Fin de vie : "toutes les options sont sur la table" assure Olivier Véran

Publié le 27/01/2023 - 16:02
Mis à jour le 27/01/2023 - 15:34

C'est ce qu'a assuré vendredi le porte-parole du gouvernement français Olivier Véran à propos d'un éventuel changement de législation sur la fin de vie, lors d'un déplacement en Suisse, où le suicide assisté est toléré.

 © Photo AFP
© Photo AFP

Véran était accompagné de la ministre déléguée aux professions de santé Agnès Firmin le Bodo, et de membres du groupe de travail parlementaire sur la fin de vie, pour rencontrer des personnels soignants des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG).

Interrogé sur la possibilité d'autoriser le suicide assisté en France, M. Véran a affirmé que "toutes les options sont sur la table". Il a souligné l'importance du travail de la convention citoyenne sur la fin de vie qui se penche actuellement sur la question d'un éventuel changement de la loi française.

Même si les termes d'"euthanasie" ou de "suicide assisté" ne sont pas explicitement mentionnés, les participants examineront l'opportunité de légaliser l'une ou l'autre.

Une réponse d'ici mars 2023

En mars, ils diront s'il faut changer ou non la loi actuelle, sans garantie d'être suivis. "Ce sont des défricheurs que ces citoyens qui se réunissent et qui doivent nous permettre d'avoir un débat apaisé", a déclaré M. Véran. "On n'en fait pas un combat politique au sens politicien du terme. On n'en fait pas un combat partisan", a-t-il ajouté.

Véran s'était déjà déplacé en Belgique pour étudier la législation dans ce pays, et des déplacements ultérieurs sont à l'étude, notamment en Espagne.

"On ne considère pas qu'il y ait un pays qui soit en avance ou en retard par rapport à un autre, parce qu'on touche ici au coeur de l'intime, la mort. C'est très personnel et cela peut renvoyer à beaucoup de conviction, beaucoup de craintes, beaucoup de peur", a-t-il toutefois souligné.

La loi française actuelle n'autorise ni l'euthanasie ni l'assistance au suicide

La loi française actuelle prévoit une "sédation profonde" pour les malades en phase terminale et aux souffrances inapaisables, mais n'autorise ni l'euthanasie ni l'assistance au suicide.

En Suisse, seul celui qui, "poussé par un mobile égoïste", prête assistance au suicide de quelqu'un est punissable. "C'est une façon de faire la loi qui est très différente de ce qu'on connaît en France où nous on part du principe que tout est interdit, sauf ce qui est autorisé", a commenté M. Véran.

Présent lors de la visite aux HUG, le président du Conseil d'Etat du canton de Genève, Mauro Poggia, a lui souligné que le fait de vouloir régler par une loi des questions "qui se règlent par le dialogue, la compréhension, l'empathie, l'écoute" pourrait "amener à un blocage et à une déresponsabilisation de l'ensemble des acteurs".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

Un Français n’obtient pas la naturalisation suisse… après avoir tondu le gazon les jours fériés

INSOLITE • Un résident français de Clos-du-Doubs, commune suisse du canton du Jura, s’est vu refuser la naturalisation suisse lors de l’assemblée communale du canton du Jura le 10 avril 2024. Pourquoi ? Il lui a été reproché notamment d’avoir tondu sa pelouse pendant des jours fériés, rapporte nos confrères du Quotidien Jurassien.

Besançon et Montbéliard : 4.500 personnes et 3.500 véhicules contrôlés en 5 jours

Du 8 au 12 avril 2024, une opération "Place Nette" de grande ampleur s’est déroulée dans le département du Doubs. Réalisée en étroite coordination avec les procureurs de Besançon et de Montbéliard, cette action "coup de poing" s’inscrit dans le cadre des actions de lutte contre la délinquance liée aux trafics de stupéfiants, à l’économie souterraine et au proxénétisme voulues par le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer et le Garde des Sceaux. L'heure est au bilan...

Effondrement rue de Vesoul : une période charnière commence…

Les études, investigations et travaux menés jusqu’ici permettent de dire que la période actuelle est une période charnière, selon le dernier communiqué du Département du Doubs en date du 12 avril 2024 : les travaux restant à effectuer et leurs délais de réalisation pour le rétablissement de la route départementale 572 demeurent de plus en plus concrets.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.27
partiellement nuageux
le 19/04 à 0h00
Vent
1.37 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
94 %