Alerte Témoin

Le pavillon de la méridienne de l’Observatoire de Besançon entièrement restauré

Publié le 04/11/2013 - 14:25
Mis à jour le 05/11/2013 - 15:05

Façades nettoyées, toit et son système d’ouverture restaurés, fenêtres et parquets rénovés, peintures intérieures refaites à l’identique et meubles d’époque, le pavillon de la méridienne de l’Observatoire de Besançon a fait l’objet de 690.000 euros de travaux d’embellissements. Ceux-ci ont été financés par la Ville et le Grand Besançon, avec le soutien de l’Etat - via la DRAC -, de la Région de Franche-Comté et du Département du Doubs. 

Patrimoine

PUBLICITÉ
Mardi 29 octobre 2013, une inauguration officielle a marqué la fin des travaux de rénovation du pavillon de la méridienne de l’Observatoire de Besançon. Mais avant les discours des nombreux officiels concernés, les participants à cette manifestation ont pu avoir quelques explications sur l’énorme lunette astronomique qui donne sa raison d’être à ce bâtiment.
 
Comme son nom l’indique, cette méridienne, datant de la fin du XIXe siècle, servait à observer les étoiles sur le plan méridien, soit un plan vertical orienté nord-sud. C’était alors la seule manière de déterminer l’heure exacte afin notamment de la transmettre aux horlogers. Utilisée à partir de 1886 pour l’observation des étoiles de repère, dites étoiles fondamentales, la nuit et pour celle du soleil le jour, la méridienne servit surtout, à partir de 1913 (lorsque l’Observatoire a été équipé pour recevoir les signaux horaires de la tour Eiffel) à l’élaboration de catalogues de position d’étoiles. Le dernier programme d’observation à cette fin a eu lieu en 1981.
 

La même fonction qu’une horloge astronomique

 
"On ouvrait le toit du bâtiment et les fentes existantes au nord et au sud une bonne heure avant l’observation pour qu’il n’y ait pas de turbulences d’air chaud, a expliqué François Puel, ancien adjoint astronome à l’Observatoire de Besançon, qui a travaillé avec cette méridienne de 1964 à 1981. On calait l’instrument en position d’observation et on s’installait couché dessous pour enregistrer le passage des étoiles. Une lunette méridienne avait à l'origine la même fonction qu’une horloge atomique aujourd’hui". (Lire l’encadré ci-contre pour plus de précisions sur le fonctionnement de cette méridienne).
 
Datant de 1883-1885, le pavillon qui abrite cette méridienne et porte son nom fait partie de l’ensemble des bâtiments en pierre et briques construits lors de la création de l’Observatoire de Besançon. S’étant élevée à 690.000 euros financés par la Ville et le Grand Besançon, avec le soutien de l’Etat (DRAC Franche-Comté), du Conseil régional de Franche-Comté et du Conseil général du Doubs au titre du patrimoine historique, sa restauration n’a pas qu’un but patrimonial, l’édifice continuant à être utilisé par le personnel de l’Observatoire.
 

Dans les règles de l’art

 
Ces travaux permettent en effet l’installation dans les bâtiments rénovés du service de contrôle et de certification chronométrique de l’Observatoire dont l’activité consiste à vérifier l'état de marche et la haute précision de montres mécaniques, conformément aux normes internationales. Un espace d’accueil a été aménagé à l’entrée du pavillon, l’aile est a été affectée à la fonction administrative, la salle de la lunette a été agencée en espace muséal et l’aile ouest en salle d’exposition – la première est consacrée à la sonde spatiale Gaïa – pouvant se transformer en espace de rencontre à la disposition du monde horloger. 
 
Boiseries, parquets et menuiseries extérieures restaurés, plafonds et plâtrerie remis en peinture en restituant les tons d’origine, façades extérieures nettoyées avec remplacement des pierres délitées, la rénovation a été faite dans les règles de l’art. Rappelons que ce pavillon de la méridienne, ainsi que la quasi-intégralité des édifices de l’Observatoire, à l’exception des bâtiments des bureaux et laboratoires d’essais, sont classés "monuments historiques" depuis le 3 mai 2012. 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Art en grève : « Sans un vrai statut, plus de statue… »

Les créateurs se sentent délaissés par les pouvoirs publics. Pour se faire entendre, un groupe du collectif Art en Grève Besançon a décidé dans la nuit du mercredi 19 au jeudi 20 février 2020 de "mettre en grève" une douzaine de statues du centre-ville de Besançon en leur plaçant un sac sur la tête...

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.5
couvert
le 29/02 à 9h00
Vent
9.32 m/s
Pression
1003 hPa
Humidité
62 %

Sondage