Les Pompes funèbres de France boycottent La Poste

Publié le 03/02/2014 - 18:36
Mis à jour le 04/02/2014 - 16:17

Suite à des incidents survenus lors de transports d’urnes funéraires, les Pompes funèbres de France invitent les professionnels de ce domaine à ne plus envoyer de colis de la sorte aux familles des défunts par La Poste dans une note mensuelle du mois de janvier 2014.

 ©
©

"Au cours de l'année 2013, des entreprises  de pompes funèbres nous ont alerté sur des problèmes rencontrés lors du transport d'urnes funéraires par la poste. Notamment des cendres se déverssant du colis livré par la poste, l'urne s'était ouverte et les scellés manquants. Les familles ont été extêmement choquées de constater que les cendres de leur défunt étaient ainsi éparpillées, sans respect ni décence bien qu'elles avaient accepté le principe de transport proposé.

L'article 16-1-1 du code civil nous précise : "Le respect dû au corps humain ne cesse pas avec la mort. Les restes des personnes décédées, y compris les cendres de celles dont le corps a donné lieu à crémation, doivent être traités avec respect, dignité et décence."

(...)

N'acceptez plus ce mode de transport, même si une famille vous le demande, et même si la Législation Funéraire ne l'interdit pas de manière précise. Une personne crématisée a droit à un minimum de respect. Le transport par un membre ou un véhicule funéraire est le minimum que nous puissions faire pour la dignité du défunt.(...)"

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : rencontre avec des étudiants kanaks à Besançon

Depuis le 17 mai 2024, la Nouvelle-Calédonie fait face à de violentes émeutes. A l'origine, une proposition de loi constitutionnelle qui modifierait le corps électoral instauré en 1998 avec les accords de Nouméa. Le peuple kanak, exprime son désaccord envers cette réforme. Pour mieux comprendre ces insurrections néocalédoniennes, nous avons rencontré quatre jeunes kanaks, venus à Besançon pour leurs études.

Ancienne maternité La Mère et l’Enfant à Besançon : des architectes s’élèvent contre sa démolition

Alors que l’anciennne maternité La mère et l’enfant située sur le site de l'hôpital Saint-Jacques à Besançon va être démoli à partir du 25 mai 2024, des architectes et membres de la Maison de l’architecture de Franche-Comté s’élèvent contre sa disparition dans un communiqué du vendredi 24 mai. Il considère que ce bâtiment comme remarquable.

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

“La question n’est pas uniquement la défense des droits, mais aussi leur promotion” (Amnesty International)

Du 17 au 20 mai 2024, l’hôtel de Ville de Besançon accueille l’exposition "We want to break free*". Elle sera ensuite déplacée à la médiathèque Pierre Bayle jusqu’au 1er juin. Sébastien Tüller, responsable de la commission orientation sexuelle et identité de genre d’Amnesty International, nous en parle…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.76
légère pluie
le 24/05 à 21h00
Vent
1.17 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
85 %