Le réforme des retraites de passage au Sénat pendant 15 jours

Publié le 28/02/2023 - 10:06
Mis à jour le 28/02/2023 - 10:06

Après l’Assemblée nationale, c’est au tour du Sénat d’examiner le projet de réforme des retraites, à partir de mardi 28 février 2023 en commission, puis dès le 2 mars dans l’hémicycle. Une étape importante pour le gouvernement, qui cherche à obtenir le vote des Républicains, majoritaire à la chambre haute.

 © Sénat
© Sénat

Le gouvernement a voulu tendre la main aux sénateurs, jusqu’au dernier moment, en multipliant les gestes d’"ouverture" et les appels à "l’enrichissement" du projet de réforme des retraites, examiné en commission à compter de ce mardi 28 février 2023, puis en séance publique au Sénat dès le 2 mars. La majorité cherche en effet à convaincre la droite, majoritaire à la chambre haute, de voter son texte. Celui-ci n’ayant pas été soumis au vote des députés à l’issue de son examen houleux à l’Assemblée nationale, qui s’est achevé vendredi 17 février, c’est la version du projet de réforme telle qu’écrite par le gouvernement qui est soumise aux sénateurs.

15 jours au Sénat

Les sénateurs se lancent ce mardi dans l’examen du projet de réforme des retraites. Les débats seront limités à 15 jours et se termineront le dimanche 12 mars à minuit. La chambre haute a en effet décidé de siéger durant les deux week-ends qui figurent au calendrier de ces deux semaines, pour multiplier leurs chances d’examiner l’entièreté du texte en y consacrant le plus de temps possible.

Les débats s’annoncent plus apaisés que ceux qui se sont déroulés à l’Assemblée nationale. Et pour cause, la droite majoritaire est favorable à la réforme, tout comme les sénateurs du centre. Si elle est contre, la gauche a dit néanmoins souhaiter que les débats puissent atteindre l’article 7 du projet de réforme, consacré au report de l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans.

La majorité de droite favorable à la réforme

Outre sa réputation d’assemblée calme, voire compassée, le Sénat affiche un triple avantage pour l’exécutif : elle ne compte ni de parlementaire de La France insoumise, ni du Rassemblement national, ni d’Aurélien Pradié le député qui s’était opposé aux instances de LR, selon lui trop bienveillantes envers la macronie. Mieux : le patron des sénateurs socialistes, Patrick Kanner, a promis que le report de l’âge légal de départ à la retraite de 62 à 64 ans serait débattu et soumis au vote, comprendre sans "obstruction".

Samedi 25 février, dans les travées du Salon de l’agriculture, Emmanuel Macron a par ailleurs semblé donner presque un blanc-seing à son gouvernement pour toper avec Les Républicains lors des futurs débats de la réforme phare de son deuxième quinquennat. Il a en effet dit souhaiter que "le Sénat puisse enrichir" le texte "avec ce qui lui paraît utile".

Voter la réforme "après l’avoir modifiée"

Une main tendue présidentielle intervenue après que le patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau, avait indiqué dans un entretien au Parisien "souhaiter voter" la réforme "après l’avoir modifiée", en proposant notamment "soit une surcote de 5 % pour les mères de famille qui auraient atteint à la fois une carrière complète et l’âge légal, soit un départ anticipé à 63 ans".

Un appel auquel a répondu le ministre du Travail Olivier Dussopt dimanche 26 février, assurant que le gouvernement était "d’accord" pour modifier son texte en ce sens, parlant également d’une "surcote", sans en préciser le taux. S’ils parviennent à obtenir ces ajouts, les sénateurs Républicains devraient donc voter la réforme.

Mais l’issue du vote au Sénat, dimanche 12 mars, ne soldera pas définitivement le dossier de la réforme des retraites. Dès le lendemain de la fin de l’examen du texte au palais du Luxembourg, celui-ci sera soumis aux 14 parlementaires de la commission mixte paritaire. Celle-ci devra alors rédiger la version définitive du texte, qui sera ensuite soumis au vote des deux chambres.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Retraites 2023

Retraites : 3.000 manifestants (CGT) pour la 14e journée de mobilisation à Besançon

Sursaut de mobilisation ou épilogue de la contestation ? Les syndicats ont appelé ce mardi 6 juin 2023 à une quatorzième journée d'action contre la réforme des retraites, deux jours avant l'examen au Parlement d'une proposition de loi visant à abroger la réforme. À Besançon, le coup d’envoi de la mobilisation a été donné sur le parking Battant dès 14h pour une déambulation dans les rues de Besançon.

Retraites : pourquoi l’intersyndicale prévoit une journée de grève le 6 juin ?

Depuis le 1er mai dernier, les manifestations et journées de grève contre la réforme des retraites sont inexistantes laissant la place à d’autres mobilisations, notamment à Besançon. Alors pourquoi l’intersyndicale a-t-elle choisi le 6 juin pour sa 14e journée de mobilisation contre la réforme des retraites ?

1er mai : le programme des manifestations en Bourgogne Franche-Comté

Sur fond de grogne sociale dû à la réforme des retraites et l’inflation actuelle, la mobilisation de ce lundi 1er mai 2023 devrait atteindre des records. L’intersyndicale a appelé "l’ensemble des travailleuses et travailleurs, des jeunes et retraités à faire du 1er mai 2023 une journée de mobilisation exceptionnelle et populaire contre la réforme des retraites et pour la justice sociale". Voici le programme en Bourgogne Franche-Comté.

Politique

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Agriculteur : ”Le toilettage normatif ne signifie pas l’abandon de toute ambition en matière environnementale” selon le sénateur Rietmann

À l’occasion d’un débat sur l’avenir du modèle agricole français le 13 février 2024, Olivier Rietmann, sénateur LR de la Haute-Saône, a défendu une revendication nouvelle exprimée par les agriculteurs lors du récent mouvement de protestation : l’impératif de simplification administrative.

Magazine municipal de Besançon : une “propagande politique” selon L. Croizier et L. Fagaut

Suite à la parution de l’édition février/mars 2024 du magazine municipal Besançon votre ville, les élus du groupe Ensemble bisontins (Renaissance-Modem-Horizon) et du groupe LR Besançon maintenant ont exprimé leur stupéfaction, mercredi 14 février 2024, en dénonçant “le détournement du magazine de la ville à des fins de propagande politique”. Le dossier porte, ce mois-ci, sur le positionnement de la maire de Besançon, Anne Vignot, au sujet de la loi immigration. Une entrevue qui n’a pas laissé les groupe d’élus sans voix.

Pour la première fois, des Rencontres régionales du patrimoine en Bourgogne Franche-Comté

Jeudi 15 février 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise à la Cité internationale de la gastronomie et du vin, à Dijon, les premières Rencontres régionales du patrimoine, en présence de Marie- Guite Dufay, présidente de la Région, et de Nathalie Leblanc, vice-présidente à la culture et au patrimoine.

Élections européennes : plusieurs partis politiques se réunissent pour sensibiliser les jeunes à Besançon

Les élection européennes sont délaissées par bon nombre de citoyennes et de citoyens en France et à travers l’union. C’est pourquoi sept partis de gauche se réuniront pour sensibiliser les jeunes électeurs à ce temps démocratique jeudi 15 février 2024 à la faculté des lettres, rue Mégevand à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.04
légère pluie
le 26/02 à 12h00
Vent
2.37 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
66 %