Frank Monneur : "Je voterai blanc au second tour"

Publié le 25/03/2014 - 12:19
Mis à jour le 25/03/2014 - 14:37

Lors de sa conférence de presse de ce mardi 25 mars, Frank Monneur, tête de liste de « Besançon générations citoyennes » qui a eu plus de 6% des suffrages au premier tour des élections municipales à Besançon a déclaré qu’il votera blanc au second tour et ne donne aucune consigne de vote à ses électeurs pour le 30 mars.

Après avoir rencontré Jacques Grosperrin dimanche 23 mars à l'annonce des résultats du premier tour, Frank Monneur a ensuite rencontré Jean-Louis Fousseret. Il a décidé, avec ses colistiers, qu'il ne donnait aucune consigne de vote à ses électeurs.

Si F. Monneur dit avoir été bien accueilli par Jacques Grosperrin dont il a écouté les projets, il indique que lors des discussions avec Jean-Louis Fousseret, ce dernier "s'est comporté comme un monarque hautain, méprisant, ce que je dénonce fortement". Il ajoute qu"il ne mérite plus d'être le maire de cette ville", qu'il mène "une politique à l'ancienne" et que "la sécurité, ça ne l'intéresse pas, la piétonnisation du centre-ville, ça ne l'intéresse pas, les places en crèche, ça ne l'intéresse pas etc."

Au début de la discussion, Frank Monneur demandait huit places au conseil municipal, ce que le maire à refusé qui lui en a proposé deux, "mais ce n'est pas une question de place mais d'idées" a indiqué F. Monneur. 

Par ailleurs, Didier Gendraud, colisitier de la liste "Besançon générations citoyennes" et qui est à l'origine de la création de la liste avec Frank Monneur, a indiqué que "dans l'intimité de l'isoloir, je sais ce que je ferai. (…) On est dans une élection où le parti compte mais l'homme aussi compte et j'aime bien les gens qui ont un esprit d'ouverture donc je voterai en fonction de cet esprit d'ouverture" .

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Pancartes anti-migrants à Besançon : le collectif Némésis soutenu par le Rassemblement national et Reconquête

Une militante d'un collectif "féministe identitaire" soupçonnée d'avoir brandi des pancartes anti-migrants dimanche 7 avril 2024 pendant le carnaval de Besançon a été placée en garde à vue mardi 9 avril pendant plusieurs heures, selon le procureur.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.88
peu nuageux
le 12/04 à 12h00
Vent
2.42 m/s
Pression
1032 hPa
Humidité
51 %