Fusion des régions : "Il faut saisir cette occasion unique et formidable"

Publié le 14/04/2014 - 21:12
Mis à jour le 15/04/2014 - 09:11

Marie-Guite Dufay, présidente de la région Franche-Comté, et François Patriat, président de la région Bourgogne se sont réunis pour donner une conférence de presse ce lundi 14 avril à 17h à l’hôtel de région à Besançon. Objectif : présenter le projet de fusion des deux régions dans le cadre d’une volonté de l’Etat de réduire le nombre de régions françaises métropolitaines à 10 au lieu de 22 actuellement. Pour Marie-Guite Dufay, « il faut saisir cette occasion unique et formidable ».

 ©
©

Selon un sondage publié la semaine dernière, 68% des Français se disent favorables une fusion des régions mais 83% des Francs-Comtois se disent "très attachés" à leur région. Ce lundi, Marie-Guite Dufay et François Patriat ont exposé le projet de fusion de la Franche-Comté et de la Bourgogne et leurs motivations et leurs arguments pour qu'il aboutisse avant 2017.

Les arguments de Marie-Guite Dufay

"Je pense que pour les deux régions, nous avons là les ingrédients d'un projet de développement commun et de solidarité entre nos deux territoires pour construire l'avenir dans un monde qui change : c'est participer au développement économique et de l'innovation, c'est participer à la transition énergétique et donc participer à la création d'emploi"  a déclaré Marie-Guite Dufay.

La création d'emplois : "il nous faut créer des outils nouveaux, nous en avons déjà en commun mais on a besoin de les renforcer" et "créer une société économie unique".

Avoir un poids dans l'Europe : "Avec ce territoire solidaire, nous avons les moyens de compter et de peser dans l'Europe. Nous voulons développer un partenariat qui soit équilibrer mais qui soit stratégique pour appréhender l'avenir : nos centres hospitaliers universtaires travaillent ensemble depuis longtemps, nos universités sont engagées dans un mouvement d'université fédérale".

Aucune perte d'identité régionale : "Je l'entends beaucoup : "on va perdre notre identité" mais on va perdre le comté, on va pas perdre nos vins, on va pas perdre la saucisse de Morteau parce qu'on a une organisation administrative différente et plus efficace."

Eviter la décentralisation des acteurs économiques : "Sur les mauvaises expériences du passé, les acteurs privés qui sont partis de Besançon vers Dijon ou de la Franche-Comté vers la Bourgogne, je dit ça suffit ! Il faut faire quelque chose pour arrêter ça. Il faut donc créer un partenariat stratégique et équilibrée, une gouvernance commune qui fera qu'il y aura une régulation en direction des acteurs. Aujourd'hui il n'y en a pas".

Eviter un démantèlement des deux régions : "C'est un risque que je sens poindre si on ne s'affirme pas dès maintenant. Si nous n'avons pas de projet commun, j'ai bien entendu qu'il serait question de prendre en main la carte de France et de voir les régions qui n'ont pas bougé. A ce moment-là, on peut très bien imaginer que des pans de la Franche-Comté aille vers l'Alsace ou le Rhône-Alpes. Je ne veux pas !" 

Faire des économies : "Parce qu'on a des services qui pourraient fusionner, mutualiser mais des services fonctionnels sans affaiblir les services rendus à la population, ni nos investissements. Il y a des économies fonctionnelles à faire comme des services à fusionner au niveau informatique, au niveau des finances, au niveau du personnel, des achats. Il y a là une source d'économies considérable. Elles seront possibles à condition que l'Etat se réforme."

Les deux régions comptent également préserver leurs dotations globales de fonctionnement.

Marie-Guite Dufay a également souligné sa volonté d'organiser des débats "les plus ouverts possibles, sans tabou, sans censure"

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Bientôt des panneaux photovoltaïques au stade Léo Lagrange de Besançon ?

Le chiffre n’est pas négligeable. Si l’installation des panneaux photovoltaïques a un coût : 300.000 euros, elle permettra, à terme, d’économiser entre 30 à 35.000 euros par an, a précisé Anne Vignot, la maire de Besançon. Le projet sera soumis au vote des élus lors du Conseil municipal du 20 juin 2024.

La Région Bourgogne Franche-Comté lance une opération séduction pour attirer de nouveaux habitants

En ce premier semestre 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté préfigure une initiative inédite pour renforcer son attractivité résidentielle. Cette opération sans précédent vise concrètement à recruter dès le mois de septembre 2024 de futurs habitants. Prévu sur une première période de trois années, ce programme repose sur une dynamique collaborative initiée par la Région et de nombreux acteurs du territoire, et s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’attractivité globale initiée depuis 2017.

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Le sport au service de l’emploi pour recruter autrement à Montbéliard

Après le succès des précédentes éditions qui se sont déroulées sur plusieurs villes de la région, le Comité Olympique Paris 2024, l'Agence Nationale du Sport, la Fédération Française d’Athlétisme et France Travail, ont proposé l’opération "Du stade vers l’emploi" (DSVE) dans sa version "Athlétisme" ce jeudi 13 juin 2024 à Montbéliard. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 18.34
légère pluie
le 19/06 à 6h00
Vent
1.1 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
90 %