Les communistes du Doubs disent "stop au racket sur les autoroutes"

Publié le 10/07/2015 - 12:03
Mis à jour le 10/07/2015 - 16:45

Le Parti communiste français (PCF) du Doubs a mené une opération de tractage au péage d'École-Valentin, ce vendredi matin 10 juillet 2015, pour dire "stop au racket sur les autoroutes" et demander la nationalisation des concessions autoroutières.

PUBLICITÉ

« Depuis leur privatisation en 2006, les sociétés d’autoroute font le bonheur?et le profit des principaux groupes du BTP qui en ont la concession. 15 milliards d’euros de bénéfices sont allés directement dans les poches des actionnaires », dénonce le PCF dans un communiqué.

« Depuis, les péages n’ont cessé d’augmenter. Sur 100 euros payés par les usagers, ce sont entre 20 et 24 euros qui vont directement dans les poches des actionnaires. En presque 10 ans, cela leur a rapporté 15 milliards d’euros de profits », affirme le parti.

Les parlementaires du PCF et du Front de gauche ont déposé une proposition de loi demandant la renationalisation des concessions d’autoroutes, qui a été refusée.

Selon le PCF, le rachat des concessions autoroutières « serait vite rentabilisé. Le bénéfice annuel des autoroutes est en effet de 2 milliards d’euros soit 40 milliards sur 20 ans ».

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

En Bourgogne-Franche-Comté, un quart des personnes sont en situation de vulnérabilité énergétique selon l’Insee. Pour chauffer convenablement leurs logements, les habitants doivent y consacrer une part importante de leur revenu. Actuellement, la part des ménages vulnérables est plus forte en Bourgogne-Franche-Comté qu’au plan national.

Redressement judiciaire des meubles Parisot : une réunion bientôt organisée à Bercy

Redressement judiciaire des meubles Parisot : une réunion bientôt organisée à Bercy

Installé à  Saint-Loup-sur-Semouse en Haute-Saône, le fabricant de meubles en kit a été placé à sa demande en redressement judiciaire le 5 juin 2019 par le tribunal de commerce de Dijon. Huit élus ont décidé de se mobiliser. A leur initiative, une réunion se tiendra prochainement à Bercy.

Du bio et du frais à la case de Sophie

Du bio et du frais à la case de Sophie

Depuis le 2 mai 2019, un nouveau salon de thé a ouvert ses portes au marché couvert "Beaux Art" au centre-ville de Besançon. La case de Sophie, propose crêpes, galettes, tartes, salades et autres produits frais et issus de l’agriculture biologique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.76
nuageux
le 16/06 à 3h00
Vent
2 m/s
Pression
1022.52 hPa
Humidité
98 %

Sondage