L'Assemblée adopte une proposition LR clarifiant la notion de maladie rare

Publié le 05/04/2019 - 06:30
Mis à jour le 04/04/2019 - 17:41

L'Assemblée nationale a adopté jeudi 4 avril 2019 une proposition de loi LR clarifiant la notion de maladie rare qui affecte quelque 3 millions de personnes en France, mais dans une version vidée d'une partie de sa substance.

adn
© quimodo Pxb CC0

En France, les 7.000 maladies rares identifiées concernent dans la moitié des cas des enfants de moins de 5 ans et sont responsables de 10% des décès entre les âges d’un et de cinq ans, selon des données du rapporteur.

PUBLICITÉ

Les députés ont donné leur aval par 64 voix contre 3 à ce texte examiné dans le cadre d’une journée consacrée aux propositions du groupe de droite (« niche parlementaire »). La version initiale de la proposition LR, portée par Pierre Vatin (Oise), et dont l’examen n’avait pu être achevé lors d’une précédente « niche » en octobre, entendait créer un répertoire des maladies rares et orphelines.

Ce répertoire devait lister pour chaque maladie les dérogations concernant les démarches administratives, pour apporter « une aide concrète » aux malades. Un patient atteint par exemple de « protoporphyrie érythropoïétique » – maladie qui contraint à vivre dans une quasi-obscurité -, devait ainsi pouvoir plus facilement déroger à la règlementation interdisant des vitres teintées sur les véhicules.

Mais les députés de la majorité ont fait valoir que la proposition « tendait à confondre pathologie et handicap, cas particulier et cas général » et risquait de conduire à une rupture d’égalité, a expliqué la « marcheuse » Delphine Bagarry. Philippe Berta (MoDem) a aussi affirmé que ce travail aurait été « infaisable ».

Un amendement du gouvernement a réécrit le texte pour « clarifier la notion de maladie rare », en la définissant comme « une maladie dont la prévalence est inférieure à un cas pour 2.000 personnes ». La définition donne « une assise juridique à la définition des maladies rares » sans la restreindre aux possibles conséquences fonctionnelles, a expliqué le secrétaire d’Etat chargé de la protection de l’Enfance Adrien Taquet.

Il a assuré que le gouvernement accordait « une importance toute particulière aux maladies rares » et à l’accompagnement des personnes atteintes. Il a rappelé que le gouvernement avait lancé en juillet 2018, le 3e plan national sur le sujet, qui « porte de grandes ambitions »: diagnostic rapide, innovation dans les traitements, ou encore améliorer la qualité de vie des malades. Vatin s’est dit « un peu partagé » jugeant l’amendement adopté sans « portée effective ».

Déplorant « une posture de communicant » du gouvernement, il a prédit que sa proposition serait « reprise tôt ou tard » car elle « comble d’importante lacunes ».

(Avec AFP)

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Urgences : Buzyn dévoile un « pacte de refondation » à 750 millions, sans lits supplémentaires

Urgences : Buzyn dévoile un « pacte de refondation » à 750 millions, sans lits supplémentaires

Acculée par la grève inédite touchant les services d'urgences depuis près de six mois, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a détaillé ce lundi 10 septembre 2019 un "pacte de refondation" de 750 millions d'euros sur trois ans, mais ne prévoyant ni les lits ni les effectifs supplémentaires réclamés par les grévistes. La CGT a annoncé lundi soir qu'elle maintenait son appel à manifester mercredi.

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

recherche • C’est l’enjeu de recherches menées depuis dix ans déjà par le Professeur Olivier Adotévi et l’UMR 1098 Inserm/EFS/UFC de Besançon. L’équipe qu’il dirige a mis en place un vaccin thérapeutique anti-cancer universel, et non préventif,  appelé UCPVax, breveté en 2012. Les premiers essais cliniques ont été engagé depuis la fin de l'année 2016 au CHRU de Besançon

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 26.77
ciel dégagé
le 16/09 à 15h00
Vent
3.67 m/s
Pression
1018.46 hPa
Humidité
32 %

Sondage