La gauche serait-elle en "danger de mort" ?

Publié le 25/03/2015 - 17:29
Mis à jour le 17/04/2019 - 15:22

La gauche, "marginalisée dans presque toute l'Europe, est en danger de mort en France", juge Gilles Finchelstein, directeur de la Fondation Jean-Jaurès, think tank socialiste, tout en nuançant sur les divisions au sein du Parti socialiste, estimant que "les divergences entre François Mitterrand et
Jean-Pierre Chevènement sur l'Europe étaient infiniment plus profondes qu'entre les frondeurs et le gouvernement de Manuel Valls"

dsc_5032.jpg
Jean-Pierre Chevènement ©roman mCi
PUBLICITÉ

Dans l’Express publié mercredi, cet intellectuel qui fut proche de Dominique Strauss-Kahn, déclare : « la gauche n’est pas morte, comme le premier tour des élections départementales l’a confirmé. Mais la gauche est en danger de mort, elle court le risque de n’être plus qu’une force politique résiduelle, la nostalgie d’un temps révolu ».

Il relève qu’au sein du G20, « à peine un tiers des grands pays de la mondialisation comptent encore une gauche qui soit une force politique réelle ».  M. Finchelstein juge que « la logique institutionnelle, c’est que François Hollande soit candidat en 2017 ». « Il demeure un chemin vers la victoire, même si c’est un petit chemin escarpé de montagne plutôt qu’une autoroute à six voies ». Et si les divergences sont moins importantes que celle de l’époque de Chevènement, elles sont en revanche plus perceptibles de la population, « dans notre société surmédiatisée. »

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

Alors que nous apprenions ce mercredi 10 juillet 2019 vers 22h16 l'officialisation de l'investiture d'Eric Alauzet par le bureau exécutif La République En Marche, le ton est monté à Paris, selon Le Parisien, qui relate les propos tenus par la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes…

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Après l'annonce officielle de son investiture ce mercredi 10 juillet 2019 dans la soirée , le candidat officiel d'En Marche à Besançon a réagi sur sa  page Facebook. Éric Alauzet a dévoilé une des quatre priorités issues de sa consultation auprès des Bisontins : la santé.

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Dans une lettre aux Bisontins, le candidat socialiste, place publique société civile, a souhaité faire part de ses priorités : transition écologique, qualité de vie pour tous et attractivité de Besançon et de sa communauté urbaine. Au-delà, Nicolas Bodin souhaite "ouvrir la voie vers de nouvelles méthodes de gouvernance plus ouvertes et inclusives".

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Le nom du candidat désigné  par En Marche pour les municipales devait être annoncé ce lundi 1er juillet lors de la seconde vague d'investiture. Mais LREM a fait un pas en arrière et a repoussé l'annonce au 10 juillet. En coulisses, le nom d'Éric Alauzet revient avec force et insistance. Alexandra Cordier quant à elle ne souhaite pas commenter l'imbroglio politique bisontin dans l'attente de la décision du bureau exécutif. Difficile de savoir si le match se joue encore...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.78
couvert
le 18/07 à 6h00
Vent
0.59 m/s
Pression
1013.42 hPa
Humidité
65 %

Sondage