Grippe aviaire : la France élève le niveau de risque sur son territoire face à la progression de l’infection en Europe

Publié le 14/09/2021 - 14:53
Mis à jour le 14/09/2021 - 14:32

La situation épidémiologique vis-à-vis de l'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) est préoccupante selon un communiqué du ministère de l'Agriculture ce mardi 14 septembre.

 © RitaE Pxb CC0
© RitaE Pxb CC0

Depuis le 1er août dernier, 25 cas ont été détectés dans la faune sauvage et autres oiseaux captifs en Europe. Depuis le 2 septembre, deux cas H5N8 ont été déclarés en Belgique, l’un chez un négociant d'oiseaux d'ornement, l’autre chez un particulier. Le Luxembourg a également déclaré un cas chez un particulier, en lien direct avec les ventes effectuées par le négociant belge précité.

Un foyer dans les Ardennes

Par ailleurs, en France, le laboratoire national de référence de l’ANSES a confirmé le 9 septembre un foyer H5N8 chez un particulier détenteurs de volailles (canards, poules, dindes, pigeons) dans le département des Ardennes. Tous les animaux ont été euthanasiés le 8 septembre, de manière anticipée, pour éviter la diffusion du virus, et les zones de protection et de surveillance ont été immédiatement mises en place autour du foyer.

Ce cas ne remet pas en cause le statut recouvré par la France le 2 septembre de "pays indemne d’influenza".

Le niveau de risque "modéré"

Au vu de ces évolutions et compte tenu de la probable persistance du virus dans la faune sauvage (migratrice et résidentielle), le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a décidé d'élever le niveau de risque de "négligeable" à "modéré" sur l'ensemble du territoire métropolitain. Cette décision a été prise après information des professionnels des filières avicoles et de la Fédération nationale des chasseurs. Julien Denormandie, le ministre de l'Agriculture, appelle "au strict respect des mesures de biosécurité et à la surveillance accrue de la part des acteurs professionnels, des particuliers détenteurs d’oiseaux et des chasseurs".

Des mesures obligatoires depuis le 10 septembre

De ce fait, des mesures de prévention sont rendues obligatoires à compter du 10 septembre dans les communes situées dans des zones dites à risque particulier (ZRP), c’est-à-dire abritant des zones humides fréquentées par les oiseaux migrateurs. La liste des communes concernées est définie par l’arrêté ministériel du 16 mars 2016.

Les mesures qui s’y appliquent sont les suivantes :

  • mise à l’abri des volailles ;
  • interdiction de rassemblement d’oiseaux (pour des concours par exemple) ;
  • interdiction de faire participer des oiseaux originaires de ZRP à des rassemblements
    organisés dans le reste du territoire ;
  • autorisations limitées des transports et d’introduction dans le milieu naturel de gibiers
    à plumes et de l’utilisation d’appelants ;
  • interdiction des compétitions de pigeons voyageurs ;
  • vaccination obligatoire dans les parcs zoologiques pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet.

Ces mesures sont accompagnées d’une surveillance clinique quotidienne dans tous les élevages (commerciaux et non commerciaux).

"Dans ce contexte, la mise en œuvre rapide et complète de la feuille de route signée le 8 juillet dernier entre l’État et les professionnels pour éviter une nouvelle épizootie est essentielle", souligne le ministère de l'Agriculture. "Elle permettra de mieux protéger les élevages face au risque « influenza » via les différentes mesures qu’elle porte : obligation renforcée de mise à l’abri des volailles en cas de risque croissant ; mise en place de règles de prévention (biosécurité) plus strictes ; réduction des densités de palmipèdes dans le sud-ouest, gestion des mouvements de gibiers et d’appelants permettant de limiter les contacts avec la faune sauvage etc."

Les nouvelles règles applicables entreront en vigueur très prochainement.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

« Aucun danger » à vacciner simultanément contre la grippe et le Covid, estime la HAS

Le vaccin contre le Covid dans un bras et celui contre la grippe dans l'autre: cette solution ne comporte aucun danger et permet de se protéger efficacement contre les deux épidémies, a estimé lundi la Haute autorité de santé (HAS). "La réalisation concomitante des vaccins" contre la grippe et le Covid-19 est "possible afin d'éviter tout délai dans l'administration de l'une ou l'autre de ces injections", assure la HAS dans un communiqué. "Concrètement, les deux injections peuvent être pratiquées le même jour", mais à deux endroits du corps distincts, "un vaccin dans chaque bras", selon la HAS. Et dans le cas contraire, il n'y a pas de délai à respecter entre les deux vaccinations, précise la HAS. La campagne de vaccination contre la grippe débutera le 26 octobre.

Les défis du Hacking Health de Besançon

Vidéos •
En 48 heures chrono, 400 participants vont se remuer les méninges pour tenter de trouver la meilleure solution à chacune des 22 problématiques soulevées par des patients, professionnels de santé, professionnels du me?dico-social et du handicap, ou jeunes innovateurs désireux de créer un nouveau produit. Voici les 21 défis (+ 1 à venir !) du Hacking Health 2021 de Besançon.

Covid-19 : 73 % des 12-17 ans ont reçu une première injection du vaccin en Bourgogne Franche-Comté

Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer s'est félicité lundi de la progression de la vaccination des collégiens et lycéens contre le Covid-19, qui dépasse 69% pour la première injection, appelant au "volontarisme" des familles pour poursuivre dans cette dynamique. En Bourgogne-Franche-Comté près de 148.000 adolescents de 12 à 17 ans ont reçu au moins une dose soit 73 % de cette classe d'âge.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.83
couvert
le 28/09 à 12h00
Vent
3.17 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
84 %

Sondage