Claude Jeannerot ne veut pas d’un «remake des Tontons flingueurs»

Publié le 10/12/2011 - 12:58
Mis à jour le 10/12/2011 - 22:30

Alors que le sénateur socialiste de Haute-Saône Yves Krattinger a annoncé l’éventualité d’une candidature sur la deuxième circonscription du Doubs, dévolue à l’écologiste Eric Alauzet et tellement convoitée par Jean-Louis Fousseret, le sénateur PS Claude Jeannerot appelle « à la raison et à la sagesse ».

« Sans doute mon collègue et ami Yves Krattinger veut-il mettre de l'humour en politique. Ainsi, il nous propose, un "remake" des "Tontons flingueurs" mâtiné d'atmosphère haut-saônoise ! Mais cette méthode sera-t-elle comprise de nos concitoyens confrontés aux graves difficultés du moment ? J'en doute. Il est temps de revenir à la raison et à la sagesse. En tous cas, ces polémiques trop nombreuses ne sont dignes, ni de la gauche, ni de l'espérance que nous incarnons », explique le président du conseil général du Doubs.

« Les Français attendent de nous que nous soyons unis et rassemblés avec François Hollande pour gagner les prochaines élections présidentielles et ensuite législatives. C'est le seul combat qui importe afin de porter un projet au service de nos concitoyens.

Certes, les discussions internes sont nécessaires : elles sont la marque de la démocratie. Sans doute des tensions et des désaccords sont-ils inévitables. Mais je veux rappeler que le Parti Socialiste a des instances locales et nationales. Celles-ci restent à mes yeux les seules légitimes, car elles sont l'émanation des militants. Nous devons donc leur faire confiance et garder notre cap. In fine, je soutiendrai celui ou celle qui sera régulièrement investi », conclut Claude Jeannerot.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.1
couvert
le 03/03 à 9h00
Vent
2.7 m/s
Pression
998 hPa
Humidité
87 %