Le Printemps républicain veut devenir "une force politique" à gauche

Publié le 29/11/2019 - 08:21
Mis à jour le 29/11/2019 - 08:21

Le Printemps républicain, un mouvement issu de la gauche fondé en 2016 pour défendre les valeurs de la République, notamment la laïcité, veut se transformer en "force politique", peut-être sous forme d'un parti, a affirmé Amine El-Khatmi, l'un de ses fondateurs, mercredi à l'AFP.

"On va s'engager en politique", a déclaré M. El-Khatmi, un proche de Manuel Valls, qui a quitté le PS en 2017. Il lancera "un appel" en ce sens samedi à Paris, lors d'une "après-midi de débats" organisée par le Printemps républicain. Selon lui, cette "force politique" devrait voir le jour après les municipales de mars 2020. La future structure - qu'elle prenne "la forme d'un parti, d'un mouvement ou d'une fédération" - a vocation à "rassembler des sociaux-démocrates, radicaux, membres de la majorité, jusqu'à des personnalités de la droite modérée", selon lui.

"Nous sommes tous globalement d'accord sur les valeurs de la République, sur la laïcité, la défense des services publics, la question territoriale, le fait de vivre dignement de son travail, la lutte contre l'antisémitisme...  Aujourd'hui, le clivage n'est plus entre la droite et la gauche mais entre les identitaires et les républicains", soutient-il. "Ça peut sembler incongru, mais j'ai davantage confiance dans des personnalités comme Xavier Bertrand, Valérie Pécresse et François Baroin, issues de la droite, que dans Jean-Luc Mélenchon ou Benoît Hamon", ajoute M. El-Khatmi. Ce dernier avait rendu sa carte du PS après la victoire de M. Hamon à la primaire de la gauche.

Lors de leur "après-midi de débats", Mme Pécresse participera à une table ronde où elle parlera de laïcité et prévention contre la radicalisation notamment. Quant à M. Bertrand, président des Hauts-de-France, il délivrera un message dans une vidéo, de même que l'ancien Premier ministre socialiste Bernard Cazeneuve. M. Bertrand a quitté LR fin 2017, Mme Pécresse en a fait de même en juin dernier. La refondation de la droite "ne pourra pas se faire à l'intérieur mais à l'extérieur" des Républicains, avait-elle expliqué.

Autres présents à la Bellevilloise, une salle du XIXè arrondissement: Jean-Pierre Chevènement, Philippe Juvin, maire LR de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine) ou encore Éric Menassi, maire PS de Trèbes (Aude). L'une des tables rondes mettra les "Fonctionnaires en première ligne : protéger, soigner, éduquer", une autre sera consacrée "aux citoyens qui se
battent au quotidien pour défendre la République", encore une autre sera consacrée à "la liberté d'expression", avec notamment Philippe Val et Marika Bret, respectivement ex-directeur et DRH de Charlie Hebdo.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Covid-19 : jeunes de Bourgogne Franche-Comté, « ne restez pas seuls ! »

Dans un communiqué du 13 janvier 2021, Denis Lamard, conseiller régional Bourgogne Franche-Comté délégué à la jeunesse et la vie associative et président du CRIJ de Bourgogne Franche-Comté, appelle les jeunes à ne pas rester seuls en cette longue période de crise sanitaire et de travail à distance…

Laurent Croizier veut faire du Doubs « le département pilote pour une vaccination à grande échelle »

Dans un communiqué commun du 6 janvier, Laurent Croizier, président du MoDem du Doubs et Cyril Moulin, Référent santé du MoDem du Doubs et président de l'Ordre des Infirmiers Comtois, proposent que le département du Doubs devienne "département pilote pour vaccination à grande échelle des personnes les plus à risque et les plus exposées".

Violences à Washington : Macron appelle à « ne rien céder » face à « la violence de quelques-uns » contre les démocraties

+ Vidéo •

"Nous ne cèderons rien à la violence de quelques-uns qui veulent remettre en cause" la démocratie, a déclaré le président français Emmanuel Macron dans une vidéo ce jeudi 6 janvier 2021, après l'intrusion de manifestants pro-Trump dans le Capitole mercredi soir à Washington.

Couvre-feu avancé à 18h : des maires perplexes

Quid de l'utilité d'avancer le couvre-feu dans 15 départements en France ? Les maires des villes concernées ont parfois du mal à comprendre en quoi avancer le couvre-feu de deux heures va réellement améliorer la situation sanitaire. De Besançon à Nancy en passant par Belfort, Metz ou Vesoul, petit d'horizon des réactions de plusieurs maires de l'est de la France.
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.46
couvert
le 15/01 à 18h00
Vent
2.94 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
98 %

Sondage