Le Bisontin Hubert Allemand, futur "Monsieur Médicaments" ?

Publié le 01/02/2011 - 11:05
Mis à jour le 01/02/2011 - 11:05

Lundi, une liste de 77 médicaments «sous surveillance» a été dévoilée par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Certains, comme le Di-Antalvic feront l’objet d’un retrait d’autorisation de mise sur le marché le 1er mars. Dans le même temps, suite au scandale du Médiator, le directeur actuel de l’Afssaps, Jean Marimbert a quitté ses fonctions ce mardi matin. Pour le remplacer, Xavier Bertrand a rapidement pensé à Hubert Allemand. Réputé pour son «indépendance», le n°2 de la Caisse nationale d’assurance maladie est le candidat idéal. S’il accepte le poste, sa nomination devra être validée par le Parlement.

 ©
©




Ce n’est pas une surprise. Même si la pilule doit être difficile à avaler. Un an après son arrivée à la tête de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, Jean Marimbert fait les frais du scandale du Médiator, médicament du laboratoire Servier suspecté d'avoir causé la mort de 500 à 2 000 personnes.

Qui pour remplacer Marimbert ?

Le ministre Xavier Bertrand veut désormais une direction « bicéphale » pour diriger l’Afssaps : un administratif-gestionnaire et un scientifique, un professionnel de la Santé. Et le gouvernement semble avoir trouvé en la personne d’Hubert Allemand, le candidat idéal… qui devra faire face aux médias et à la Justice.

Médecin-conseil du régime général de l’Assurance maladie depuis 1987, c’est un homme jugé comme « un esprit indépendant ». Il a notamment cosignée une pétition dès 1998 demandant l’interdiction du Médiator.

 

Originaire du territoire de Belfort, Hubert Allemand a poursuivi des études de médecine à Nancy. Il devient médecin en 1976, puis professeur de santé publique à la faculté de médecine de Besançon. Durant plus de 20 ans, il a pratiqué la gastro-entérologie et l’hépatologie tout en enseignant à la faculté de médecine. Il est aujourd’hui responsable de formation du Master « santé publique spécialité les fonctions de coordination dans le système de santé à finalité professionnelle » à l’UFR Sciences médicales et pharmaceutiques de Besançon

 

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Médecin généraliste : vers une consultation à 30 euros sous conditions

L’Assurance maladie a ouvert jeudi 8 février 2024 la voie à une hausse à 30 euros de la consultation des médecins généralistes, lors des négociations tarifaires avec les syndicats de praticiens libéraux, tout en exigeant en retour des "évolutions en faveur de l’amélioration de la santé de la population".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 9.17
légère pluie
le 24/02 à 15h00
Vent
3.64 m/s
Pression
1006 hPa
Humidité
60 %