Le Printemps républicain veut devenir "une force politique" à gauche

Publié le 29/11/2019 - 08:21
Mis à jour le 29/11/2019 - 08:21

Le Printemps républicain, un mouvement issu de la gauche fondé en 2016 pour défendre les valeurs de la République, notamment la laïcité, veut se transformer en "force politique", peut-être sous forme d'un parti, a affirmé Amine El-Khatmi, l'un de ses fondateurs, mercredi à l'AFP.

PUBLICITÉ

"On va s'engager en politique", a déclaré M. El-Khatmi, un proche de Manuel Valls, qui a quitté le PS en 2017. Il lancera "un appel" en ce sens samedi à Paris, lors d'une "après-midi de débats" organisée par le Printemps républicain. Selon lui, cette "force politique" devrait voir le jour après les municipales de mars 2020. La future structure - qu'elle prenne "la forme d'un parti, d'un mouvement ou d'une fédération" - a vocation à "rassembler des sociaux-démocrates, radicaux, membres de la majorité, jusqu'à des personnalités de la droite modérée", selon lui.

"Nous sommes tous globalement d'accord sur les valeurs de la République, sur la laïcité, la défense des services publics, la question territoriale, le fait de vivre dignement de son travail, la lutte contre l'antisémitisme...  Aujourd'hui, le clivage n'est plus entre la droite et la gauche mais entre les identitaires et les républicains", soutient-il. "Ça peut sembler incongru, mais j'ai davantage confiance dans des personnalités comme Xavier Bertrand, Valérie Pécresse et François Baroin, issues de la droite, que dans Jean-Luc Mélenchon ou Benoît Hamon", ajoute M. El-Khatmi. Ce dernier avait rendu sa carte du PS après la victoire de M. Hamon à la primaire de la gauche.

Lors de leur "après-midi de débats", Mme Pécresse participera à une table ronde où elle parlera de laïcité et prévention contre la radicalisation notamment. Quant à M. Bertrand, président des Hauts-de-France, il délivrera un message dans une vidéo, de même que l'ancien Premier ministre socialiste Bernard Cazeneuve. M. Bertrand a quitté LR fin 2017, Mme Pécresse en a fait de même en juin dernier. La refondation de la droite "ne pourra pas se faire à l'intérieur mais à l'extérieur" des Républicains, avait-elle expliqué.

Autres présents à la Bellevilloise, une salle du XIXè arrondissement: Jean-Pierre Chevènement, Philippe Juvin, maire LR de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine) ou encore Éric Menassi, maire PS de Trèbes (Aude). L'une des tables rondes mettra les "Fonctionnaires en première ligne : protéger, soigner, éduquer", une autre sera consacrée "aux citoyens qui se
battent au quotidien pour défendre la République", encore une autre sera consacrée à "la liberté d'expression", avec notamment Philippe Val et Marika Bret, respectivement ex-directeur et DRH de Charlie Hebdo.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Plus de 200 personnes dans le hall du Palais des Sports pour le lancement de la campagne de Ludovic Fagaut 

Le candidat LR tête de liste de "Besançon Maintenant" a invité ses sympathisants à le rejoindre ce samedi 18 janvier 2020 dans le hall du Palais des Sports de Besançon pour le lancement de sa campagne. À cette occasion, Annie Genevard et Jacques Grosperrin ont fustigé les autres candidats… 

Municipale à Besançon : portrait de Claire Arnoux (Besançon Verte et Solidaire)

Qui sont les hommes et les femmes candidats aux municipales de Besançon ? maCommune.info vous invite à découvrir les neuf têtes de liste. Âge, profession, situation familiale, mandat. Voici le portrait officiel de Claire Arnoux, candidate de "Besançon Verte et Solidaire".

Prolongement du Tram’, téléphérique, police municipale, cantines… Les principaux axes du programme d’Alexandra Cordier

La candidate sans étiquette à l'élection municipale de Besançon, soutenue par le maire sortant Jean-Louis Fousseret, a dévoilé jeudi 16 janvier 2020 les principaux axes de son programme à travers six thématiques : éducation, proximité, attractivité, environnement, mobilité et sécurité. Elle a également réagi aux résultats du sondage publié ce matin...

Municipale à Besançon : l’éducation, « priorité n°1 » pour Éric Alauzet

Entouré de ses deux premiers colistiers Karima Rochdi et Laurent Croizier, le candidat LREM à l'élection municipale à Besançon Éric Alauzet a décliné mercredi 15 janvier ses idées pour l'éducation "au sens large" : la cantine pour tous, la gratuité des transports pour les enfants jusqu'à 11 ans, un plan d'investissement de 12 M€ sur le mandat et une cérémonie pour les futurs majeurs sont quelques une de ses propositions. 

Planoise : les députés F. Charvier et E. Alauzet interpellent le ministre de l’Intérieur

Mercredi 15 janvier 2020, la députée de la 1ère circonscription du Doubs Fannette Charvier a envoyé un courrier co-signé par le député de la 2e circonscription Eric Alauzet à Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur. Objectif : lui demander de" prendre des mesures rapides et durables suite à l'épisode dramatique qu'a connu Planoise ces dernières semaines."

Le nouveau Collectif grand bisontin du Pacte pour la Transition s’invite à l’élection municipale…

La collectif grand bisontin du Pacte pour la Transition vient de voir le jour à Besançon dans le but de "participer activement à la construction de politiques publiques à la hauteur des enjeux climatiques et sociaux de notre temps", nous informe-t-on ce lundi 13 janvier. L'occasion de soumettre aux candidats à l'élection municipale de Besançon plusieurs propositions à ajouter à leur programme…

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.13
nuageux
le 19/01 à 0h00
Vent
2.26 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
93 %

Sondage