Alerte Témoin

La Franche-Comté n'a pas retrouvé son niveau de PIB d'avant 2008

Publié le 03/06/2014 - 11:49
Mis à jour le 15/04/2019 - 15:27

L'après-crise révèle de fortes disparités de croissance entre régions de France, la façade atlantique et l'Ile-de-France redémarrant plus vite, le quart nord-est et le centre ne retrouvant pas leurs niveaux d'avant-crise, tandis que la Corse caracole en tête, selon une étude de l'Insee publiée mardi qui note qu'en Franche-Comté l'emploi se dégrade depuis 2002.

dsc_1088.jpg
Image d'illustration ©roman

"En France, depuis le début des années 1990, la croissance du produit intérieur brut n'a été interrompue que par les récessions de 1993, puis de 2008-2009. Ces grandes évolutions se sont cependant déclinées différemment selon les régions", note l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). 

"De 2008 à 2011, les rythmes d'évolution divergent plus fortement, certaines régions ne parvenant pas à sortir de la récession". Les taux d'évolution du PIB s'échelonnent de -1,2% par an en Bourgogne à +1,9% par an en Corse sur cette période.

L'exception corse

"Parmi les régions métropolitaines, seule la Corse n'a pas subi de baisse de son PIB en 2008-2009", constate l'Insee. Elle affiche d'ailleurs la croissance moyenne annuelle la plus forte hors outremer de ces 20 dernières années (2,6% de 1993 à 2011). Les plus basses sont celles de la Lorraine et de la Picardie (0,7%).

"La démographie favorise la croissance des régions atlantiques et méditerranéennes", explique l'Insee, qui doit détailler dans la journée de ce mardi 3 juin 2014 les évolutions de chaque région. "Les disparités dans les évolutions économiques régionales ne résultent que très partiellement du profil d'activité de chaque région", ajoute l'institut.

Sur une carte de France de l'après-crise (croissance entre 2008 et 2001), la façade atlantique (Pays de la Loire, Poitou-Charentes et Aquitaine), ainsi que l'Ile-de-France affichent avec la Corse les taux de croissance les plus élevés (situés entre 0,5% et 1,9% en moyenne annuelle). La région Rhône-Alpes est dans la catégorie 0 à 0,5%. 

 Le quart nord-est (Alsace, Bourgogne, Champagne-Ardenne, Franche-Comté, Lorraine, Picardie) et le centre du pays (Auvergne, Centre, Limousin), ainsi que le Languedoc-Roussillon et la Bretagne "n'ont pas retrouvé, en 2011, le niveau de PIB en volume qu'elles avaient avant la récession de 2008".

Zoom sur la Franche-Comté 

Entre 1993 et 2011, la Franche-Comté a connu trois phases de croissance distinctes. Entre 1993 et 2002, la croissance du PIB franc-comtois progresse sur un rythme proche du niveau métropolitain. À partir de 2002, l'économie régionale ralentit puis décroche en 2004 en lien notamment avec l'évolution de l'activité dans l'industrie. "Les effets de la crise économique de 2008-2009 sont de plus grande ampleur en Franche-Comté qu'au niveau métropolitain. L'économie franc-comtoise fléchit plus fortement et la reprise est moins marquée en 2010 et 2011. Dans ce contexte, l'emploi se dégrade dans la région depuis 2002" note l'Insee dans sa dernière publication. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Tourisme et restauration : des députés inquiets. Danielle Brulebois s’alarme des annulations « en cascade » dans le Jura

Plusieurs députés ont plaidé mardi soir pour une réouverture rapide des bars et restaurants, et plus généralement pour une relance du tourisme, des secteurs à "sauver" selon eux dans la crise du coronavirus. La députée LREM du Jura Danielle Brulebois s'inquiète des annulations des réservations en raison du classement rouge de son département. Elle  réclame "une carte départementalisée" et non régionale.

Pas de prorogation de l’état d’urgence sanitaire pour les marchés publics et privés : « Les Travaux Publics voient rouge ! » (Vincent Martin)

coup de gueule • Le Président de la FRTP Bourgogne Franche-Comté estime que l'ordonnance du 13 mai 2020, ne prenant pas en compte la prorogation de l’état d’urgence sanitaire dans le calcul des délais entourant les marchés publics et privés, est un nouveau coup dur pour les Travaux publics.

Coronavirus : premier week-end déconfiné en vue

Au terme de la première semaine d'un déconfinement progressif et compliqué, les Français, appelés à réserver leurs vacances d'été pour secourir un secteur sinistré, vont pour la première fois depuis deux mois pouvoir partir en week-end --mais en restant à moins de 100 km de chez eux.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.47
ciel dégagé
le 26/05 à 9h00
Vent
6.04 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
38 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune