L'aspirine réduirait de 50% les risques de cancer colorectal

Publié le 24/04/2014 - 17:06
Mis à jour le 24/04/2014 - 17:06

L'aspirine réduirait de 50% le risque de cancer colorectal, mais seulement chez certaines personnes, selon une étude publiée ce mercredi 23 avril 2014 dans la revue américaine Science Translational Medicine.

 ©
©

Nombre de recherches ont déjà indiqué que cet antidouleur était lié à une baisse du risque de cancer en général et de maladies cardiovasculaires, mais cette nouvelle étude à long terme permet de mieux cibler les personnes pouvant bénéficier de l'aspirine pour prévenir un cancer du colon.

Ces chercheurs on examiné des tissus provenant de 270 malades atteints de cancers du colon, qui faisaient partie d'un groupe de 127.865 participants à cette étude et qui ont été suivis pendant trois décennies. Ils ont constaté que les personnes avec un profil génétique qui ne leur permet pas de produire des niveaux élevés de l'enzyme 15-PGDH ne bénéficient quasiment pas des vertus préventives de l'aspirine contre le cancer colorectal.

L'aspirine n'est pas sans risque chez certains sujets

"Si vous regardez les sujets dans l'étude qui avaient des taux élevés de 15-PGDH et prenaient de l'aspirine, ils ont réduit leur risque de cancer du colon de moitié", précise le Dr Sanford Markowitz, professeur de génétique du cancer à la faculté de médecine de l'Université Case Western Reserve à Cleveland, aux Etats-Unis, principal auteur de cette recherche.
    
Mais ceux avec "de faibles niveaux de 15-PGDH n'ont tiré aucun avantage de l'aspirine", ajoute-t-il dans un communiqué. Pouvoir identifier qui peut réduire son risque de cancer du colon en prenant de l'aspirine est important car ce médicament peut présenter un risque élevé d'ulcère à l'estomac et d'hémorragie gastro-intestinale grave chez certains sujets, expliquent ces chercheurs.
    
Il sera ainsi possible d'établir des profils pour peser le risque par rapport aux gains de prendre de l'aspirine. Le but de ces chercheurs est de voir s'il est possible de mettre au point un test permettant aux médecins traitant de déterminer si leurs patients peuvent bénéficier des effets positifs de l'aspirine.

Selon l'American Cancer Society, le cancer colorectal touchera 137.000 Américains en 2014 et en tuera 50.000. C'est la deuxième cause de mortalité par cancer après celui du poumon.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Covid-19 : entre progression de l’épidémie et poursuite de la vaccination…

La persistance d’une progression de l’épidémie dans notre région en dépit des mesures de protection mises en place et alors que la campagne de vaccination se poursuit est "un signal d’alerte", prévient l'ARS Bourgogne Franche-Comté ce 16 avril 2021. Elle rappelle l'importance de "ne pas céder au découragement" et de "rester mobilisés" en respectant les gestes barrières.

Vaccination : des créneaux réservés pour certains professionnels de plus de 55 ans

Dès ce week-end • Jean Castex a annoncé ce jeudi 15 avril que des centres de vaccination allaient ouvrir dès samedi des "créneaux dédiés" pour les enseignants et professionnels de la petite enfance de plus de 55 ans, mais aussi les policiers, gendarmes, surveillants pénitentiaires et autres professions particulièrement exposées au Covid-19.

Écoles, terrasses, musées : Macron maintient son calendrier de réouverture

Emmanuel Macron a indiqué, jeudi 15 avril au soir, à une quinzaine de maires, qu'il comptait toujours rouvrir les musées et les terrasses à partir de la mi-mai, avant de poursuivre une réouverture progressive, par étapes "toutes les trois semaines si tout va bien", selon plusieurs participants à cette visioconférence. Des réouvertures territorialisées pourraient-être envisagées.

Covid-19 : la France a dépassé le seuil des 100.000 morts

300 personnes sont mortes du Covid-19 en France ce jeudi. Le pays rejoint la Grande-Bretagne et l'Italie, qui ont dépassé ce cap depuis plusieurs semaines. Dans la région, 4.438 décès ont été enregistrés depuis le 20 mars 2020. En moyenne, sur les sept derniers jours, 15 personnes meurent chaque jour de la Covid-19 en Bourgogne-Franche-Comté.

La troisième vague « n’est pas derrière nous », la situation se dégrade en Franche-Comté

La troisième vague de l'épidémie de Covid-19 "n'est pas derrière nous" et le "pic des hospitalisations n'est pas atteint" malgré des "signaux encourageants", a rapporté mercredi  Gabriel Attal. Le porte parole du gouvernement parle d'une  "évolution qui paraît plus dégradée" dans les départements de l'Est de la région : Haute-Saône,  Doubs,  Territoire de Belfort et Jura.

Variant brésilien : quelle est la situation en Bourgogne-Franche-Comté ?

Comprendre • La présence des variants Sud-Africain et Brésilien n'explose pas en Bourgogne-Franche-Comté et serait même en diminution depuis un mois avec d'importantes disparités selon les départements. C'est dans le Doubs que l'on dénombre le plus de cas (7,2%) devant la Haute-Saône et la Saône-et-Loire. Rien à voir toutefois avec la Moselle fin février où le variant brésilien était responsable de la moitié des cas de contamination. On vous dit tout ce que l'on sait sur ce variant.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.24
partiellement nuageux
le 20/04 à 6h00
Vent
1.01 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
97 %

Sondage