La Suisse renonce à un projet d'encadrement d'aide au suicide

Publié le 29/06/2011 - 15:36
Mis à jour le 29/06/2011 - 15:36

Le gouvernement suisse a renoncé mercredi à un projet de renforcement du cadre légal relatif à l’aide au suicide, estimant qu’une telle loi donnerait un statut légal aux organisations d’assistance au décès, ce qui « pourrait avoir un effet incitatif ».

En 2008, Berne s'était emparé du dossier suite à la médiatisation de quelques suicides assistés par des organisations ayant suscité un vif émoi au sein de la population et des milieux politiques.

Mais après une longue procédure de consultation, "le Conseil fédéral (gouvernement, ndlr) est parvenu à la conclusion qu'une norme pénale spécifique sur l'assistance organisée au suicide entraînerait divers inconvénients", a indiqué le ministère de la Police et Justice dans un communiqué.

Les autorités estiment qu'une telle loi "donnerait un statut légal aux organisations d'assistance au suicide, ce qui pourrait avoir un effet incitatif".

Le gouvernement a aussi pris en compte l'argument des médecins qui craignaient que l'assistance au suicide devienne une activité médicale. Berne estime également que "l'interdiction du +mobile égoïste+" inscrite dans le code pénal permet déjà de réprimer les abus financiers que pourraient commettre les organisations d'assistance au suicide.

La Suisse estime aussi que la législation en matière de produits thérapeutiques et de stupéfiants, ainsi que les règles déontologiques, suffisent pour combattre d'éventuels abus tels que le suicide assisté de personnes n'étant pas capables de discernement.

Pour le gouvernement, le droit à l'autodétermination en fin de vie continue de revêtir une "importance centrale".

A l'opposé de ses voisins, la Suisse tolère l'aide au suicide -- sans but lucratif -- mais à certaines conditions.
Alors que l'euthanasie active directe (homicide intentionnel visant à abréger les souffrances) est interdite, l'euthanasie active indirecte (donner une substance dont les effets secondaires peuvent réduire la durée de vie), et l'euthanasie passive (interruption ou renonciation à la mise en oeuvre de mesures de maintien de la vie) ne sont pas punissables.

En outre, le suicide assisté (la personne prend elle-même la dose mortelle) est également autorisé.

(source: AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Pour la Fête nationale, un Mirage 2000-5 survolera la ville de Belfort

À l’approche du défilé militaire du 14 juillet prochain à Belfort, Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort et président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, nous informe du passage d’un Mirage 2000-5 de l’escadron 1/2 cigogne de la Base Aérienne de Luxeuil-les-Bains.

Réserves de sang faibles : l’EFS Bourgogne Franche-Comté appelle à un sursaut de mobilisation !

Alors que les vacances estivales ont démarré, l’Établissement français du sang (EFS) invite les personnes qui peuvent donner leur sang à prendre rendez-vous. L’organisation s’inquiète de la fréquentation sur les collectes futures qui vont être impactées par une actualité notamment sportive très chargée en raison des JO et Tour de France… Un "sursaut de mobilisation" est donc nécessaire d’après l’EFS.

À Besançon, des policiers honorés pour leur engagement envers la nation

Dans le cadre des journées de la police nationale, une cérémonie de commémoration a eu lieu ce mercredi 10 juillet 2024 sur la place du 8 septembre à Besançon. À cette occasion, le préfet du Doubs Rémi Bastille, et Yves Cellier, le directeur interdépartemental de la police du Doubs ont effectué une remise de décorations aux fonctionnaires méritants.  

Domicile-travail : le choix de la proximité pour les actifs en Bourgogne Franche-Comté

Selon une dernière étude de l’Insee en Bourgogne Franche-Comté publiée le 9 juillet 2024, les actifs de la région travaillent habituellement au sein de leur intercommunalité de résidence ou à proximité. Toutefois, ils seraient également nombreux à se déplacer dans des intercommunalités plus distantes…

Fête nationale : le programme et les nouveautés à Besançon

Cette année, au-delà des traditionnels défilé, pique-nique et feux d'artifice, un village des armées sera installé sur le parking de Chamars (au niveau du retournement des bus). L'occasion de montrer que Besançon est aussi "une grande ville de garnison". Une initiative du général Pierre-Yves Rondeau, commandant la 1re division, commandant d'armes de la garnison de Besançon, commandant la base de défense de Besançon et délégué militaire départemental du Doubs.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.34
légère pluie
le 13/07 à 09h00
Vent
2.17 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
84 %