La fête à Besac, - d'alcool, c'est + cool : "Il ne s'agit pas de culpabiliser, mais faire prendre conscience des dangers"

Publié le 13/04/2015 - 09:24
Mis à jour le 07/05/2019 - 16:55

Dans le cadre du plan de prévention et de lutte contre l'alcoolisation massive des jeunes sur l'espace public conduit par la Ville de Besançon depuis 2011 en collaboration avec la préfecture, l'ARS, et de nombreux acteurs institutionnels et associatifs, des soirées "réductions des risques" sont organisées chaque mois dans la capitale franc-comtoise. Le but n'étant pas de donner des leçons à la jeunesse, mais de lui faire prendre conscience des dangers liés à la consommation d'alcool…

PUBLI-INFO

L'objectif n'est pas d'employer des moyens restrictifs ou prohibitifs, mais plutôt d'"accompagner la fête et valoriser une vie nocturne de qualité à Besançon avec le soin de ne pas éradiquer la fête, mais bien de trouver un équilibre entre la vie nocturne et la tranquillité des riverains, notamment au centre-ville" nous explique Nell Aturugiri, chargée de mission Tranquillité publique à la Ville de Besançon. Elle ajoute que cette campagne a été travaillée dans l'idée de "ne pas être axer sur un discours moralisateur ou culpabilisant, mais de provoquer une prise de conscience auprès des jeunes tout en restant sur le ton de l'humour". 

Les soirées "réduction des risques"

En première partie de soirée, les opérations "réduction des risques" mettent en place, avec les  médiateurs de la mutuelle des étudiants des maraudes au centre-ville de Besançon de 19 heures à 23 heures pour aller à la rencontre des jeunes et échanger avec eux autour de leurs pratiques et leurs habitudes festives. 

En seconde partie de soirée, c’est le collectif "Ensemble limitons les risques" qui prend le relais avec le soutien d’intervenants de l’association AIDeS. Ils s'installent sur la place Pasteur de 23 heures à 2 heures du matin et proposent des conseils dans le but de sensibiliser les jeunes à la prévention et mettent à disposition du matériel gratuit et de la documentation sur les substances psychoactives, les risques auditifs, les maladies sexuellement transmissibles, etc. Sans oublier les binômes en maraude au centre-ville.

Enfin, la présence des correspondants de nuit sera renforcée pendant ces 6 jeudis soirs festifs par an jusqu'à 2 heures du matin. 

Les soirées "alternatives"

Six soirées alternatives ont été organisées en 2014 pendant lesquelles les jeunes comme les moins jeunes pouvaient participer à des cours de Zumba, assister à un concert à La Rodia ou dans la cour du Musée du Temps, faire du Bubble Bump à la Malcombe ou encore patiner en musique. 

Cette année, plusieurs soirées du même type sont organisées "avec la volonté de s'appuyer davantage sur les associations étudiantes et culturelles pour l'organisation de ces soirées qui pourront nous solliciter pour des moyens logistiques, matériels et éventuellement financiers si nécessaire" affirme Nell Aturugiri. 

Agenda du printemps 2015 

  • Jeudi 16 avril : soirée réduction des risques au centre-ville entre 19 heures et 2 heures avec les mauraudes de la LMDE, le stand du collectif et les maraudes de AIDeS et du collectif + les correspondants de nuit
  • Jeudi 23 avril : de 19 heure à 2 heures du matin autour des jeux de société, des jeux de rôles et des jeux vidéos pour les débutants comme pour les initiés au Kursaal.
  • Jeudi 21 mai : soirée réduction des risques + alternatives sur la place de la révolution de Besançon au centre-ville entre 19 heures et 2 heures avec les maraudes de la LMDE, le stand du collectif et les maraudes de AIDeS et du collectif + les correspondants de nuit + soirée alternative sur la place de la Révolution avec des animations autour de la musique et des danses latines. 

Les soirées préventives se poursuivront à l'automne 2015 notamment avec une soirée alternative pour accueillir les étudiants à Besançon !

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Gestes barrière, attroupement, masque… Les ambassadeurs santé à la rencontre des Bisontines et des Bisontins jusqu’à Noël

Depuis la réouverture des commerces le 28 novembre dernier, des professionnels de santé, surnommés les ambassadeurs santé de la Ville de Besançon, déambulent dans le centre-ville afin de prévenir la population des gestes barrière pour éviter une troisième vague de la covid-19 pendant les fêtes.

Violences policières, article 24, formation des forces de l’ordre… Entretien avec Emmanuelle Cordier, policière à Besançon

Après les attentats de 2015 suite auxquels les Françaises et le Français embrassaient les forces de l'ordre, qu'est-ce qui a changé dans leurs relations ? Y a-t-il des brebis galeuses au sein de la police ? Pour ou contre l'article 24 de la proposition de loi de "sécurité globale" ? Nous avons rencontré Emmanuelle Cordier, déléguée interdépartementale unité SGP Police du Doubs à Besançon pour en parler.

Skier à l’étranger ? Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives »

Y’aura-t-il des mesures contraignantes pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger? “S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français” et pour “ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France”, a lancé le président Macron ce mardi 1er décembre lors d’une conférence de presse, en marge d’une visite du Premier ministre belge Alexander de Croo.

Missions et enjeux de la 7e brigade blindée de l’armée de Terre. On en parle avec le général Pierre-Yves Rondeau

Envoyés en mission pour 3 à 6 mois à travers le monde (Mali, Côte d'Ivoire, Liban…), les militaires de la 7e brigade blindée, subordonnée à la 1re division dont l'État-major est à Besançon, rentreront en France début 2021 en permission avant de reprendre une année d'entraînement. Le général de brigade Pierre-Yves Rondeau nous parle des missions de ces militaires et des prochains enjeux.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.54
couvert
le 05/12 à 0h00
Vent
1.76 m/s
Pression
993 hPa
Humidité
96 %

Sondage