Les régions Franche-Comté et Bourgogne empruntent ensemble pour les lycées

Publié le 11/12/2014 - 20:43
Mis à jour le 12/04/2019 - 13:44

C’est une première en France. Les deux présidents des régions, qui avaient déjà été les premiers à se prononcer favorablement à la fusion des deux régions en avril dernier, ont signé ce jeudi 11 décembre 2014 à Dijon un emprunt commun de 200 millions d’euros en faveur des lycées avec la Banque européenne d’investissement (BEI). Une signature en présence d’Harlem Désir, secrétaire d’État aux affaires européennes.

 ©
©

Les présidents PS de Franche-Comté et de Bourgogne, Marie-Guite Dufay  et François Patriat, passent décidément beaucoup de temps ensemble. Logique, les deux régions fusionneront au 1er janvier 2016. Mercredi à l'Élysée, ils remettaient ensemble au président de la République le "livre blanc" des 15 propositions pour réussir la fusion. Ce jeudi, ils étaient à nouveau ensemble à Dijon pour signer l'emprunt de la BEI. 

Un emprunt de 200 millions pour 400 millions d'euros de travaux

La Banque européenne d'investissement s'est engagée à prêter à des conditions préférentielles 100 millions d'euros à chacun des deux Conseils régionaux pour financer un programme de travaux de près de 400 millions d'euros dans les lycées, les centres de formation d'apprentis et les instituts de formation en soins infirmiers. 

Ces travaux devront être terminés d'ici 2019 et concernent 62 établissements scolaires en Bourgogne et 26 établissements en Franche-Comté, a indiqué Philippe de Fontaine Vive, vice-président de la BEI. "C'est la première fois que nous prêtons à deux régions en commun", a-t-il indiqué en soulignant que ce prêt a été conçu "dans le cadre de la fusion" des deux régions, un projet lancé localement dès avril 2014, et que le Parlement s'apprête à valider.

MG Dufay : "Avec la Bourgogne, nous sommes plus forts en Franche-Comté pour investir ensemble et préparer l’avenir avec l’aide de l’Europe"

La présidente de Franche-Comté, Marie-Guite Dufay (PS), a expliqué que les deux collectivités "devaient être ensemble pour atteindre une taille critique, sinon les portes de la BEI ne se seraient pas ouvertes (…) Avec la Bourgogne, nous sommes plus forts en Franche-Comté pour investir ensemble et préparer l’avenir avec l’aide de l’Europe".

Un premier acte de gouvernance commune

Avec cette signature, "nous concrétisons un acte de gouvernance commune", a estimé son homologue bourguignon, François Patriat (PS). Le secrétaire d'État aux affaires européennes, Harlem Désir, qui a assisté à la signature, a salué le "dynamisme" des deux régions qui pourront "créer, étendre ou rénover, dans le respect des exigences environnementales", leurs établissements scolaires.

La signature a eu lieu en présence d’Harlem Désir, secrétaire d’État aux affaires européennes. "L’accord signé aujourd’hui entre la Banque européenne d’investissement et les régions Bourgogne et Franche-Comté témoigne une fois de plus du potentiel d’intervention que tire la BEI de l’augmentation de son capital de 10 milliards d’euros, approuvée dans le Pacte européen pour la croissance et l’emploi qu’a porté le président de la République en juin 2012. Sur les cinq prochaines années, des dizaines de lycées, de centres de formation en apprentissage et d’autres infrastructures éducatives seront ainsi créés, étendus ou rénovés, dans le respect des exigences environnementales. L’exemplarité de ces actions incite à aller plus loin encore. C’est le sens du plan européen d’investissement que le Conseil européen devrait approuver dans les prochains jours…" a-t-il conclu.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Effondrement rue de Vesoul : Laurent Croizier demande la mise en place “d’un mécanisme d’aide financière pour les commerces en difficultés”

Suite à l’effondrement de la chaussée survenu le 25 février dernier rue de Vesoul à Besançon, le député du Doubs alerte ce mois de mai 2024 sur l’avenir des commerces. A ce titre, il demande qu’une aide soit mise en place…

La ministre Fadila Khattabi se rendra au Breuil et à Chalon-sur-Saône ce vendredi 17 mai

Fadila Khattabi, ministre chargée des personnes âgées et des personnes handicapées, sera, ce vendredi 17 mai 2024, en visite en Saône-et-Loire, pour visiter l’ESAT du Breuil, faire une déambulation dans le centre-ville de Chalon-sur-Saône, participer à une table ronde sur le Fonds territorial d’accessibilité et assister à un match de playoff de basket fauteuil.

Européennes : le ministre Jean-Noël Barrot sera présent à Belfort ce vendredi 17 mai

Dans le cadre des élections européennes, Christophe Grudler, député européen et candidat sur la liste ''Besoin d'Europe'' a invité Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de l'Europe pour une réunion publique qui se tiendra à Belfort le vendredi 17 mai 2024 à partir de 18h30 à la Maison du Peuple.

Élections européennes : les candidats invités à débattre sur les questions agricoles dans une ferme du Jura

Dans le cadre des prochaines élections européennes qui auront lieu le 9 juin 2024, les Jeunes agriculteurs de la région Bourgogne-Franche-Comté et la FRSEA invitent les candidats à débattre de leur programme autour des questions agricoles au sein d’une exploitation située à Saint-Baraing. 

Demande de protection fonctionnelle à Anne Vignot lors du prochain conseil municipal

Durant le prochain conseil municipal qui aura lieu jeudi 16 mai 2024, les élus seront amenés à délibérer sur l'octroi de la protection fonctionnelle à la Maire de Besançon suite aux propos violents et menaçants reçus personnellement sur les réseaux sociaux à la suite de son dépôt de plainte contre l’action du collectif Némésis menée durant le carnaval de Besançon le 7 avril dernier. 

Anne Vignot sur les relations entre Besançon et Dijon : ”On n’est pas des copains, mais…” 

EXCLUSIVITÉ • Lors de l’inauguration de l’exposition Made in Germany au musée des Beaux-Arts de Besançon le 3 mai dernier, c’était la première fois que l’on voyait les maires de Besançon et Dijon réunis dans un même projet, voire complices, avec des discours positifs et élogieux l’un envers l’autre. On le sait, les relations entre les maires de Besançon et de Dijon n’ont jamais été particulièrement au beau fixe, alors qu’en est-il dans les coulisses ? Les élu(e)s d'une région doivent-ils forcément s'entendre et collaborer ? On a rencontré Anne Vignot pour en parler...

Remplacer la place de la Révolution par la place Charles Quint : la proposition du MFC rejetée

Fin 2023, la Ville de Besançon a mis en place des ”Ateliers citoyens” permettant aux Bisontin(e)s de faire des propositions sur tout sujet concernant la vie locale. Celles ayant obtenu le plus de suffrages, lors d'un vote en ligne du 15 mai au 5 juin, feront alors l'objet d'un vote en conseil municipal. Mais la proposition du Mouvement Franche-Comté est jugée irrecevable.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 9.84
couvert
le 20/05 à 3h00
Vent
1.39 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
95 %