Le cycle menstruel rallongé de moins d'un jour après un vaccin contre la Covid-19

Publié le 08/01/2022 - 09:33
Mis à jour le 08/01/2022 - 09:33

Juste après avoir reçu un vaccin contre le Covid-19, le cycle menstruel des femmes, soit la période séparant le premier jour de deux règles, est rallongé de moins d’une journée en moyenne, un effet non grave et qui apparaît comme temporaire, selon une nouvelle étude parue jeudi 6 janvier 2022.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Juste après avoir reçu un vaccin contre le Covid-19, le cycle menstruel des femmes, soit la période séparant le premier jour de deux règles, est rallongé de moins d'une journée en moyenne, un effet non grave et qui apparaît comme temporaire, selon une nouvelle étude parue jeudi.La durée des règles elles-mêmes n'est pas affectée par la vaccination, selon ces travaux menés aux Etats-Unis sur près de 4.000 femmes.

Cette étude doit notamment permettre de rassurer celles ayant constaté des changements dans leur cycle après une injection de vaccin. Elle permettra aussi de pouvoir opposer des données claires et solides -- les premières sur la question -- aux peurs et fausses affirmations ayant circulé sur les réseaux sociaux.

  • Les résultats "sont très rassurants", a déclaré à l'AFP Alison Edelman, auteure principale de l'étude et professeure d'obstétrique et de gynécologie à l'Oregon Health & Science University.

"Nous ne trouvons pas de changement cliniquement significatif dans la durée du cycle menstruel associé à la vaccination contre le Covid-19", pose également l'étude, financée par les Instituts nationaux de santé (NIH) et publiée dans la revue Obstetrics & Gynecology.

  • Tout changement de durée inférieur à huit jours est classé comme normal par la Fédération internationale de gynécologie et d'obstétrique, rappelle-t-elle. Si un cycle s'étend généralement sur environ 28 jours, cette durée varie en effet d'une femme à l'autre, mais aussi chez une femme au cours de sa vie. La durée peut par exemple changer lors de périodes de stress.

Pour leurs travaux, les scientifiques ont analysé les données remplies par des femmes de 18 à 45 ans, et n'utilisant pas de contraception, sur une application servant à surveiller ses cycles (par exemple pour connaître ses périodes de fécondité), validée par l'Agence américaine des médicaments.

Ils ont étudié la durée des cycles de quelque 2.400 personnes vaccinées -- en majorité avec Pfizer (55%), mais aussi avec Moderna (35%) et Johnson & Johnson (7%). 1.500 personnes non vaccinées ont également été incluses dans l'étude comme point de comparaison.

Six cycles consécutifs ont été étudiés pour toutes les participantes, mais pour le premier groupe, une injection de vaccin était reçue durant le quatrième cycle.

Systèmes interconnectés

Résultats : entre les trois premiers cycles et le quatrième, une augmentation de durée a bien été constatée dans le groupe vacciné, mais de moins d'une journée (0,64 jour).

Pour le cycle au cours duquel était reçue la deuxième dose (le cinquième pour la majorité des participantes), l'augmentation était un peu plus prononcée, mais toujours de moins d'une journée en moyenne (0,79).

A quoi est dû ce changement ?

"Nous savons que les systèmes immunitaire et reproductif sont interconnectés", explique Alison Edelman.

Or les vaccins créent une réponse immunitaire forte. Cette réponse affecte l'axe hypothalamique hypophyso-ovarien, que la spécialiste décrit comme "l'autoroute de la communication entre le cerveau, les ovaires et l'utérus". Cet axe aide à réguler le cycle menstruel, ce pourquoi la chercheuse lui donne aussi le surnom d'"horloge corporelle".

Avec la vaccination, "vous libérez des protéines appelées cytokines, dont nous savons par d'autres maladies qu'elles peuvent dérégler cette horloge corporelle", explique-t-elle.

Le changement semble par ailleurs plus prononcé lorsque la vaccination est réalisée "tôt dans la phase folliculaire" (débutant au premier jour des règles et allant jusqu'au moment de l'ovulation).

En effet, en isolant les personnes ayant reçu les deux injections de Pfizer ou de Moderna lors de leur quatrième cycle -- et non sur deux cycles différents --, l'augmentation de la durée du cycle était cette fois de deux jours.

"Les individus ayant reçu deux doses de vaccin contre le Covid-19 au sein d'un même cycle semblent expérimenter une variation plus longue dans la durée de leur cycle, mais temporaire", détaillent les auteurs de l'étude. Chez ces personnes, au sixième cycle, la durée était de nouveau peu ou prou semblable à celle des trois premiers (le changement n'étant plus que de 0,17 jour).

Les scientifiques espèrent avoir rassemblé très prochainement davantage de données sur les cycles suivants pour confirmer ce retour à la normale. Ils collectent également des données au niveau mondial, afin de pouvoir différencier les effets de plusieurs vaccins.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Allaitement : cachez ce sein ?

Le 2 juin dernier, une jeune maman qui voulait allaiter son enfant alors qu'elle se trouvait au musée du Louvres à Paris n'a pas été autorisée à le faire. Un agente de sécurité lui a indique que cela n'était "pas permis". Notre diéteticienne Chloé Vuillemin se penche sur cette question de l'allaitement en public, le fonctionnement de l'allaitement et ses bienfaits nutritionnels.

Avez-vous la solaire attitude ?

Le vendredi 17 juin 2022 a débuté à l’école primaire Jean Macé de Besançon, une campagne de prévention aux risques solaires. C’est une campagne mise en place depuis 2016 par la Ville de Besançon, associée à l’Asfoder, l’Association des Dermatologues de Franche-Comté. 

Journée nationale de réflexion sur le don d’organes : le CHU de Besançon veut libérer la parole…

A l’occasion de la journée nationale de réflexion sur le don d'organes et la greffe et de reconnaissance aux donneurs, qui a lieu chaque année le 22 juin, le CHU de Besançon met en lumière des témoignages vidéos de proches de donneurs et de receveurs, et rappelle ainsi l’importance de parler du don d’organes autour de soi.

Canicule ou intoxication : onze écoliers pris de maux de tête et de vomissements à Pin en Haute-Saône

mise à jour • En pleine vague de chaleur, dix écoliers se sont plaint de maux de tête et de vomissements vendredi après avoir joué dans la cour de leur établissement à Pin, des symptômes qui pourraient être liés à une insolation ou à une intoxication alimentaire, selon le maire et la préfecture.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.43
légère pluie
le 27/06 à 21h00
Vent
1.87 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
100 %

Sondage