Les régions Franche-Comté et Bourgogne empruntent ensemble pour les lycées

Publié le 11/12/2014 - 20:43
Mis à jour le 12/04/2019 - 13:44

C'est une première en France. Les deux présidents des régions, qui avaient déjà été les premiers à se prononcer favorablement à la fusion des deux régions en avril dernier, ont signé ce jeudi 11 décembre 2014 à Dijon un emprunt commun de 200 millions d'euros en faveur des lycées avec la Banque européenne d'investissement (BEI). Une signature en présence d'Harlem Désir, secrétaire d'État aux affaires européennes.

 ©
©

Les présidents PS de Franche-Comté et de Bourgogne, Marie-Guite Dufay  et François Patriat, passent décidément beaucoup de temps ensemble. Logique, les deux régions fusionneront au 1er janvier 2016. Mercredi à l'Élysée, ils remettaient ensemble au président de la République le "livre blanc" des 15 propositions pour réussir la fusion. Ce jeudi, ils étaient à nouveau ensemble à Dijon pour signer l'emprunt de la BEI. 

Un emprunt de 200 millions pour 400 millions d'euros de travaux

La Banque européenne d'investissement s'est engagée à prêter à des conditions préférentielles 100 millions d'euros à chacun des deux Conseils régionaux pour financer un programme de travaux de près de 400 millions d'euros dans les lycées, les centres de formation d'apprentis et les instituts de formation en soins infirmiers. 

Ces travaux devront être terminés d'ici 2019 et concernent 62 établissements scolaires en Bourgogne et 26 établissements en Franche-Comté, a indiqué Philippe de Fontaine Vive, vice-président de la BEI. "C'est la première fois que nous prêtons à deux régions en commun", a-t-il indiqué en soulignant que ce prêt a été conçu "dans le cadre de la fusion" des deux régions, un projet lancé localement dès avril 2014, et que le Parlement s'apprête à valider.

MG Dufay : "Avec la Bourgogne, nous sommes plus forts en Franche-Comté pour investir ensemble et préparer l’avenir avec l’aide de l’Europe"

La présidente de Franche-Comté, Marie-Guite Dufay (PS), a expliqué que les deux collectivités "devaient être ensemble pour atteindre une taille critique, sinon les portes de la BEI ne se seraient pas ouvertes (…) Avec la Bourgogne, nous sommes plus forts en Franche-Comté pour investir ensemble et préparer l’avenir avec l’aide de l’Europe".

Un premier acte de gouvernance commune

Avec cette signature, "nous concrétisons un acte de gouvernance commune", a estimé son homologue bourguignon, François Patriat (PS). Le secrétaire d'État aux affaires européennes, Harlem Désir, qui a assisté à la signature, a salué le "dynamisme" des deux régions qui pourront "créer, étendre ou rénover, dans le respect des exigences environnementales", leurs établissements scolaires.

La signature a eu lieu en présence d’Harlem Désir, secrétaire d’État aux affaires européennes. "L’accord signé aujourd’hui entre la Banque européenne d’investissement et les régions Bourgogne et Franche-Comté témoigne une fois de plus du potentiel d’intervention que tire la BEI de l’augmentation de son capital de 10 milliards d’euros, approuvée dans le Pacte européen pour la croissance et l’emploi qu’a porté le président de la République en juin 2012. Sur les cinq prochaines années, des dizaines de lycées, de centres de formation en apprentissage et d’autres infrastructures éducatives seront ainsi créés, étendus ou rénovés, dans le respect des exigences environnementales. L’exemplarité de ces actions incite à aller plus loin encore. C’est le sens du plan européen d’investissement que le Conseil européen devrait approuver dans les prochains jours…" a-t-il conclu.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Poutine salue un sommet « constructif » avec Biden mais n’annonce rien

Le président russe Vladimir Poutine a jugé mercredi 16 juin 2021 que son premier sommet avec son homologue américain Joe Biden avait été constructif, "sans animosité", mais n'a pas annoncé d'initiative concrète. Les deux hommes se sont retrouvés à Genève pour essayer d'apaiser les tensions très fortes entre les deux pays.

Régionales en Bourgogne-Franche-Comté : quel candidat répond le mieux à l’urgence climatique ?

+ Réaction EELV • Le Réseau Action Climat a publié ce jeudi 17 juin une analyse des programmes des quatre principaux candidats pour la Région Bourgogne-Franche-Comté, au regard de leurs propositions pour faire face à l’urgence climatique et sociale. Alors que Marie-Guite Dufay (PS-PCF) et Denis Thuriot (LREM) proposent "des programmes insuffisants", Gilles Platret (LR) et Julien Odoul (RN) "sont largement à la traîne et ne tiennent visiblement pas compte de l’urgence climatique", selon l'étude.

Régionales Bourgogne-Franche-Comté : le portrait et le programme de Gilles Platret

CANDIDAT N°7 • Gilles Platret a 48 ans. Depuis 2014, il est maire de Chalon-sur-Saône et conseiller régional à la Région Bourgogne Franche-Comté depuis 2015. Il est également vice-président du parti Les Républicains. Cette année, il se présente en tête de liste pour les élections régionales avec "Pour les Bourguignons et les Francs-Comtois" (LR-Debout la France-UDI).

Régionales Bourgogne-Franche-Comté : le portrait et le programme de Stéphanie Modde

Candidate n°6 •

Stéphanie Modde a 53 ans. Présidente du groupe des élus écologiste a 10 ans, Elle a intégré les Verts en 1995. Depuis, elle n'a eu de cesse de faire de l'écologie politique son étandard avec une vision sociale clairement affichée à gauche. Avec sa liste  "Écologistes et Solidaires", Stéphanie Modde dit vouloir porter une écologie ambitieuse pour la Bourgogne Franche-Comté.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 26.39
nuageux
le 18/06 à 12h00
Vent
2.31 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
27 %

Sondage