Témoignage : "Je veux être libre et décider de ma mort"

Publié le 02/03/2019 - 08:14
Mis à jour le 02/03/2019 - 08:51

A Besançon, la question de la fin de vie s’invite dans le cadre du Grand débat national ce samedi 2 mars 2019 de 15h à 18h à l’Espace Pierre Mendes France   (3 rue Beauregard – salle 9) en présence de Yoann Brossard, délégué national de l’ADMD (association pour le droit de mourir dans la dignité) en charge des délégations orphelines.
 
 

Quel comportement le corps médical doit-il avoir en face d'une personne en fin de vie ou "prisonnière de son corps" ? Peut-on choisir de mourir dans la dignité ? Que dit la loi ? Séverine Arnaud, représentante départementale de l'association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) du Doubs, nous explique sa vision des choses. 

"Je ne souhaite aucun acharnement thérapeutique. Je veux être libre et décider de ma mort. Je souhaite que le corps médical n'applique pas seulement la loi Claeys-Leonetti, car elle est uniquement mise en place en phase terminale", explique Séverine Arnaud qui "veut pouvoir décider et ne pas vivre prisonnière d'un corps malade".

L'ADMD est donc favorable à l'euthanasie (intervention médicale avec injection létale) et au suicide assisté (le patient s'injecte lui même le produit) dans les cas de fin de vie et pour éviter "à tout âge" l'acharnement thérapeutique. Pour cela, la personne devra avoir au préalable écrit une déclaration signée par trois personnes de confiance afin que cette décision puisse être prise à sa place (pour les cas où la personne est inconsciente).

La question de la fin de vie, absente du grand débat national

Un point qui tient à cœur à la représentante départementale de l'ADMD c'est l'"absence du sujet de la fin de vie dans le Grand Débat national". Ce dernier, mené partout en France a défini quatre thématiques qui n'abordent en aucun cas la question de la fin de vie. C'est pourquoi des réunions sont oragnisées durant ce mois de mars dans la région (voir ci-dessous)

La loi Claeys-Leonetti, c'est quoi ?

L'objectif de cette loi est d'autoriser la suspension d'un traitement ou de ne pas l'entreprendre, si ses résultats escomptés sont inopportuns, c'est-à-dire inutiles, disproportionnés ou se limitant à permettre la survie artificielle du malade. S'il est hors d'état d'exprimer sa volonté, ces traitements pourront être limités ou interrompus après consultation des consignes qu'il aurait pu laisser, de la personne de confiance qu'il aurait pu désigner et de son entourage - famille ou proches -, dans le respect d'une procédure collégiale.

Si la personne n'est pas consciente, la loi Claeys-Leonetti s'applique et permet l'arrêt des traitements après consultation et avec l'accord de tous les membres de la famille présente. C'est ce cas de figure qui déchire depuis dix ans la famille de Vincent Lambert, resté paraplégique après un grave accident de la route en 2008.

Info +

  • Séverine Arnaud va se mettre prochainement en contact avec les députés du département pour débattre sur ce sujet.
  • Des Réunions sont organisées début mars pour rencontrer les adhérents :
  • Délégation ADMD Doubs, 33 grande rue à Besançon
  • Permanence au 07 66 34 22 00 du lundi au mardi de 10h30 à 14h00.
  • N° d'Écoute de l'ADMD national : 50 rue Chabrol 75 010 Paris (téléphone : 01 48 00 04 92)
Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

Société

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

“La question n’est pas uniquement la défense des droits, mais aussi leur promotion” (Amnesty International)

Du 17 au 20 mai 2024, l’hôtel de Ville de Besançon accueille l’exposition "We want to break free*". Elle sera ensuite déplacée à la médiathèque Pierre Bayle jusqu’au 1er juin. Sébastien Tüller, responsable de la commission orientation sexuelle et identité de genre d’Amnesty International, nous en parle…

Le tourisme et le commerce bisontin au coeur du prochain conseil municipal de Besançon

Au coeur des sujets du prochain conseil municipal, le tourisme et l'activité commerciale de la Ville de Besançon seront abordés comme thème principaux ce jeudi 15 mai 2024. En conférence de presse, la Ville a dressé le bilan des derniers chiffres de la saison touristique et du commerce bisontin. 

À Besançon la boutique “L’air de rien” ferme ses portes

Ce mercredi 15 mai 2024 les autocollants "déstockage massif" et "avant cessation d’activité" sur la vitrine de la boutique bisontine L’air de rien interpellent. Située au 8 rue des Granges, la boutique avait reçu en 2023 le prix du meilleur commerce indépendant de Bourgogne – Franche-Comté mais s'apprête pourtant à baisser définitivement le rideau.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.52
légère pluie
le 23/05 à 0h00
Vent
1.63 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
95 %