Ivre, il frappe son ex-compagne avec un poulet congelé

Publié le 06/02/2014 - 19:57
Mis à jour le 16/04/2019 - 17:41

Reconnu coupable d’avoir frappé son ex-compagne avec un poulet congelé, considéré par la justice comme une « arme par destination », un homme de 35 ans a été condamné aujourd’hui à 24 mois de prison, dont 12 mois avec sursis et mise à l’épreuve, par le tribunal correctionnel de Vesoul.

L'homme, qui a déjà été condamné à deux reprises pour des violences sur la même femme, par ailleurs invalide et sous curatelle renforcée, comparaissait pour "violences aggravées avec arme par destination" devant le tribunal de Vesoul.

Hier en début d'après-midi, il se rend à Luxeuil-les-Bains chez son ex-compagne, âgée de 46 ans, et une dispute éclate. L'homme saisit un poulet congelé dans le réfrigérateur, et la frappe avec.
Il gifle également son ex-compagne, la menace de mort et ravage une partie de son appartement. La victime s'est vu prescrire 10 jours d'interruption temporaire de travail (ITT).

Les deux protagonistes étaient ivres au moment des faits. L'agresseur avait 2,40 grammes d'alcool par litre de sang. Ils entretiennent une "relation extrêmement toxique sur fond d'alcool", a indiqué le substitut du procureur, Stéphane Clément. "Ces violences sont totalement inadmissibles. On craint qu'à un moment cet homme passe à des violences supérieures vis-à-vis de madame", a dit Stéphane Clément qui a requis 18 mois de prison dont 10 mois avec sursis.

Le prévenu a été incarcéré à l'issue de l'audience et dès sortie de prison, ils sera placé et hébergé dans une association d'aide aux personnes violentes.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Attaque à la machette à Besançon : un père de famille interpellé

Alexia Marquis, substitut du procureur à Besançon et David Tognelli, chef de la filière judiciaire (DIPJ), sont revenus jeudi 27 juin 2024 sur les faits commis vendredi dernier. Une commerçante avait été gravement blessée non pas la machette, mais au couteau vers 05h10 du matin Avenue Denfert-Rochereau à Besançon. Quelques minutes plus tôt, c’est un homme qui a échappé de peu à une agression similaire rue de Belfort…

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.81
partiellement nuageux
le 22/07 à 03h00
Vent
2.02 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
97 %