Isabelle Epaillard-Patriat : une nouvelle directrice de Cabinet pour le préfet de Franche-Comté

Publié le 05/09/2013 - 17:21
Mis à jour le 06/09/2013 - 09:25

Après avoir été sous-préfète et directrice de cabinet de Loir-et-Cher depuis juin 2011, Isabelle Epaillard-Patriat, âgée de 37 ans et mère de deux jeunes enfants, a été nommée Directrice de Cabinet du Préfet, Stéphane Fratacci, le 8 juillet dernier. Elle succède à Hervé Tourmente.

Son cursus scolaire

Isabelle Epaillard-Patriat a fait ses études à l'Institut d'Etudes Politiques en section Service Public pendant trois ans. Elle obtient par la suite une maîtrise en Droit Public à l'Université Montesquieu à Bordeaux ainsi qu'un diplôme d'études supérieures spécialisées en Droit de la Santé dans la même université en 2000.

Pendant un an, de 2000 à 2001, la jeune femme travaille au Centre de Préparation à l'Administration Générale de l'Institut d'Etudes Politiques à Bordeaux, puis Inspectrice-élève à l'Ecole Nationale des Douanes à Neuilly-sur-Seine au début de sa scolarité.

Enfin, de 2002 à 2004, elle est élève-directrice d'hôpital à l'Ecole Nationale de la Santé Publique.

Son parcours professionnel

Après ses études, en 2004, Isabelle Epaillard-Patriat est directrice des affaires économiques et de la communication, syndicat hospitalier Bourgogne centrale aux centres hospitaliers de Semur-en-Auxois et de Saulieu pendant deux ans.

Elle est ensuite directrice des systèmes d'information au centre hospitalier universitaire de Limoges jusqu'en 2008, puis à celui de Dijon jusqu'en 2011.

Enfin, en juin 2011, elle accède au grade de sous-préfète avec la fonction de directrice de Cabinet du préfet de Loir-et-Cher.

Directrice de Cabinet : ses missions

Sa première mission est d'être le premier en relation avec les forces de l'ordre. Il est donc sur le thème de la sécurité. Ses interlocuteurs quotidiens sont les commissaires de police, la gendarmerie ainsi que les pompiers pour tout ce qui est de la prise en charge de la population en difficulté, des incendies etc.

Dès qu'il y a une gestion de crise, le directeur de cabinet doit être en première ligne, le premier informé et doit entièrement mener et organiser la gestion de la crise. Il s'appuie donc sur ses interlocuteurs habituels (police, gendarmerie et pompiers) mais aussi des équipes spécialisées internes au cabinet ou le Service interministériel régional des affaires civiles et économiques de défense et de la protection civile (SIRACED-PC), plus spécialisée dans la gestion de crise. "Le directeur de cabinet doit très être réactif" précise Isabelle Epaillard-Patriat.

Son rôle est également de préparer les élections en lien avec la direction chargé des élections à la Préfecture avec le Préfet : "on analyse la situation, on essaie de prévoir les évolutions donc c'est dans ce sens-là qu'il faut être très attentif".

Toutes les demandes d'interventions qui sollicitent le Préfet passent par son Cabinet ainsi que la gestion de son agenda en liaison avec le secrétariat général. De ce fait, la nouvelle directrice de Cabinet indique qu'"Il faut être encore une fois très réactif et beaucoup à l'écoute du Préfet pour subvenir à ses besoins". Les visites présidentielles et ministérielles relèvent également du directeur de Cabinet : "on est vraiment sur l'actualité, sur la gestion réactive du quotidien d'un département et d'un région" précise Isabelle Epaillard-Patriat.

Enfin, la communication entre la Préfecture et la presse s'effectue grâce au directeur de Cabinet.

Déjà entendu le nom "Patriat" ?

C'est normal, François Patriat, conseiller régional de Bourgogne, est l'oncle de l'époux de la nouvelle sous-préfète.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.82
partiellement nuageux
le 29/02 à 18h00
Vent
1.54 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
77 %