L'augmentation des suicides assistés met la Suisse en émoi

Publié le 02/11/2016 - 11:00
Mis à jour le 02/11/2016 - 11:00

À Genève, l'affaire dite des "trois frères" en lien avec l'association "Exit" relance le débat sur l'euthanasie assisté en Suisse.

hospice_vieillesse_personne_agee_tusitastudio.jpg
© Tusita Studio CC0
PUBLICITÉ

Le 18 octobre 2016. C’est la date choisie par un homme de 83 ans pour mourir et mettre fin à ses souffrances psychiques et physiques par le biais de l’association Exit. Claude et Bernard, ses deux frères cadets de 76 et 82 ans ne l’acceptent pas et estiment que leur frère est en bonne santé. Ils portent l’affaire devant le tribunal civil qui, le 24 octobre, décide de rendre sa décision à la fin du mois de janvier 2017. Exit ne peut donc pas prescrire la substance létale.

Au-delà de la démarche familiale, cette affaire met en lumière la hausse du nombre de suicides assistés en Suisse : + 26 % en 2014, soit 740 personnes qui y ont eu recours. C’est 2,5 fois de plus qu’en 2009 selon les chiffres de l’office national des statistiques Suisse.  « Dans 42% des cas, le suicide assisté a été justifié par l’évolution d’une maladie cancéreuse« . De son côté, l’association Exit, qui a ouvert ses services aux personnes âgées étrangères depuis 2014, parle d’une hausse de 34 % en 2015.

Interrogé par Genethique.org, Bertrand Kiefer, médecin, rédacteur en chef de la Revue médicale suisse s’interroge sur la place que la société laisse au personnes âgées à l’heure où selo lui l’humain est de plus en plus considéré comme un « produit » qui doit-être « de « bonne qualité ».  « Le véritable danger serait d’installer une culture allant dans ce sens. Nous devons éviter que les personnes qui n’optent pas pour ce choix subissent une pression en intégrant le discours qu’avec l’âge, on devient inutile ». 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Reprise des traitements de Vincent Lambert : « cela ressemble vraiment à de l’acharnement thérapeutique »

Reprise des traitements de Vincent Lambert : « cela ressemble vraiment à de l’acharnement thérapeutique »

Le cas de Vincent Lambert, resté paraplégique après un grave accident de la route en 2008, suscite de vifs débats en France. Ces derniers se sont intensifiés depuis l'arrêt des soins et le volte-face ce lundi soir de la cour d'appel de Paris qui ordonne leurs reprises. Que dit la loi ? Réponses…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.47
légère pluie
le 25/05 à 21h00
Vent
2.03 m/s
Pression
1018.08 hPa
Humidité
95 %

Sondage