait déjà cessé une première grève des soins et de la faim, qu'il avait débutée trois jours auparavant, évoquant des "douleurs insupportables" qui l'avait convaincu de demander son hospitalisation. "Mon état de santé se dégrade rapidement", a indiqué M. Cocq dans un bref texto à l'AFP, précisant être actuellement de retour chez lui, à Dijon, dans son lit médicalisé.

"Son état est très altéré. Il est très fatigué, très affaibli", ajoute M. Lambert, neveu de Vincent Lambert, un infirmier en état végétatif décédé en juillet 2019 après une sédation profonde contestée par une partie de la famille. Alain Cocq, qui souffre d'une maladie orpheline très douloureuse, avait commencé, lundi, sa deuxième grève des soins et de la faim en assurant vouloir cette fois aller "jusqu'au bout" alors que, lors de la première grève début septembre, son hospitalisation avait provoqué la reprise de ses soins et de son alimentation.

Pour que cela ne se reproduise pas, il s'était fait aider de M. Lambert, avocat, pour rédiger ses dernières volontés qui signifiaient que, même s'il demandait son hospitalisation, "cela ne voulait pas dire" qu'il "voulait vivre" mais qu'il voulait "bénéficier d'une sédation profonde et continue". "Mais l'hôpital ne lui a pas proposé de sédation profonde", a expliqué M. Lambert. Souffrant d'une "conscience altérée", M. Cocq n'était pas non plus en mesure de la demander.

"Mes directives, ils se sont assis dessus", a protesté M. Cocq, joint par l'AFP. "Le médecin ne veut pas laisser la parole aux patients", a-t-il ajouté, disant son intention, désormais, de se rendre en Suisse où le suicide assisté est autorisé.

Alain Cocq, 57 ans, estime ne plus avoir une vie "digne" en raison d'une maladie très douloureuse qui le cloue au lit. Il avait demandé en vain en août au président de la République Emmanuel Macron d'autoriser, à titre compassionnel, le corps médical à lui prescrire du pentobarbital, un barbiturique puissant qui lui aurait permis de "partir en paix". Le Président avait refusé, disant "ne pas pouvoir demander à quiconque d'outrepasser notre cadre légal actuel".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Université de Franche-Comté : « une profonde inquiétude » de la part d’enseignants sur la réussite et la santé de leurs étudiants

Le Département de Mathématiques à l'université de Franche-Comté a adopté une motion faisant part de sa "profonde inquiétude concernant les conséquences de l'enseignement à distance" et demandant la réouverture de l'université aux étudiants, apprend-on dans un communiqué du 20 janvier 2021.

Plus de 4 % d’inflation en 2021 des complémentaires santé : l’UFC Que choisir demande au gouvernement d’agir

Alors que ce début d’année est marqué par le déploiement du 100 % santé aux audioprothèses, l’UFC-Que Choisir dénonce dans un communiqué du 21 janvier 2021 une nouvelle forte hausse des tarifs des complémentaires santé en 2021, "difficile à justifier alors que la crise sanitaire leur a paradoxalement été favorable". Pour permettre aux consommateurs de tirer pleinement profit de la résiliation à tout moment, l’association demande au gouvernement d’agir "pour améliorer la comparabilité des offres, toujours défaillante."

Stations de ski, étudiants : le statu-quo

Ni restrictions supplémentaires, ni allégements: la France choisit le statu-quo des mesures déjà en place pour freiner l'épidémie de Covid-19, au grand dam des stations de ski, qui ne rouvriront pas le 1er février, ou des étudiants, qui protestent contre leurs conditions de vie.

Les autocollants sur les plaques d’immatriculation, c’est interdit !

Vous avez un autocollant représentant votre département, votre club de foot, une carte miniature de votre département, le drapeau à tête de Maure, ou tout autre symbole de votre lieu d'immatriculation ? Vous devez le retirer parce que c'est contraire au Code de la route… C'est ce qu'a confirmé la Cour de cassation dans arrêt du 16 décembre 2020.

1.000 euros de récompense pour trouver le responsable de la mort d’un lynx à Quingey

wanted •

Le Centre Athénas, association de défense de l'environnement situé à L'Étoile, a annoncé cette semaine vouloir offrir  une récompense de 1.000 euros pour toute personne livrant des "informations  fondées" permettant d'identifier l'auteur du tir ayant tué un lynx boréal, espèce menacée en France, le 31 décembre 2020 à Quingey.

Sancey-Belleherbe devient la première communauté de communes 100% fibrée de la région

A ce jour, plus de 65.000 foyers et plusieurs centaines d’entreprises du Doubs sont déjà éligibles à la fibre et plus de 24.000 sont abonnés au réseau sur 275 communes déjà équipées, intéressant la totalité des intercommunalités du Doubs.

Sondage – Comment va votre moral en ce moment ?

Cette semaine commence par le Blue Monday (ou Lundi Bleu), c'est-à-dire qu'il s'agit du jour le plus déprimant de l'année. Après une année 2020 difficile sur tous les plans à cause de la Covid-19 et un début 2021 qui n'est rêver personne, nous avons voulu vous demander comment se porte votre moral en ce moment… C'est notre sondage de la semaine.

Blue Monday : comment garder le moral et éviter la déprime en ce moment ?

Aujourd'hui est appelé le "Blue Monday", soit le jour le plus triste de l'année... S'ajoute à cela l'épidémie de Covid-19, les confinements, le couvre-feu, la fermetures des salles de concerts, de spectacle et de tous les lieux culturels, l'actualité internationale peu réjouissante, nos problèmes de la vie quotidienne, sans parler du soleil qui se fait rare en ce moment, garder le moral n'est pas chose évidente pour tout le monde. Voici quelques idées pour éviter la déprime…
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.14
légère pluie
le 22/01 à 6h00
Vent
7.5 m/s
Pression
997 hPa
Humidité
53 %

Sondage