Jeux olympiques 2024 : le breakdance prend la pose olympique, coup de jeune sur les Jeux !

Publié le 21/02/2019 - 17:36
Mis à jour le 21/02/2019 - 17:13

Le breakdance, sport olympique ! C’est le coup d’éclat tenté jeudi 21 février 2019 par Paris-2024, qui a décidé d’inviter à son programme cette danse acrobatique, en compagnie du surf, de l’escalade et du skateboard, pour donner un coup de jeune à l’institution olympique.

Image libre de droit ©ionasnicolae/Pixabay ©
Image libre de droit ©ionasnicolae/Pixabay ©

Le choix de ces disciplines répond au souhait des organisateurs de "se connecter aux sports qui cartonnent partout dans le monde pour apporter aux Jeux une dimension plus urbaine, plus sport de nature, plus artistique", a souligné Tony Estanguet, le patron de Paris-2024. La sélection, qui s'ajouterait aux 28 sports déjà au programme, doit toutefois encore être validée par le Comité international olympique (CIO), en décembre 2020.

Le breakdance, une danse acrobatique issue de la culture hip-hop, ferait sa première apparition aux Jeux olympiques en 2024 alors que les trois autres sports sont déjà invités à Tokyo-2020. Vidéos projetées sur un écran géant, démonstration de sons et lumières, l'annonce officielle, qui a eu lieu à La Défense Arena, se voulait spectaculaire. "C'est le pas en avant le plus important du breakdance depuis que cette discipline existe", s'est enthousiasmé Mounir Biba, capitaine des Vagabond Crew, invité jeudi par Paris-2024.

Attirer les sponsors

Le breakdance est apparu aux Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) de Buenos Aires en 2018, sous forme de duels ("battles") départagés par des juges. Les candidats pouvaient se qualifier en envoyant une vidéo en ligne. Cette discipline est rattachée à la Fédération mondiale de la danse sportive (WDSF).

Le CIO et le Comité d'organisation des Jeux olympiques (Cojo) avaient annoncé que le nombre de sportifs accueillis serait plafonné à 10.500 pour les JO de Paris-2024, ce qui limitait les chances des sports collectifs. Le Cojo avait aussi indiqué que les sports invités ne devaient pas nécessiter de nouvelles constructions d'équipements pérennes.

En tout, ces nouveaux sports devraient représenter 248 sportifs, en respectant la parité hommes/femmes. Ils reflètent la volonté du CIO et du Cojo de rester au contact d'un public jeune, quitte à décevoir des disciplines qui toquent à la porte des Jeux depuis longtemps, comme le squash ou la pétanque. Autre déçu, le karaté, alors qu'il fera son apparition aux JO de Tokyo-2020.

Tony Estanguet a insisté sur la nécessité de "parler aux nouvelles générations", "si on veut que les jeunes se mettent au sport", en évoquant des "sports particulièrement vivants sur les réseaux sociaux". Pour le CIO, il s'agit aussi de valoriser les droits télévisés et d'attirer les sponsors, dont les noms défilaient jeudi sur un bandeau digital pendant toute la cérémonie, à La Défense Arena.

"Tournés vers les gens"

Les sites des trois disciplines urbaines (breakdance, skateboard et escalade) n'ont pas été arrêtés, a souligné Tony Estanguet.

Pour le surf, qui fera sa première apparition à Tokyo en 2020, deux candidats se sont faits connaître: Biarritz (sud-ouest), alliée à trois communes proches (Capbreton-Hossegor-Seignosse), a déjà déposé un dossier pour accueillir la discipline, tout comme Lacanau (sud-ouest).

Le budget total prévu des Jeux olympiques s'élève aujourd'hui à 6,8 milliards d'euros: 3,8 milliards, issus du privé (CIO, sponsors, billetterie), sont consacrés à l'organisation des compétitions -un chiffre qui peut évoluer en fonction des recettes- et 3 milliards, dont 1,5 milliard fourni par les pouvoirs publics (Etat, collectivités), sont consacrés aux chantiers pour les équipements pérennes.

En plus des nouveaux sports, les organisateurs des JO-2024 ont mis en avant jeudi "une approche des Jeux tournée vers les gens, pour les gens", selon les mots employés par Tony Estanguet.

En clair, Paris-2024 va proposer au grand public, aux spectateurs, de s'investir pleinement dans l'évènement, à travers des sports connectés et l'organisation d'un marathon ouvert à tous, dont les modalités restent à définir. Tony Estanguet a évoqué une course "sur le même parcours que les athlètes, le même jour", mais "pas en même temps".

"Avec Paris-2024, les spectateurs des Jeux deviennent enfin acteurs des Jeux", a voulu résumer le multiple champion olympique de canoë.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Sport

Sports : l’heure de vérité pour le GBDH, le FCSM veut enchaîner

Tour d'horizon des rencontres sportives des rencontres majeures à suivre ce week-end des 12 et 13 avril 2024 en Franche-Comté. Le GBDH aura fort à faire face à Frontignan tout comme le Racing devant Bobigny. Le FCSM aura l'occasion de performer et de poursuivre sa dynamique chez la lanterne rouge tandis que le BesAC se consacre à un dernier enjeu. 

Clément Berthet sur le départ de la Classic Grand Besançon Doubs : “On vise clairement la victoire !”

Le Classic Grand Besançon Doubs a démarré, d’abord de Besançon, puis de Chalezeule pour quelques heures de course cycliste jusqu’à Montfaucon vendredi 12 avril 2024. On a posé quelques questions à l’un des coureurs francs-comtois, Clément Berthet quelques minutes avant la course.

Suivez en direct la Classic Grand Besançon Doubs…

La première épreuve du triptyque franc-comtois démarre ce vendredi 12 avril 2024 ! Après un départ sur l’esplanade des Droits de l’Homme à Besançon, les coureurs devront s’élancer sur un parcours de 171,3 km en affrontant trois côtes… Celles de Marchaux, d’Epeugney, de la Malate. Suivez la course en direct avec nos journalistes sur place.

Premier contrat pro avec le FC Sochaux-Montbéliard pour Dalangunypole Gomis

Déjà pleinement intégré au groupe, le défenseur Dalangunypole Gomis vient de signer son premier contrat professionnel en faveur du FCSM a fait savoir le club mercredi 10 avril 2024. Le jeune joueur de 19 ans, issu du centre de formation sochalien, s’est engagé jusqu’en 2027. Son contrat prendra effet à compter du 1er juillet 2024. 

Tout ce qu’il faut savoir sur la Classic Grand Besançon Doubs

C'est le jour J ! La Classic Grand Besançon Doubs aura lieu ce vendredi 12 avril 2024, le départ est prévu à 11h20 sur l'esplanade des Droits de l'homme à Besançon. Les organisateurs ont confirmé la présence de plusieurs coureurs susceptibles de s’illustrer lors de cette course tant attendue des Bisontins amateurs de la petite reine. On fait le point sur toutes les infos utiles de la course. 

Sports : une victoire pour le BesAC, un nul pour le Racing

Retour sur les résultats sportifs du week-end du 6 avril 2024, enfin une victoire de caractère pour le BesAC devant son public des Montboucons et le Racing Besançon a de son côté mis un terme à sa mauvaise série en concédant le nul face à Fleury au stade Léo Lagrange.

Sports : des réactions espérées du côté du Racing Besançon et du BesAC

Parmi les rencontres majeures de ce week-end, deux matchs à suivre dans la cité bisontine. En mauvaise posture, le Racing doit réagir malgré la venue du 4e sur sa pelouse de Léo Lagrange ce samedi 6 avril. De son côté, d'ores-et-déjà condamné à la N2, on n'espère plus qu'une réaction d'orgueil du côté du BesAC qui reçoit l'avant-dernier Lorient aux Montboucons.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.11
nuageux
le 12/04 à 18h00
Vent
1.13 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
62 %