La Franche-Comté n'a pas retrouvé son niveau de PIB d'avant 2008

Publié le 03/06/2014 - 11:49
Mis à jour le 15/04/2019 - 15:27

L’après-crise révèle de fortes disparités de croissance entre régions de France, la façade atlantique et l’Ile-de-France redémarrant plus vite, le quart nord-est et le centre ne retrouvant pas leurs niveaux d’avant-crise, tandis que la Corse caracole en tête, selon une étude de l’Insee publiée mardi qui note qu’en Franche-Comté l’emploi se dégrade depuis 2002.

 ©
©

"En France, depuis le début des années 1990, la croissance du produit intérieur brut n'a été interrompue que par les récessions de 1993, puis de 2008-2009. Ces grandes évolutions se sont cependant déclinées différemment selon les régions", note l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). 

"De 2008 à 2011, les rythmes d'évolution divergent plus fortement, certaines régions ne parvenant pas à sortir de la récession". Les taux d'évolution du PIB s'échelonnent de -1,2% par an en Bourgogne à +1,9% par an en Corse sur cette période.

L'exception corse

"Parmi les régions métropolitaines, seule la Corse n'a pas subi de baisse de son PIB en 2008-2009", constate l'Insee. Elle affiche d'ailleurs la croissance moyenne annuelle la plus forte hors outremer de ces 20 dernières années (2,6% de 1993 à 2011). Les plus basses sont celles de la Lorraine et de la Picardie (0,7%).

"La démographie favorise la croissance des régions atlantiques et méditerranéennes", explique l'Insee, qui doit détailler dans la journée de ce mardi 3 juin 2014 les évolutions de chaque région. "Les disparités dans les évolutions économiques régionales ne résultent que très partiellement du profil d'activité de chaque région", ajoute l'institut.

Sur une carte de France de l'après-crise (croissance entre 2008 et 2001), la façade atlantique (Pays de la Loire, Poitou-Charentes et Aquitaine), ainsi que l'Ile-de-France affichent avec la Corse les taux de croissance les plus élevés (situés entre 0,5% et 1,9% en moyenne annuelle). La région Rhône-Alpes est dans la catégorie 0 à 0,5%. 

 Le quart nord-est (Alsace, Bourgogne, Champagne-Ardenne, Franche-Comté, Lorraine, Picardie) et le centre du pays (Auvergne, Centre, Limousin), ainsi que le Languedoc-Roussillon et la Bretagne "n'ont pas retrouvé, en 2011, le niveau de PIB en volume qu'elles avaient avant la récession de 2008".

Zoom sur la Franche-Comté 

Entre 1993 et 2011, la Franche-Comté a connu trois phases de croissance distinctes. Entre 1993 et 2002, la croissance du PIB franc-comtois progresse sur un rythme proche du niveau métropolitain. À partir de 2002, l'économie régionale ralentit puis décroche en 2004 en lien notamment avec l'évolution de l'activité dans l'industrie. "Les effets de la crise économique de 2008-2009 sont de plus grande ampleur en Franche-Comté qu'au niveau métropolitain. L'économie franc-comtoise fléchit plus fortement et la reprise est moins marquée en 2010 et 2011. Dans ce contexte, l'emploi se dégrade dans la région depuis 2002" note l'Insee dans sa dernière publication. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Chez Tata Céline, la boutique où le temps semble s’être arrêté…

PUBLI-INFO • La table en formica de Mamie, les verres de la cantine, le mange-disque d’anciennes soirées endiablées… Tata Céline s’emploie à chiner essentiellement en Franche-Comté des objets du quotidien des années 50,60 et 70 à retrouver dans sa boutique, rue de la Madeleine à Besançon.

Le Groupe Chopard installe la marque BYD à Besançon

PUBLI-INFO • Le paysage automobile bisontin accueille depuis le 13 mai un nouvel acteur. Le Groupe Chopard distribue une nouvelle marque électrique en intégrant le constructeur chinois BYD, 1er constructeur mondial de véhicules 0 émission. Vous retrouvez au sein de ce nouveau showroom une gamme prête à se faire une place sur le segment des premiums avec de solides arguments : savoir-faire électrique, prestations innovantes et équipements haut de gamme.

Le stade Léo Lagrange bientôt équipé de 800 m2 de panneaux photovoltaïques

Le chiffre n’est pas négligeable. Si l’installation des panneaux photovoltaïques a un coût : 300.000 euros, elle permettra, à terme, d’économiser entre 30 à 35.000 euros par an, a précisé Anne Vignot, la maire de Besançon. Le projet sera soumis au vote des élus lors du Conseil municipal du 20 juin 2024.

La Région Bourgogne Franche-Comté lance une opération séduction pour attirer de nouveaux habitants

En ce premier semestre 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté préfigure une initiative inédite pour renforcer son attractivité résidentielle. Cette opération sans précédent vise concrètement à recruter dès le mois de septembre 2024 de futurs habitants. Prévu sur une première période de trois années, ce programme repose sur une dynamique collaborative initiée par la Région et de nombreux acteurs du territoire, et s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’attractivité globale initiée depuis 2017.

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.03
ciel dégagé
le 25/06 à 0h00
Vent
2.21 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
92 %