"Jean-Louis Fousseret ne nous tend pas la main" selon Jacques Grosperrin

Publié le 28/04/2014 - 17:20
Mis à jour le 12/04/2019 - 11:44

À la veille de l’élection du Conseil communautaire à Besançon, le groupe d’opposition constitué de Jacques Grosperrin, Philippe Gonon, Odile Faive Petit-Jean, et de huit autres conseillers municipaux, souhaite « faire des remarques sur la méthode, la gouvernance » de Jean-Louis Fousseret, le maire de Besançon. Ils annoncent également qu’ils ne participeront pas au vote de l’élection du président du Grand Besançon et n’intégrerons pas des structures telles que le Sybert, le Comité d’appel d’offres, etc.

 ©
©

"Je ressens les choses comme ça : Monsieur Fousseret mérite-t-il d'être président de l'agglomération ?" se demande Jacques Grosperrin. Il ajoute qu'"Il a fait, non pas des promesses de campagne, mais une campagne de promesses" lors de l'élection municipale.

Selon le conseiller municipal, Jean-Louis Fousseret ne montre pas l'exemple : "Il ne donne pas la parole aux élus d'opposition que nous sommes" et souhaite que la maire prenne exemple sur le président d'agglomération du Pays de Montbéliard, Marcel Bonnot (UMP), autrement dit, qu'il refuse ses indemnités "à une période pendant laquelle il y a un désengagement fort de l'État".

Une charte du conseil communautaire "illégale"

Philippe Gonon, conseiller municipal et membre de l'Union UMP-UDI-Modem, déclare que le texte voté à la Communauté d'agglomération du Grand Besançon (CAGB) voté en 2013 indique que "le maire de la ville est le président de la CAGB". Or, selon la loi, le président de l'agglomération et ses vice-présidents sont élus par un vote de l'assemblée à bulletin secret avec la majorité absolue.  "Nous sommes en présence d'un texte qui tente délibérément de détourner la loi que nous considérons comme nulle et non avenue" indique Philippe Gonon, "En France, il y a encore un principe de droit qui est intangible et qui s'impose à tous, c'est la suprématie de la loi sur les petits accords entre amis. Ce texte est illégal." A-t-il ajouté.

Des indemnités plus élevées pour les vice-présidents et conseillers communautaires ?

"On demande à tout le monde de se serrer la ceinture dans cette période de crise, mais à la communauté d'agglomération, ça n'a pas l'air d'être le cas" a indiqué Odile Faivre Petit-Jean, conseillère municipale et membre de l'union UMP-UDI-Modem.

Jean-Louis Fousseret a décidé de réduire le nombre de vice-présidents qui étaient 29 à 15 "pour faire des économies". Après avoir demandé au maire si les indemnités des 15 vices-présidents et des conseillers communautaires allaient être augmentées, la conseillère municipale dit n'avoir obtenu aucune réponse. Pour elle, "à quoi bon réduire le nombre de vice-présidents avec pour but de faire des économies si c'est pour augmenter leurs indemnités ? On n'a pas de certitude, ce sera voté demain."

Qu'est-ce qu’un conseil communautaire ?

Le conseil est composé d'un président, de vice-présidents et de conseillers communautaires. Le président est élu au sein de l'assemblée selon les mêmes règles que pour un maire. Le nombre de vice-présidents est fixé par le conseil, dans la limite de 30 % de son effectif total. Le mode d'élection est le même que pour le président.

Une commune ne peut détenir la majorité des sièges, et en bénéficie au moins d'un. Le nombre de conseillers du conseil communautaire est déterminé lors du projet de création de l'intercommunalité, sur une base démographique.

Les membres du conseil communautaire sont élus par les conseils municipaux des communes membres. Chaque commune ayant un nombre alloué de conseillers communautaires, chaque municipalité désigne en son sein les délégués qui représenteront la commune au conseil communautaire. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Législatives 2024 : Macha Woronoff appelle les étudiants de l’université de Franche-Comté à voter

Alors que le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé le 9 juin 2024 la dissolution de l’Assemblée nationale, l’association France Universités rappelle dans un communiqué les valeurs des universités françaises. Un point de vue soutenu et partagé par Macha Woronoff, présidente de l’Université de Franche-Comté.

Législatives 2024 : trouvez les candidats dans votre circonscription en Franche-Comté

Voici la liste de toutes les candidates et de tous les candidats à la députation lors des élections législatives anticipées qui se tiendront les dimanche 30 juin et 7 juillet suite à la dissolution de l’Assemblée nationale par le président de la République au vu de la victoire du Rassemblement national en France le 9 juin dernier.

27 écoles “ont fait, font ou feront l’objet de désamiantage” à Besançon

En octobre 2023, Anne Vignot, la maire de Besançon, avait effectué un point presse suite aux interpellations des élus de l’opposition qui s’inquiétaient de l’état des écoles de la ville au sujet de l'amiante. Si elle s’était déjà voulu rassurante à l’époque, elle le reste aujourd’hui et indique qu’une commission du conseil municipal s’est tenue à quatre reprises pour élaborer un état des lieux et établir des préconisations ainsi qu’un plan d’actions. Ces résultats seront présentés jeudi 20 juin 2024 devant les élus.

Sondage – Comptez-vous aller voter les 30 juin et 7 juillet 2024 aux élections législatives anticipées ?

Suite à la décision du président de la République de dissoudre l'Assemblée nationale après la victoire de l'extrême droite aux élections européennes en France, les électrices et les électeurs sont invités à se rendre aux urnes les 30 juin et 7 juillet 2024 pour élire les député(e)s dans le cadre d'élections législatives anticipées. Comptez-vous aller voter ? C'est notre sondage de la semaine...

Législatives 2024 : le collectif “à gauche citoyens” appelle à voter pour le Nouveau Front populaire

Dans un communiqué du 15 juin 2024, l’association "à gauche citoyens !" se réjouit de l’accord intervenu entre les forces de gauche et les écologistes et de la constitution du Nouveau Front populaire. "Cela répond à la raison d’être de notre association depuis sa création", est-il précisé.

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.55
légère pluie
le 19/06 à 3h00
Vent
1.1 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
92 %