La Rochepot veut sauver son château d’une affaire de blanchiment d’argent

Publié le 11/10/2021 - 15:45
Mis à jour le 11/10/2021 - 15:48

« Touche pas à mon château »: un village de carte postale de la Bourgogne viticole se mobilise pour sauver sa forteresse néo-gothique du XIIe siècle, redoutant la fermeture définitive au public suite à une rocambolesque affaire de blanchiment d’argent en Ukraine.

 © CC BY 2.0 – Patrick – Flickr
© CC BY 2.0 – Patrick – Flickr

Fermé depuis trois ans à la suite de l’arrestation pour blanchiment de son propriétaire présumé, le château perché sur un piton rocheux a rouvert brièvement afin de présenter son mobilier qui sera mis dimanche aux enchères à Beaune : des armures jusqu’aux chaudrons en cuivre, en passant par le service Baccarat.

"Non au démantèlement du château"; "La Rochepot mobilisé contre la vente"; "Touche pas à mon château"… Sur de vieux draps ou des cartons défraichis, les slogans accueillent les visiteurs qui franchissent le pont-levis de la magnifique structure aux tuiles vernissées de La Rochepot en Côte-d’Or.

Pour le village, cette dispersion condamne un site qui a accueilli jusqu’à plus de 20 000 visiteurs par an, une manne pour les quelque 300 habitants. "Tous mes clients sont là pour visiter le château", résume Véronique Fouquerand, viticultrice et propriétaire de chambres d’hôtes dans le village. "C’est une catastrophe". "La Rochepot vidé de ses entrailles ne sera plus La Rochepot", déplore Romuald Pouleau, ancien gardien du château et initiateur d’une pétition qui a recueilli près de 3 000 signatures. Selon lui, le village est le "dommage collatéral" d’une affaire qui le dépasse.

En 2015, les habitants poussent un ouf de soulagement quand "leur" château trouve enfin preneur après être resté en vente trois ans. Sa propriétaire, l’héritière de l’ex-président Sadi Carnot, avait posé comme condition à la vente le "respect total" des lieux. Or, c’est justement ce que disent vouloir les investisseurs qui rachètent le château 3 millions d’euros. "Tout le monde y a cru", se souvient Romuald Pouleau. "Ils avaient un projet magnifique. Et ils disaient que l’argent n’était pas un problème", raconte-t-il à l’AFP.

Défunt ressuscité

Mais les propriétaires restent nimbés de mystère : le château est géré par une Ukrainienne domiciliée en Lituanie et un Moldave qui agit pour une société au Luxembourg. Au village, apparaît parfois un Ukrainien qui parle de "son" château mais préfère qu’on l’appelle "Monsieur" plutôt que de donner son nom. En décembre 2017, le quotidien local Le Bien Public révèle qu’en fait, les artisans contractés pour le "magnifique projet" n’ont jamais été payés.

Alertée, Europol découvre que ce "Monsieur" est un "fugitif de haut vol" qui s’était fait passer pour mort en 2014 pour "échapper à la justice" de son pays. Le défunt ressuscité, Dmitri Malinovsky, a fraudé "plus de 12 millions d’euros", selon le parquet de Kiev. Le 5 octobre 2018, les gendarmes l’arrêtent en "son" château. Depuis, il est en prison à Nancy, où on saura "dans les prochains mois" si un procès a lieu, vraisemblablement "au premier semestre 2022", a indiqué à l’AFP Vincent Legaut, vice-procureur à Nancy.

L’Ukrainien ne souhaite pas faire de commentaire, selon son avocat, Benoît Diry. En attendant, le château reste fermé et ses meubles vendus. "C’est une grande perte", estime la maire Véronique Richer. "Cette mutilation irrémédiable scelle peut-être la réorientation vers un futur usage résidentiel", avertit Siegfried Boulard-Gervaise, spécialisé dans la réhabilitation de châteaux et qui avait déjà fait part de son intérêt pour La Rochepot.

La maire a demandé, en vain, le report de la vente, une démarche soutenue par Alain Suguenot, président LR de la Communauté d’agglomération, et le député local LREM Didier Paris : "La vente me paraît, sinon porter un coup fatal, du moins retirer une partie de l’attrait du château", juge-t-il.

Mais "l’affaire est entre les mains de la justice", rappelle François Sauvadet, président UDI du Département. Les habitants du village ont reçu le soutien surprise d’Olga Kiselova, ex-compagne de Dmitri Malinovsky également mise en examen. La vente des meubles est "une grande erreur (qui va) détruire le potentiel de ce lieu", estime-t-elle auprès de l’AFP. Mme Kiselova est la vraie propriétaire des lieux, selon ses avocats, Sinem Paksut et Stéphane Bonifassi. Dmitri Malinovsky n’était que "chargé de la gestion du bien". "Et cette mauvaise gestion a donné lieu à la liquidation judiciaire qui vaut aujourd’hui la cession du mobilier", soutient Me Paksut.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

Le Festival d’autres formes revient à Besançon dès le 27 mars 2024

Le Festival d’autres formes (art et technologie) fera son grand retour pour une troisième édition du 27 mars au 14 avril 2024 dans dix lieux différents de Besançon. Au cours de ces trois week-end, les visiteurs pourront profiter d’un “moment d'évasion technologique et poétique”, à travers une programmation tournée sur les thèmes de l’eau et de l’adolescence.

Radio campus Besançon lance la 4ème édition de son concours de podcast étudiant

Radio Campus Besançon a officiellement donné le coup d’envoi de la quatrième édition du concours régional de podcast étudiant. Les participants ont jusqu’au 15 avril 2024 pour soumettre leur production et tenter de remporter jusqu’à 500€. Cette année, le thème n’est autre que… “Espoirs”.

Un nouvel EP live pour le groupe Dead Chic

Vendredi 23 février 2024 le groupe franc-comtois Dead Chic sort un EP live de 8 titres au format digital. Enregistré lors de leur concert du 27 octobre 2023 au Boeuf sur le Toit, "The Venus Ballroom Live" propose une immersion dans ce qui fait l’ADN du groupe, la scène live.

The Prodigy, Royal Blood, David Guetta… La programmation complète des Eurockéennes dévoilée

Après l’annonce des premiers noms en décembre dernier, les Eurockéennes de Belfort viennent de lever le voile sur la programmation complète de l’édition 2024 qui aura lieu du 4 au 7 juillet sur la presqu’île du Malsaucy. En plus des David Guetta, Lenny Kravitz, Gazo et autres viennent s’ajouter de belles surprises telles que Prodigy ou encore Royal Blood. 

Le Bo district festival s’invite dans le pays de Montbéliard

En 2024, le pays de Montbéliard agglomération et ses 73 communes sont au centre du projet Capitale française de la culture. Pour l’occasion, le Moloco propose un tout nouveau festival : Bo district. Du 9 au 14 avril 2024, une vingtaine de concerts, de tous genres musicaux (électro, pop, rock, indie, rap…) ainsi que des ateliers culturels seront proposés au grand public dans différentes villes du territoire.

Pour la première fois, des Rencontres régionales du patrimoine en Bourgogne Franche-Comté

Jeudi 15 février 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise à la Cité internationale de la gastronomie et du vin, à Dijon, les premières Rencontres régionales du patrimoine, en présence de Marie- Guite Dufay, présidente de la Région, et de Nathalie Leblanc, vice-présidente à la culture et au patrimoine.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.63
nuageux
le 29/02 à 0h00
Vent
0.54 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
92 %