Jean-Pierre Chevènement en Corse à l'hommage du préfet Erignac

Publié le 06/02/2018 - 10:38
Mis à jour le 06/02/2018 - 12:20

L’ancien ministre de l’Intérieur Jean-Pierre Chevènement sera présent « par tradition républicaine » mardi 6 février 2018 à l’hommage rendu en Corse par le président de la République au préfet Claude Erignac assassiné à Ajaccio il y a vingt ans, a précisé une source proche de l’Elysée.

 ©
©

L'Elysée a invité, "par tradition républicaine", Lionel Jospin et Jean-Pierre Chevènement qui étaient, au moment de l'assassinat, respectivement Premier ministre et ministre de l'Intérieur. M. Jospin ne sera, lui, pas présent.

"Très mauvais signal"

"Il ne faut pas y voir un message politique", a ajouté la source proche de l'Elysée alors que le chef de l'exécutif corse, Gilles Simeoni a qualifié cette présence de "très mauvais signal". Jean-Pierre Chevènement "incarne quelqu'un qui a d'abord toujours refusé, de façon excessive, (...) la moindre avancée pour la Corse", a déclaré M. Simeoni sur Public Sénat, "et surtout quelqu'un qui a installé le préfet Bonnet (...) qui s'est ensuite commis dans l'affaire des paillotes". Le préfet Bernard Bonnet avait été limogé et condamné pour avoir fait incendier clandestinement par des gendarmes, en 1999, une paillote illégalement construite sur une plage proche d'Ajaccio.

"Lorsqu'on juxtapose la venue de Jean-Pierre Chevènement et la tribune qu'il a écrite hier dans Le Monde au moment où la Corse tout entière espère et attend une ouverture politique significative, c'est effectivement un très mauvais signal", a ajouté Gilles Simeoni.

"Les nationalistes masquent (...) par une surenchère permanente leur incapacité à gérer" 

Dans cette interview au Monde, l'ancien ministre de l'Intérieur déclare que "les nationalistes masquent (...) par une surenchère permanente leur incapacité à gérer" et balaye la plupart de leurs revendications. C'est sur les lieux même où Claude Erignac s'est effondré, le 6 février 1998, atteint par trois balles, qu'Emmanuel Macron inaugure mardi une place éponyme en sa mémoire.

Infos +

  • Un olivier a été planté et l'inscription "un homme, une place", gravée sur le sol, selon les souhaits de la veuve du préfet, Dominique Erignac, et leurs deux enfants.
  • Tous trois devraient être présents à la cérémonie ce qui marquerait leur premier retour en Corse depuis les faits, a précisé la source proche de l'Elysée.
(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Accord signé au Nouveau Front populaire : Dominique Voynet, candidate dans le Doubs

Les Écologistes, le Parti socialiste, la France insoumise et le Parti communiste ont trouvé et signé jeudi 13 juin au soir un accord pour la création d'un "Nouveau Front populaire", après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin dernier. Dominique Voynet (EELV), ancienne ministre et secrétaire régionale d'Europe Écologie-Les Verts en Bourgogne-Franche-Comté est candidate dans la deuxième circonscription du Doubs, supplée par Anthony Poulin, adjoint à la maire de Besançon.

Législatives 2024 : Éric Alauzet se retire et laisse la place à Benoît Vuillemin

Selon un communiqué du 13 juin 2024, le député de la deuxième circonscription du Doubs du parti Renaissance, Éric Alauzet, a décidé de se retirer de la campagne pour l’élection législatives anticipée des 30 juin et 7 juillet. Il confirme la candidature de Benoît Vuillemin, maire de Saône et vice-président de Grand Besançon Métropole.

Législatives 2024 : un collectif mobilisé contre l’extrême droite à Besançon

À l'initiative de la Ligue des droits de l'Homme, une cinquantaine d'associations, d'ONG et d'organisations syndicales se sont réunies lundi 11 juin 2024 et ont décidé de former un collectif suite aux résultats des élections européennes. Pour rappel, une mobilisation contre l’extrême droite est prévue samedi 15 juin 2024 à 15h00 place de la Révolution à Besançon.

Législatives 2024 : comment voter par procuration ?

Le 9 juin 2024, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblée Nationale, appelant ainsi les Français à retourner aux urnes les 30 juin et 7 prochains. En vue de ces élections législatives, et en ce début de saison estivale, le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer renouvelle le dispositif de procuration dématérialisée, mis en place pour la première fois pour les élections Européennes 2024. Précisions.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.57
couvert
le 16/06 à 9h00
Vent
3.68 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
75 %