Une élue PS de Besançon vote pour Juppé à la primaire : « Je ne regrette pas et j’assume ma démarche »

Publié le 21/11/2016 - 16:08
Mis à jour le 21/11/2016 - 16:12

Catherine Thiébaut, adjointe au maire PS de Besançon et écologiste, a choisi de voter dimanche 20 novembre 2016, à la primaire de la droite. Ayant expliqué sa démarche sur les réseaux sociaux après son vote, elle fait aujourd’hui l’objet de nombreuses critiques. Elle nous confie sa réaction.

1-dsc_3861.jpg
Catherine Thiébaud ©Alexane Alfaro

Primaire de la droite

PUBLICITÉ

Catherine Thiébaut se dit tout d’abord surprise par l’ampleur médiatique suscitée par sa participation à la primaire de la droite. Elle avait annoncé sur les réseaux sociaux qu’elle irait voter pour Alain Juppé et expliquait encore sa démarche après son vote. Depuis, les critiques se sont multipliées. « Les médias ont repris essentiellement les critiques et commentaires négatifs. Mais j’ai reçu également beaucoup de soutiens, que ce soit en public ou en privé. De mon entourage bien sûr, mais aussi de personnes que je ne connaissais pas. J’ai expliqué quelle était ma démarche sur les réseaux sociaux, mais j’ai aussi bien précisé que je respectais le choix des personnes qui n’allaient pas voter à ces primaires. Chacun fait comme il l’entend. Et je regrette d’être jugée de la sorte, de faire face à des réactions parfois violentes. Ceux qui me connaissent savent qu’il est stupide de dire que je suis maintenant de droite. Je suis de gauche et écologiste, c’est très clair. Mais face à ce vide que nous avons à gauche, autant aller voter par rapport au candidat que l’on risque d’avoir au second tour.« 

« Je fais partie du peuple de gauche. C’est à ce titre que je suis allée voter. »

L’adjointe à la mairie de Besançon revient sur la participation massive de citoyens de gauche à cette primaire de la droite : « C’est vrai que je suis élue. Mais je fais partie du peuple de gauche. C’est à ce titre que je suis allée voter. 600.000 personnes de gauche se sont déplacées pour ces primaires. Ce n’est pas pour rien : il faut reconnaître que nous avons un vide à gauche. Cette participation massive, c’est surtout pour dire à la gauche : attention ! Il faut que nous dépassions tout cela, que nous nous rassemblions. J’aimerais retrouver une gauche avec un vrai programme, avec nos valeurs de base, le partage du travail, le partage des richesses, la production d’énergies renouvelables, tous ces sujets qui me tiennent à cœur. Il y en a un en particulier qui me tient à cœur, c’est ce changement des institutions. Nous devons changer tout cela et arrêter de mettre un seul homme à la tête. Démocratiquement, les primaires ne sont pas une bonne chose. En Allemagne, par exemple, les électeurs votent pour un parti, plutôt que pour un homme. Que tout repose sur un seul homme n’est pas bon.« 

Catherine Thiébaut ne sait pas encore si elle ira voter au second tour de la primaire de la droite dimanche prochain : « Je pense que c’est terminé pour Juppé. Mais je ne sais pas encore ce que je ferai. » Elle ne regrette pas sa participation au premier tour. « J’assume ma démarche, je m’en suis expliquée. Et je fais face aux critiques qui en découlent. Si cela pouvait servir à ce que la gauche dise enfin : « Rassemblons-nous ! », j’en serais heureuse. C’est ce que j’appelle de tous mes vœux.« 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Européennes :  Marie-Guite Dufay et 36 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté soutiennent Raphaël Glucksmann

Européennes :  Marie-Guite Dufay et 36 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté soutiennent Raphaël Glucksmann

37 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté ont récemment signé une tribune dans le but de soutenir la liste "Envie d'Europe" de Raphaël Glucksmann. Parmi eux, la présidente de région Marie-Guite Dufay, mais aussi Patrick Ayache, Luc Bardi, Éric Houlley ou Loïc Niepceron.

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Dans le cadre de sa mission de contrôle de l'action du Gouvernement, Michel Raison, sénateur de la Haute-Sao?ne a interrogé mardi 14 mai 2019  en séance publique au Sénat, la ministre de la cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, sur les engagements pris par la ministre  pour réparer le préjudice subi par la Ville de Lure suite à la décision du Gouvernement Philippe d'abandonner le projet de nouvel établissement pénitentiaire sur lequel le Président François Hollande s'était engagé en septembre 2015.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 5.63
ciel dégagé
le 22/05 à 3h00
Vent
1.24 m/s
Pression
1019.91 hPa
Humidité
97 %

Sondage