La préfecture du Doubs demande l'arrêt complet de l'exploitation de la carrière de Semondans

Publié le 09/10/2019 - 12:38
Mis à jour le 09/10/2019 - 12:38

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d’annulation de dérogation « espèces protégées » de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l’activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d’autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Le tribunal administratif de Besançon a prononcé le 4 juillet 2019, l’annulation de la dérogation à la destruction, l’altération ou la dégradation de sites de reproduction et d’aires de repos d’espèces animales protégées, pris pour des espèces d’oiseaux situées au sein d’une matrice forestière étendue sur l’ensemble du site de la carrière de Semondans, faisant l’objet de la demande d’autorisation.

La décision du tribunal administratif implique sur le plan juridique que l’arrêté de dérogation annulé n’a jamais existé. « Le juge n’a pas défini l’arrêté annulé comme étant divisible de l’arrêté autorisant l’exploitation de la carrière de Semondans, au titre de la législation des installations classées pour la protection de l’Environnement. Dans ces conditions, l’arrêté d’autorisation environnementale de la carrière est donc annulé pour chacune de ses parties (autorisation, dérogation et défrichement » précise la préfecture du Doubs dans un communiqué.

Après la décision du tribunal administratif de Besançon qui annulait pour la seconde fois la dérogation "espèces protégées" qui autorisait l'exploitation de la carrière, la société Maillard SAS avait décidé de ne pas faire appel. La préfecture du Doubs mettait en demeure la société à cesser l'activité sur les 8 ha de la carrière et à replacer la forêt dans l'état où elle était il y a neuf ans.

Le carrier a décidé de ne pas faire appel de la décision du tribunal, mais a réalisé début septembre des tirs de mines sur les 4 ha en exploitation qui selon se sont pas concerné par la décision de la justice administrative. Or, ce dernier a été informé en août dernier, de la nécessité de procéder à l'arrêt de l'exploitation. "Un délai a été accordé à l'exploitant, dans le cadre du contradictoire, pour faire part de ses observations, au plus tard le 30 septembre" indique la préfecture du Doubs 

Un arrêté préfectoral, notifié ce mercredi à la SAS Maillard, met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative soit, en cessant l'activité irrégulière et en procédant à la remise en état prévue par le code de l'environnement soit, en déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. La société devra faire connaître son choix sous un mois.

En attendant, le fonctionnement de la carrière de Semondans est suspendu à compter de cette notification de cet arrêté à l'exploitant. Les services de la DREAL se rendront sur place pour vérifier la mise en œuvre effective de cet arrêté.

"Si l'exploitant n'obtempère pas, l'autorité administrative prendra, en exécution de cet arrêté, des sanctions sur le fondement du code de l'environnement lui permettant" :

  • d'ordonner le paiement d'une astreinte journalière au plus égale à 1 500 €
  • de faire procéder d'office, en lieu et place de la personne mise en demeure et à ses frais, à l'exécution des mesures prescrites,
  • Après en avoir préalablement informé le Procureur de la République, de faire procéder par un agent de la force publique à l'apposition des scellés sur les installations. Des poursuites pénales seront également engagées dans le cadre d'une saisine du Procureur de la République.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.72
partiellement nuageux
le 18/04 à 21h00
Vent
0.32 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
92 %