Israël et Gaza en guerre : les réactions en Bourgogne-Franche-Comté

Publié le 09/10/2023 - 17:46
Mis à jour le 09/10/2023 - 17:29

Samedi 7 octobre 2023, le Hamas a attaqué Israël par surprise, tirant des milliers de roquettes depuis la bande de Gaza et infiltrant des centaines de combattants en territoire israélien, où il a aussi capturé un nombre important de civils et militaires. Des élus et une association de Bourgogne Franche-Comté ont souhaité réagir.

Cette éruption de violence a fait "plus de 200 morts" et "plus de 1.000 blessés" côté israélien, selon l'armée qui a accusé le Hamas d'avoir "massacré des civils", et 232 morts côté palestinien, selon le ministère de la Santé du mouvement islamiste au pouvoir sur la bande de Gaza depuis 2007. Il s'agit de l'escalade la plus meurtrière dans le conflit israélo-palestinien depuis des décennies.

Communiqué des Jeunes Socialistes de Bourgogne-Franche-Comté

"L'une des tragédies les plus déchirantes de cette attaque est le ciblage délibéré de jeunes qui faisaient la fête dans le sud d'Israël. Cet acte barbare nous rappelle douloureusement la tragédie du Bataclan en France, où des jeunes innocents, profitant d'un moment de joie, ont été brutalement arrachés à la vie. De nombreuses vies innocentes ont été tragiquement perdues, plongeant des familles dans un désarroi incommensurable.

Face à ces événements, nous tenons à exprimer notre soutien indéfectible au peuple israélien.
Il est essentiel de souligner que le Hamas cible délibérément des civils, une stratégie abjecte qui va à l'encontre de toutes les conventions internationales et principes humanitaires fondamentaux. Dans ces moments difficiles, nous condamnons fermement ces actes et toutes tentatives de minimisation ou justification.

Bien que nous puissions critiquer certaines actions et politiques du gouvernement israélien, notamment concernant l'établissement de colonies dans les territoires palestiniens et les effets sur la jeunesse palestinienne, cela ne doit en aucun cas servir de justification ou de prétexte à des actes terroristes envers la population israélienne. La position du gouvernement Netanyahu ne saurait être une raison pour minimiser une agression terroriste.

Aucune situation ou contexte politique ne peut justifier le terrorisme. Le Hamas, avec sa vision orientée vers la destruction de l'État d'Israël et l'exploitation de la détresse palestinienne, ne peut être considéré comme une force de résistance légitime. Il est impératif de ne pas établir une fausse équivalence entre les actions d'Israël et celles de l'organisation terroriste Hamas. Les Jeunes Socialistes de Bourgogne-Franche-Comté expriment leur solidarité envers les associations, les expatriés, ainsi que les franco-israéliens et franco-palestiniens de notre région, profondément affectés par cette situation.

Nous exhortons l'ensemble de la classe politique à prendre une position claire et sans équivoque face à ces actes terroristes, tout en œuvrant pour une solution durable au conflit israélo-palestinien. La position historique de la France a toujours plaidé pour une coexistence pacifique par le biais d'une solution à deux États. En tant que Jeunes Socialistes de Bourgogne-Franche-Comté, nous réaffirmons notre soutien à cette vision et soulignons l'urgence de garantir la sécurité de tous, y compris de nos expatriés dans la région. Nous nous associerons à toutes les initiatives ayant pour objet la paix !"

Communiqué de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) de Besançon

"Plus de 260 corps ont été retrouvés sur les lieux d'une rave-party attaquée par les tueurs du Hamas. La localité de Sdérot a été la cible d'un carnage et des milliers de roquettes, lancées depuis le territoire gazaoui, ont visé de nombreuses villes israéliennes, dont Tel Aviv et Jérusalem. Des dizaines d'otages israéliens se trouvent actuellement dans la bande de Gaza, soumis à des brutalités et des sévices.

Nous adressons nos pensées les plus solidaires aux familles et aux proches des victimes, et au peuple israélien en entier. Nous partageons ses inquiétudes et nous nous associons à sa douleur. Cette attaque, il faut le souligner, est le fait d'un mouvement jihadiste, qui exerce un contrôle totalitaire, policier et répressif à Gaza, dont il prend la population en otage.

Dans sa charte, le Hamas annonce qu'« il n'y aura de solution à la cause palestinienne que par le jihad ». Son article 8 dit plus précisément que « Dieu est son but, l'Apôtre son modèle, le Coran sa constitution, le jihad son chemin et la mort sur le chemin de Dieu la plus éminente de ses espérances »Dans le 13º article de sa charte, le Hamas dit renoncer à toutes négociations : « Renoncer à quelque partie de la Palestine que ce soit, c'est renoncer à une partie de la religion. » Cette organisation a pour seul objectif, explicite, d'éradiquer l'État d'Israël ainsi que sa population.

Nous rappelons à cet égard que le Hamas est, comme l'organisation terroriste Hezbollah au Liban, financé par l'Iran et le Qatar, qui veulent la disparition d'Israël et entendent faire pression sur les États arabes qui ont signé des accords avec cet État pour entrer dans la voie de la normalisation de leurs rapports. 

Aucune défense ne peut être apportée aux pogromistes qui se sont eux-mêmes placés hors de l'humanité par leur idéologie et leurs actes. Aucun homme libre ne peut témoigner d'un soutien à des actions génocidaires qui ne relèvent ni de la « résistance » et surtout pas d'une quelconque volonté d'instaurer une « paix juste et durable » au Proche-Orient. Ni relativisme, ni « contextualisation » ni « oui mais », ni silence : tout comme les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis et ceux du 13 novembre 2015 en France, ces abominations intentionnellement commises à l'encontre de civils doivent être dénoncées de manière inconditionnelle.

La Licra demande au gouvernement la dissolution des organisations qui, en France, ont salué avec enthousiasme les attaques jihadistes, et qui œuvrent à développer sur notre territoire les ferments d'une guerre civile. Complices de l'islamisme, animées par la haine antijuive, elles travaillent consciemment à détruire la République et érigent la France en base arrière du terrorisme.

De même que l'antisémitisme concerne tous les citoyens et non les seuls juifs, cette attaque n'est pas une simple affaire « entre Israéliens et Palestiniens ». Elle participe d'une offensive de grande ampleur d'un nouveau nazisme, l'islamisme, contre les démocraties, dont Israël est l'avant-poste. Ne pas le comprendre, c'est laisser prospérer les ennemis de la liberté. Ne pas y résister, c'est laisser les portes grandes ouvertes à la barbarie". 

Communiqué des élus communistes de la Ville de Besançon

"Attaque du Hamas nous condamnons fermement cet acte !

"La nuit dernière  une attaque contre le peuple israélien a eu lieu avec incursions armées et roquettes. Nous condamnons fermement cet acte, et demandons à ce que cela cesse. Ce conflit n’a que trop duré, et les premières victimes en sont les civils que ce soit du coté israélien ou palestinien dans les territoires occupés où l’on déplore plusieurs centaines de morts. 

Pour cela le gouvernement de Netanyahou doit rompre avec cette politique violente qui contribue à alimenter cette escalade des violences en ne respectant pas le droit international, et organisant l’annexion de la Cisjordanie occupée. 

L’inaction internationale, dont la France fait partie, doit elle aussi être pointée du doigt, en ne faisant pas respecter les résolutions de l’ONU. 

Nous demandons à ce que la France et l’Europe se saisissent de cette question afin qu’une solution politique et de paix soit apportée et que les résolutions de l’ONU soit respectées. Cela implique de reconnaitre l’Etat de Palestine et de lever le blocus contre Gaza en vigueur depuis 2007. 

A la ville de Besançon, les élus communistes continueront à porter la voix de la paix, et celle de l’amitié entre les peuples".

(Les élus communistes de la ville de Besançon)

Communiqué relayé par l’Association France Palestine Solidarité (AFPS de Besançon et de sa région) :

"L’offensive menée depuis la Bande de Gaza par des groupes armés palestiniens, revendiquée notamment par le Hamas, est d’une ampleur sans précédent. Des sites militaires israéliens ont été investis, notamment à Sderot et au poste de Karem Abu Salem, qui est le seul point de passage des marchandises depuis le resserrement du blocus de Gaza. Dans le même temps, des milliers de roquettes étaient tirées, dans une attaque massive mettant en échec la défense anti-missiles israélienne.

Il est d’abord important de qualifier cette opération pour ce qu’elle est : une opération militaire du faible contre le fort, en rappelant que l’armée israélienne est l’une des plus fortes et des mieux équipées du monde. Nous déplorons que des civils aient été tués des deux côtés, et mettons en garde contre l’utilisation du terme de « terroriste » qui a été utilisé de tous temps contre les mouvements de résistance.

Il faut aussi rappeler le contexte de cette action, qui survient alors que les agressions et exactions de l’armée israélienne et des colons contre les habitants de Cisjordanie sont quotidiennes, et qu’elles ont causé la mort de 237 personnes dont 50 mineurs dans la population palestinienne depuis le début de l’année. A Gaza, depuis le 13 septembre, des manifestations pacifiques près de la limite orientale de la Bande de Gaza ont fait au moins 6 morts et 50 blessés dont deux journalistes palestiniens.

Cette période de fêtes juives est aussi synonyme pour les Palestiniens de toujours plus de restrictions, et de provocations répétées contre l’Esplanade des Mosquées et la mosquée Al-Aqsa, au mépris des accords internationaux. Il faut rappeler enfin que le gouvernement israélien d’extrême-droite, raciste et suprémaciste, a fait de la colonisation le premier point de son programme de gouvernement : depuis le début de l’année, on assiste à une accélération spectaculaire des opérations de colonisation, de nettoyage ethnique, et de répression contre le peuple palestinien.

Cette opération militaire des groupes palestiniens, encore en cours, est un échec cuisant pour la doctrine israélienne du « tout sécuritaire », qui prétend enfermer les Palestiniens dans des barrières infranchissables, en leur infligeant des conditions de vie insupportables. Le blocus de Gaza qui dure depuis plus de 17 ans est une punition collective interdite par le droit international : c’est une honte pour Israël et pour tous les Etats qui le laissent faire ; c’est une des composantes du régime d’apartheid imposé par l’Etat d’Israël au peuple palestinien.

Il n’y aura pas de paix sans perspective politique, il n’y aura pas de perspective politique sans que des sanctions ne soient prises contre Israël pour qu’il mette fin à ce régime d’oppression et qu’il se conforme au droit international et aux résolutions de l’ONU, notamment la fin de l’occupation, de la colonisation, et du déni des droits du peuple palestinien.

Alors que le Premier ministre israélien annonce le pire en reprenant le discours le plus extrémiste du « prix à payer », nous demandons aux autorités françaises et européennes de faire fermement savoir à l’Etat d’Israël qu’ils n’accepteront pas une nouvelle opération militaire contre la population palestinienne, notamment celle de la Bande de Gaza.

A l’heure où nous publions ce communiqué, les informations dont nous disposons font état de 160 Palestiniens tués et 1000 blessés du fait des bombardements israéliens, par voie aérienne et maritime, contre la Bande de Gaza. Il faut exiger de l’État d’Israël qu’il mette fin immédiatement à ces bombardements meurtriers. Le peuple palestinien a aussi droit à la sécurité, et il est urgent que la France et les instances internationales se préoccupent sérieusement de sa protection".

(AFPS de Besançon et de sa région)

Communiqué de Julien Odoul,  député du Rassemblement national dans la troisième circonscription de l'Yonne et élu au conseil régional. 

"Solidarité avec le peuple israélien ! Honte à LFI devenue la branche française du Hamas !

En tant que vice-président du groupe d’amitié France - Israël à l’Assemblée nationale, le député de l’Yonne et président du groupe RN au Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté Julien Odoul, apporte son soutien absolu et indéfectible à l’Etat d’Israël et à son peuple qui subissent une attaque terroriste de grande ampleur organisée par le Hamas.

Le massacre de dizaines de civils innocents, les nombreuses prise d’otages, la mise en scène et la profanation des cadavres par les djihadistes, viennent choquer tous les défenseurs de la paix et de la liberté.

Face au terrorisme, à la barbarie et à la haine, il n’y a pas de discussion possible, pas de dialogue envisageable, pas de trêve souhaitable et pas de paix. L’Etat d’Israël doit se défendre et protéger ses citoyens avec toute la force nécessaire et tous les moyens dont il dispose. Julien Odoul rappelle qu’Israël est le seul pays démocratique de cette région et un bouclier contre le fondamentalisme islamiste.

« Au-delà des images terribles qui nous parviennent via les réseaux sociaux, il est révoltant de lire les réactions indignes et les commentaires ignobles des députés de La France Insoumise qui laissent libre court à leur haine antisémite en justifiant cette barbarie qui serait une réponse à la politique israélienne. Les amis de Jean-Luc Mélenchon étaient déjà sortis de l’arc républicain, ils confirment leur islamo-gauchisme décomplexé et assument d’être la branche « française » du Hamas."

(Julien Odoul)

Communiqué de la Fédération du Doubs du Parti socialiste

La fédération PS du Doubs condamne les exactions du Hamas, organisation terroriste et islamiste radicale.  Elle apporte son soutien aux Israéliens qui vivent depuis le vendredi 6 octobre les attentats de l’organisation terroriste et islamique et condamne sans ambiguïté ces attaques lâches du Hamas. 

Nous condamnas également toutes les déclarations d’où qu’elles viennent qui viendraient à justifier de cette attaque barbare par un contexte de la politique israélienne à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem. Le courage politique est de condamner ces attentats et des les qualifier de terroristes. Nous condamnons toutes tentatives d’importer sur notre sol ce conflit et assurons notre soutien absolu envers la communauté juive française.

Nous rappelons qu’il faut trouver une solution politique et diplomatique à ce conflit Israélo-palestinien. En cohérence avec les dispositions du droit international et le droit à l’autodétermination des peuples, nous rappelons notre position historique pour la coexistence pacifique des deux états souverains vivant côté à côte en sécurité et soutenons les forces progressistes qui en Israël et en Palestine souhaitent la paix des braves. 

Communiqué de Besançon Maintenant

La situation en Israël où de nombreuses attaques terroristes ont eu lieu nous a horrifiés et indignés. 

Des actes d’une telle violence exécutés par le Hamas sont insoutenables et condamnables au plus haut point. Rien ne saurait justifier ce déchainement de violence aveugle qui a touché de nombreux civils.

Les élus de Besançon maintenant condamnent ces attaques terroristes avec la plus grande fermeté et apportent tout leur soutien aux blessés et aux familles des nombreuses victimes. Nous apportons également notre soutien au peuple Israélien dans cette terrible épreuve.

(maCommune.info avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Effondrement rue de Vesoul : Laurent Croizier demande la mise en place “d’un mécanisme d’aide financière pour les commerces en difficultés”

Suite à l’effondrement de la chaussée survenu le 25 février dernier rue de Vesoul à Besançon, le député du Doubs alerte ce mois de mai 2024 sur l’avenir des commerces. A ce titre, il demande qu’une aide soit mise en place…

La ministre Fadila Khattabi se rendra au Breuil et à Chalon-sur-Saône ce vendredi 17 mai

Fadila Khattabi, ministre chargée des personnes âgées et des personnes handicapées, sera, ce vendredi 17 mai 2024, en visite en Saône-et-Loire, pour visiter l’ESAT du Breuil, faire une déambulation dans le centre-ville de Chalon-sur-Saône, participer à une table ronde sur le Fonds territorial d’accessibilité et assister à un match de playoff de basket fauteuil.

Européennes : le ministre Jean-Noël Barrot sera présent à Belfort ce vendredi 17 mai

Dans le cadre des élections européennes, Christophe Grudler, député européen et candidat sur la liste ''Besoin d'Europe'' a invité Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de l'Europe pour une réunion publique qui se tiendra à Belfort le vendredi 17 mai 2024 à partir de 18h30 à la Maison du Peuple.

Élections européennes : les candidats invités à débattre sur les questions agricoles dans une ferme du Jura

Dans le cadre des prochaines élections européennes qui auront lieu le 9 juin 2024, les Jeunes agriculteurs de la région Bourgogne-Franche-Comté et la FRSEA invitent les candidats à débattre de leur programme autour des questions agricoles au sein d’une exploitation située à Saint-Baraing. 

Demande de protection fonctionnelle à Anne Vignot lors du prochain conseil municipal

Durant le prochain conseil municipal qui aura lieu jeudi 16 mai 2024, les élus seront amenés à délibérer sur l'octroi de la protection fonctionnelle à la Maire de Besançon suite aux propos violents et menaçants reçus personnellement sur les réseaux sociaux à la suite de son dépôt de plainte contre l’action du collectif Némésis menée durant le carnaval de Besançon le 7 avril dernier. 

Anne Vignot sur les relations entre Besançon et Dijon : ”On n’est pas des copains, mais…” 

EXCLUSIVITÉ • Lors de l’inauguration de l’exposition Made in Germany au musée des Beaux-Arts de Besançon le 3 mai dernier, c’était la première fois que l’on voyait les maires de Besançon et Dijon réunis dans un même projet, voire complices, avec des discours positifs et élogieux l’un envers l’autre. On le sait, les relations entre les maires de Besançon et de Dijon n’ont jamais été particulièrement au beau fixe, alors qu’en est-il dans les coulisses ? Les élu(e)s d'une région doivent-ils forcément s'entendre et collaborer ? On a rencontré Anne Vignot pour en parler...

Remplacer la place de la Révolution par la place Charles Quint : la proposition du MFC rejetée

Fin 2023, la Ville de Besançon a mis en place des ”Ateliers citoyens” permettant aux Bisontin(e)s de faire des propositions sur tout sujet concernant la vie locale. Celles ayant obtenu le plus de suffrages, lors d'un vote en ligne du 15 mai au 5 juin, feront alors l'objet d'un vote en conseil municipal. Mais la proposition du Mouvement Franche-Comté est jugée irrecevable.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.21
couvert
le 20/05 à 3h00
Vent
1.39 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
95 %