Le PDG d’Alstom ne voit « pas d’issue structurelle » pour le site de Belfort

Publié le 27/09/2016 - 18:04
Mis à jour le 28/09/2016 - 11:22

Le constructeur ferroviaire Alstom ne voit "pas d'issue structurelle" pour le site de Belfort, en raison d'une pénurie de commandes publiques, a expliqué mardi 27 septembre 2016 Henri Poupart-Lafarge, le PDG du groupe industriel, auditionné par la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale.

capture_decran_2016-09-13_a_12.19.14.jpg
Henri Poupart Lafarge PDG d'Alstom
PUBLICITÉ

« Je ne sais pas aujourd’hui quelle sera la nature du plan qui sera mis en oeuvre par le gouvernement dans les jours qui viennent », a déclaré M. Poupart-Lafarge aux députés. Mais du côté d’Alstom, « nous ne voyons pas d’issue structurelle » pour ce site, a-t-il ajouté. « Nous ne sommes pas en train de négocier avec l’État », a affirmé le patron du constructeur de matériel ferroviaire, en réponse aux accusations de « machiavélisme » et de « chantage » à l’emploi dont il a estimé être la cible.

« J’ai trop conscience de la difficulté du transport ferroviaire en France, pour aller forcer des commandes de trains qui iraient rouiller dans des placards »

Pour l’heure, l’État étudie, avec la direction du groupe, des solutions pour « rendre le site de Belfort pérenne », a-t-il expliqué. Selon le groupe, la baisse d’activité du fret ferroviaire en France et « le niveau historiquement bas » des commandes de TGV affectent plus durement l’usine de Belfort que ses autres sites de production en France. Ainsi, seulement une vingtaine de locomotives et motrices de TGV sortiront de l’usine franc-comtoise cette année, contre 140 en 2008.

M. Poupart-Lafarge a écarté toute possibilité de nouvelles commandes, de la part de la SNCF ou de la RATP notamment, qui permettraient de relancer
durablement l’activité. « J’ai trop conscience de la difficulté du transport ferroviaire en France, pour aller forcer des commandes de trains qui iraient rouiller dans des placards », a-t-il dit.

Si Alstom a pu maintenir une activité industrielle à Belfort depuis dix ans, c’est « grâce aux efforts du groupe pour promouvoir l’exportation », a-t-il
affirmé. Néanmoins ces performances ne permettent pas toujours de maintenir les rythmes de production dans les usines françaises. « Les clients demandent de la localisation sur place », tandis que les grosses commandes en provenance du Kazakhstan, d’Azerbaïdjan, de Russie ou d’Inde ne permettent de produire que « quelques locomotives » à Belfort, a justifié M. Poupart-Lafarge.

Vers Reichshoffen, en Alsace…

Loin de remettre en cause le projet de fermeture de la production de trains de l’usine de Belfort, le PDG a souligné au contraire qu’il permettrait de
renforcer d’autres sites qui connaissent également des « baisses de charge », en particulier Reichshoffen en Alsace vers laquelle l’activité de Belfort doit être transférée. « Il y a cette absence de perspective à Belfort, regardons à consolider Reichshoffen en lui donnant des perspectives multiples », a-t-il conclu.

Le patron d’Alstom était auditionné par les députés alors que plusieurs centaines de salariés de l’usine du groupe à Belfort, mais aussi d’autres sites du constructeur ferroviaire ont manifesté ce mardi devant le siège de l’entreprise à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) pour dire « non à la fermeture » du site franc-comtois.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l'avenir d'Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d'Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d'un rapprochement "entre égaux". L'État français n'est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l'Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de "rassurer" les salariés d'Alstom en usant "de toute son influence pour déclencher" les commandes citées dans le plan de sauvetage de l'État. Une lettre qui prépare la visite du président à l'usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Dans la catégorie

Le site Alstom à Ornans produira les moteurs des bus électriques de la RATP

Le site Alstom à Ornans produira les moteurs des bus électriques de la RATP

Alstom est l’un des trois attributaires du plus important appel d’offres européen de bus électriques lancé par la RATP et financé à 100 % par Île-de-France Mobilités. Ce 20 mai 2019, il est officiellement choisi pour créer les moteurs. La première tranche ferme porte sur 50 bus. Le montant du contrat cadre pourra aller jusqu’à 133 millions d’euros. 

Abéo : une progression du chiffre d’affaires de 22,7%

Abéo : une progression du chiffre d’affaires de 22,7%

L'année 2018/19 aura été une belle année pour l'équipementier sportif franc-comtois Abéo qui a noté une croissance de son chiffre d'affaires de 22,7%. Un nouveau directeur administratif et financier a également été nommé. Il s'agit de Mathieu Baiardi.

El Internationale à Besançon : nouvelle vente exceptionnelle en entrepôt les 23, 24 et 25 mai 2019 !

El Internationale à Besançon : nouvelle vente exceptionnelle en entrepôt les 23, 24 et 25 mai 2019 !

publi-info • L’entreprise de prêt-à-porter EL Internationale, implantée à Besançon depuis 1973, organise dans ses entrepôts la quatrième édition de ses ventes exceptionnelles de vêtements hommes et femmes. Cet événement se déroulera durant trois jours : les jeudi 23, vendredi 24 et samedi 25 mai 2019 !

Écoquartier Vauban : les premiers habitants sont arrivés…

Écoquartier Vauban : les premiers habitants sont arrivés…

Depuis fin mars, les premiers résidents se sont installés dans les 11 logements de l'ancienne infirmerie de la caserne Vauban et 80 nouveaux logements neufs seront prochainement habités. La livraison ce vendredi 17 mai 2019 des premiers logements de l'écoquartier était une belle occasion pour le maire Jean-Louis Fousseret de répondre à la polémique au conseil municipal jeudi soir sur le nombre de logements à Besançon...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.35
légère pluie
le 25/05 à 15h00
Vent
3.4 m/s
Pression
1016.1 hPa
Humidité
71 %

Sondage