La caserne de gendarmerie de Pontarlier baptisée "Caserne capitaine Paul Grosjean"

Publié le 29/10/2021 - 14:58
Mis à jour le 29/10/2021 - 15:40

Le baptême de la caserne de gendarmerie sera officialisée lors d’une cérémonie présidée par Jean-François Colombet, préfet du Doubs, Patrick Genre, le maire de Pontarlier, et le général commandant la gendarmerie de Franche-Comté ainsi que de nombreux élus et associations militaires le mardi 7 décembre 2021 à 09h30 au 4 rue du Moulin Parnet à Pontarlier.

La Franche-Comté est une terre de mémoire de la seconde guerre mondiale. Par sa position stratégique, elle a été le théâtre de plusieurs opérations militaires en commençant par la blitzkrieg allemande qu’elle subit dès le 15 juin 1940. Le 16 juin, Besançon est occupée par les troupes allemandes. Montbéliard suivra le 17 et Belfort le 18 juin. En moins d’une semaine, la région est sous occupation allemande et seuls les massifs jurassien et doubien ralentiront la progression allemande.

 La devise franc-comtoise : "Comtois, rends-toi! Neni, ma foi !" illustre l’état d’esprit des FrancsComtois face à l’occupation allemande malgré la signature de l’armistice. On retrouve ainsi un vaste foyer de résistants dans la région qui multiplient les actions avec notamment une filière de passeurs vers la Suisse. Du fait de cette période de l’histoire de notre pays, les associations patriotiques sont très actives et les commémorations particulièrement suivies dans le Doubs. La gendarmerie nationale est un acteur incontournable de ce devoir mémoriel, notamment pour honorer les gendarmes qui sont morts sous l’occupation et pendant la libération de la France.

A propos de Paul Grosjean

©

Né le 22 septembre 1897 à Landresse (25), il est soldat lors de la Première Guerre Mondiale. A l’issue, il sert dans la gendarmerie nationale et en 1943, il commande la section de Pontarlier au grade de Lieutenant. Pendant l’occupation, il s’illustre comme un résistant actif, menant des actions de renseignement et de caches d’armes. Il participe notamment au passage de personnes recherchées à la frontière suisse. 3 / 4 Il est arrêté le 7 juillet 1943 dans son village natal par la Gestapo. Classé "Nachund Nebel", il est incarcéré dans cinq prisons françaises avant d’être déporté en Allemagne.

Durant sa captivité, il fait preuve d’un courage et d’un dévouement hors du commun pour ses camarades de camp, n’hésitant pas à partager sa maigre nourriture avec les plus faibles physiquement. Après 23 mois de captivité, il est libéré et rentre le 26 mai 1945 en France. Promu au grade de capitaine en septembre 1945, il est affecté au commandement de la section de gendarmerie de Montbéliard. Il prend sa retraite militaire en 1947, poursuivant une activité professionnelle dans la Société des Automobiles Peugeot à Sochaux jusqu’en 1962. Il se retire alors à Héricourt (70) où il s’éteindra le 6 février 1973.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Une centaine de personnes présentes au rassemblement antifasciste devant le palais de justice ce vendredi

Organisé par la Nuée antifasciste ce vendredi 27 janvier juste avant le jugement des deux étudiants soupçonnés d’avoir repeint le visage de la statue de Victor Hugo en novembre 2022, le rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le palais de justice de Besançon.

Inquiétude des boulangers dans le Doubs : " Je ne laisserai pas un boulanger fermer " (Préfet du Doubs)

À l’occasion de la traditionnelle cérémonie de la galette à la préfecture du Doubs ce jeudi 26 janvier, le président de l’Union patronale des boulangers du Doubs, Damien Vauthier, a tenu un discours rappelant l’inquiétude de la profession face à la crise énergétique, mais aussi la hausse du prix des matières premières devant un préfet du Doubs déterminé à aider la profession.

En 2 ans, les plaintes pour violences conjugales ont explosé dans le Doubs. Entretien avec Étienne Manteaux, procureur de Besançon

EXCLUSIF • Quatre homicides en 2022, une hausse de 69% des faits graves, une hausse de 72% des faits de harcèlement et de menace le tout entre 2019 et 2022 dans le Doubs. Le département fait partie de ceux qui comptent le plus violences conjugales en France alors que l’on compte entre 120 et 130 homicides dans la sphère conjugale l’année dernière sur les 66 millions d’habitants… On en parle avec le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux en ce début d'année 2023.

Ukraide à Besançon : un camion d’aides humanitaires envoyé tous les 15 jours en Ukraine

SOLIDARITÉ • Depuis le 24 février 2022, jour de l’invasion de la Russie en Ukraine, les Drs Patrice Gayet et Pierre-Charles Henry, médecins à la clinique Saint-Vincent, ont créé l’association Ukraide pour venir en aide aux hospitalisés ukrainiens. Depuis près d’un an, un camion de 40 tonnes est envoyé tous les 15 jours… Interview avec Patrice Gayet, chirugien engagé.

Vandalisme de la Statue Victor Hugo à Besançon : " Un épilogue sinistre qui n’aurait jamais dû avoir lieu "

À quelques jours du jugement des deux étudiants soupçonnés d’avoir repeint le visage en blanc de la statue de Victor Hugo, oeuvre de Ousmane Sow, en novembre 2022 à Besançon, Béatrice Soulé, compagne du sculpteur sénégalais, parle d’"une polémique qui n’avait aucune raison d’être" dans un communiqué du 24 janvier 2023.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -1.31
partiellement nuageux
le 28/01 à 3h00
Vent
3.07 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
84 %