Interdire les trottinettes en ville ? Le gouvernement préfère une "régulation" et un renforcement des contrôles

Publié le 17/01/2023 - 13:59
Mis à jour le 17/01/2023 - 11:11

Le ministre délégué aux Transports Clément Beaune planche sur un "plan de régulation" des trottinettes électriques au niveau national avec davantage de contrôles et de "mesures de précaution", a-t-il annoncé mardi 17 janvier 2023, se disant hostile à toute interdiction.

 © Police nationale 39
© Police nationale 39

"Je crois que les interdictions pures et simples sont des solutions simplistes", a-t-il déclaré sur France 2, interrogé sur l'initiative de la maire (PS) de Paris Anne Hidalgo, qui veut organiser un référendum sur l'interdiction des trottinettes électriques en libre-service dans la capitale --à laquelle elle est elle-même favorable-- le 2 avril. "Je crois à la régulation", a affirmé le ministre. "Je travaille d'ailleurs au niveau national à un plan de régulation des trottinettes", a-t-il enchaîné, indiquant qu'il rencontrerait des associations concernées "dans les prochaines semaines".

Un décret d'octobre 2019 encadre déjà l'utilisation des trottinettes électriques : il fixe en particulier un âge minimum de 12 ans, limite leur vitesse à 25 km/h, en interdit la circulation sur les trottoirs (sauf exception locale) et l'usage à plusieurs, et les oblige à être équipés de feux de position avant et arrière, de catadioptres, d'un système de freinage et d'un avertisseur sonore.

"Je veux qu'on renforce en tout cas les contrôles"

Comme pour les autres véhicules, il est interdit de téléphoner ou de porter des écouteurs en conduisant. S'il a refusé de se prononcer sur l'obligation de porter un casque, M. Beaune a indiqué que "ça fait partie des pistes qu'on regarde". "Je veux qu'on renforce en tout cas les contrôles, les mesures de précaution", a-t-il dit, citant l'âge, des obligations de sécurité, ou "l'interdiction du téléphone qui est mal respectée".

"Je crois que l'interdiction, ce serait casser un mode de transport qui peut être écologique, qui peut être une solution dans les grandes villes", a-t-il insisté, quand bien même elle peut "(poser) des problèmes".

(AFP)

1 Commentaire

il faut rendre " OBLIGATOIRE " le casque, les gants et interdire les oreillettes.
Publié le 18 janvier 2023 à 20h34 par robert macarena • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Politique

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du Groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie Participative et de la participation citoyenne a décidé de porter plainte auprès du Procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du Conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 22.33
couvert
le 14/04 à 18h00
Vent
0.56 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
73 %