Le Dakar de retour dans le désert saoudien. Peterhansel en électrique !

Publié le 01/01/2022 - 10:17
Mis à jour le 01/01/2022 - 10:35

La troisième édition saoudienne du Dakar, qui s’élance de Jeddah samedi, s’enracine dans les frontières du royaume avec un parcours légèrement modifié et des plateaux relevés en auto et moto.

Audi RS Q e-tron © Audi Communications Motorsport / Michael Kunkel
Audi RS Q e-tron © Audi Communications Motorsport / Michael Kunkel

Du 1er au 14 janvier 2022, 1.065 participants s’affronteront dans le sable de la péninsule arabique, à bord de 578 véhicules, sur les 8.375 km prévus au programme de ce 44e Dakar. Les tenants du titre, le Français Stéphane Peterhansel (auto/Audi) et l’Argentin Kevin Benavides (moto/KTM), sont au départ, mais le premier, qui s’aligne sur une voiture hybride, a très peu de chance d’inscrire pour la quinzième fois son nom au palmarès.

Le rallye s'ouvre sur un prologue de qualification qui part de Jeddah, une ville portuaire du centre-ouest qui accueillera également l'arrivée après douze étapes. Les pilotes repiqueront ensuite vers le sud pour enchaîner les boucles autour de la capitale Riyad, puis Bisha (sud-ouest).

Une course ouverte

Trois véhicules hybrides Audi prendront pour la première fois part à la bataille. Deux de ces buggys, dont les batteries sont rechargées par un moteur thermique pendant la course, ont été confiés à des pilotes d'expérience: Stéphane Peterhansel, détenteur du record de victoires dans l'épreuve (14 succès, dont six à moto), et l'Espagnol Carlos Sainz, triple vainqueur en 2010, 2018 et 2020. Mais les porte-drapeaux d'Audi ont déjà déclaré ne pas jouer la victoire cette année, laissant la voie libre à des outsiders aux dents longues.

D'autres grands connaisseurs des dunes comme le Sud-Africain Giniel de Villiers (vainqueur en 2009/Toyota), le Qatarien Nasser Al-Attiyah (2011, 2015, 2019/Toyota) ou encore l'Espagnol Nani Roma (2014/Prodrive), souhaitent remettre les mains sur le trophée en catégorie autos.

L'ex-rallyman français Sébastien Loeb, étoile du WRC et désormais séparé de son copilote de toujours, Daniel Elena, remplacé par le Belge Fabian Lurquin, espère lui échapper à la malchance qui le poursuit depuis ses début sur le Dakar en 2016 (casses, erreurs de navigation, blessures) pour enfin réaliser une performance notable.

Côté moto, l'absence de Marc Coma et le passage de Cyril Despres en auto ont laissé place à une lutte acharnée tous les ans depuis 2015: Toby Price (2016, 2019/KTM), Sam Sunderland (2017/KTM), Matthias Walkner (2018/KTM), Ricky Brabec (2020/Honda) et Kevin Benavides seront à nouveau sur la ligne de départ.

"Au départ de la spéciale, quand on a vu le décompte, c’était un moment d’émotion parce qu’il y a eu beaucoup de travail depuis des mois et des mois. Nous avons fait cette spéciale tout en douceur, tout en silence. On a fait 20 kilomètres, on rentre dans la course. On roule très prudemment, on regarde encore les paramètres, mais en conduite la voiture est très sympa. Il y a du plaisir de pilotage et c’est très important. Cela confirme tout ce que nous avons vu en essais, et elle franchit bien les dunes, c’est un bon point. Nous voulions éviter d’être dans les dix premiers pour ne pas avoir à choisir. Donc j’ai roulé vraiment très doucement" Stéphane Peterhansel

©

Un deuil et des flammes

Mais la fête a été ternie avant le départ de l'épreuve: le Dakar a perdu jeudi l'un de ses pilotes historiques en la personne de Karel Loprais, décédé jeudi dans sa République tchèque natale, près de 20 ans après le dernier de ses six succès au volant de ses camions Tatra (1988, 1994, 1995, 1998, 1999 et 2001).

Outre un nombre encore indéterminé de coureurs non partants (les tests Covid et techniques se poursuivaient vendredi), deux incidents ont fait parler dans les cockpits ces derniers jours.

L'incendie pendant le "shakedown" (comprendre les ultimes tests) du buggy Rebellion Motors d'Alexandre Pesci et son copilote Stephan Khuni, avant un autre incendie le lendemain en plein centre de Jeddah d'un véhicule d'assistance. Ce dernier fait l'objet d'une enquête officielle qui n'exclut pas un acte de malveillance.

Le Dakar plus féminin

Soixante femmes porteront également le casque cette année, dont trois équipages entièrement féminins et deux Saoudiennes, dans une Arabie saoudite récemment entrée dans un vaste programme de réformes économiques et sociales qui comprend un assouplissement des interdictions pesant sur elles, dont celle de conduire, en vigueur jusqu'en 2019.

Les dirigeants saoudiens, critiqués pour les atteintes aux droits humains, utilisent depuis quelques années le sport comme levier diplomatique.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Sport

Sports : réaction attendue pour le FCSM, le Racing reçoit le leader et l’ESBF accueille du lourd

Au menu de ce week-end sportif des 23 et 24 février 2024, le FCSM doit réagir et afficher ses ambitions face à Martigues, tandis que le Racing reçoit le leader pour tenter un coup d'éclat. En handball, le GBDH et l'ESBF auront affronteront chacun un gros morceau. 

Une nouvelle pivot pour l’ESBF

Le club bisontin vient d’officialiser l’arrivée de Camille Mandret en provenance du club danois de Sønderjyske Håndbold. La pivot a signé un contrat qui la lie à l’ESBF jusqu’en 2026.

Le Norvégienne Céline Solstad débarque à l’ESBF pour 2 ans

Une joueuse norvégienne posera ses valises en France et dans la capitale du temps en juillet 2024. Céline Solstad, passée par Øygarden, Gneist et Fana en Norvège, quittera pour la première fois son pays natal pour se lancer dans une nouvelle aventure. L’arrière droite paraphe un contrat sous les couleurs de l’ESBF jusqu’en 2026.

Il met K.O son adversaire en un seul round au Mexique : qui est Islem Merabet, boxeur professionnel bisontin ?

Islem Merabet, boxeur bisontin, s’est rendu à Tijuana au Mexique pour préparer son combat qu’il remporte le 28 janvier 2024 en un seul round. Installé depuis 5 ans dans la capitale de la Franche-Comté, le boxeur professionnel nous partage son expérience et son quotidien de sportif.

Classic Grand Besançon, Tour du Jura et Tour du Doubs : le triptyque franc-comtois de retour les 12, 13 et 14 avril

Lancé en 2023 à l’initiative des organisateurs de la Classic Grand Besançon Doubs, du Tour du Jura et du Tour du Doubs, le triptyque franc-comtois persiste et signe pour une deuxième année consécutive de rapprochement temporel des courses qui se dérouleront les 12, 13 et 14 avril 2024.

Handball : les 8 départements de Bourgogne Franche-Comté vont s’affronter à Lons-le-Saunier

Les 24 et 25 février 2024 à Lons-le-Saunier, les huit sélections départementales de la région Bourgogne Franche-Comté s’affronteront pour tenter de remporter leur ticket qualificatif pour le tour national. 196 athlètes, 42 entraineurs, plus de 40 bénévoles et près de 200 spectateurs seront attendus au complexe du Solvan pour une compétition de haut niveau.

FC Sochaux-Montbéliard : le match des Socios aura lieu le samedi 9 mars 2024

La direction du FCSM a annoncé ce 16 février 2024 que la venue du Mans au stade Bonal le samedi 9 mars à 15h sera l’occasion de "célébrer notre football" lors du match destiné à rendre hommage aux 10.000 Sociochaux ayant contribué à la cagnotte visant à sauver le club l’été dernier. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.51
nuageux
le 27/02 à 0h00
Vent
1.93 m/s
Pression
1005 hPa
Humidité
92 %