L'intersyndicale des policiers du Doubs boycotte la commission hygiène, sécurité et conditions de travail

Publié le 27/11/2016 - 17:47
Mis à jour le 27/11/2016 - 22:48

"Depuis des mois, des années", à l’occasion des commissions hygiène et sécurité et des comités techniques des services déconcentrés, l'intersyndicale a tenté d’alerter les préfets et les directeurs départementaux successifs à propos de, "l’épuisement physique et nerveux des policiers, des conditions de travail déplorables (locaux à l’image du commissariat de Montbéliard, matériels, équipements) et du management archaïque (gestion des ressources humaines, manque de reconnaissance et de considération de la hiérarchie)", est-il indiqué dans un communiqué du 25 novembre 2016.

 ©
©

Pour les syndicats, voici les sujets qui demandent "une réponse concrète et rapide" :

  • amélioration des conditions de travail (locaux, matériel et équipements)
  • Révision des conditions de la légitime défense en commençant par un alignement sur les textes applicables en gendarmerie. La sécurité ne doit plus être hypothéquée par la crainte du Policier à sortir et à utiliser son arme.
  • Obtenir des réponses pénales adaptées et exemplaires en rapport avec la criminalité et la délinquance toujours plus violentes en général, et envers les agresseurs de policiers en particulier.
  • Alléger réellement la procédure pénale, mesure qui reste pour le moment dans l’effet d’annonce. La réalité montre au contraire un alourdissement continu de la procédure (cf la loi du 3 juin 2016, entrée en vigueur le 15 novembre 2016), accentuant toujours un peu plus la démotivation des enquêteurs. Le déséquilibre entre les droits des auteurs et les pouvoirs des policiers est désormais abyssal et les privent d’efficacité.
  • Prendre toute disposition afin que le travail des policiers ne soit plus remis en cause par certains magistrats défiants vis à vis des forces de l’ordre. L’erreur est humaine et les comportements fautifs restent exceptionnels dans le travail quotidien des policiers. A l’instar de ce qui se passe dans d’autres pays européens, la règle doit être la confiance vis à vis du policier.
  • Recentrer le Policier sur son cœur de métier en supprimant définitivement et sans condition les tâches indues.
  • Systématiser les patrouilles à 3 fonctionnaires, quel que soit le lieu, en privilégiant la sécurité au taux d’occupation de la voie publique et au nombre de patrouilles.
  • Mettre fin au management archaïque avec une hiérarchie qui connaîtrait enfin le métier de ses subordonnés et prendrait ses responsabilités en termes de gestion des ressources humaines (gestion des congés etc)
  • Revoir la politique de formation continue en habilitant tous les policiers aux armes (létales et non létales) disponibles dans leur direction d’emploi. Parallèlement, établir un programme d’acquisition de ces armes afin qu’elles soient disponibles en nombre suffisant.

L’intersyndicale Alliance Police Nationale, Synergie Officiers, SNAPATSI (CFE/CGC), Unité SGP/FO et FPIP ont donc décidé de boycotter la commission hygiène, sécurité et conditions de travail, ainsi que le comité technique des services déconcentrés de ce jour "afin d’exprimer leur mécontentement face au comportement de l’administration qui semble n’avoir découvert  que récemment les problématiques exposées depuis de nombreuses années, de manière récurrente par les syndicats. L’intersyndicale départementale apporte ainsi son soutien à la colère exprimée par les policiers."

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Une marche militante contre l’homophobie et la transphobie le 21 mai à Besançon

Les agressions liées à l’orientation sexuelle sont en hausse depuis plusieurs années en France comme partout dans le monde. Face à cette recrudescence des agressions lgbtqiaphobes, des associations bisontines ont décidé de se rendre visibles à l’occasion du mois des fiertés lors d’une marche militante qui se déroulera samedi 21 mai 2022 à Besançon.

Nutri-score D et E : « Gare aux fausses interprétations ! » alerte l’UFC Que Choisir

L'UFC Que choisir organise ce mois de mai 2022 une campagne de communication en faveur du Nutri-score, étiquetage affichant la qualité nutritionnelle des produits alimentaires. L’association met en garde sur les mauvaises interprétations, notamment sur les aliments traditionnels de Bourgogne-Franche-Comté.

Développement d’un « engagement différencié » chez les sapeurs-pompiers du Doubs 

Le service départemental d’incendie et de secours du Doubs (SDIS 25) organise ce samedi 7 mai 2022 un séminaire à destination de tous les chefs de centre d’incendie et de secours du corps départemental sur la thématique de l’engagement différencié. Zoom sur ces missions ciblées avec Charles Claudet, chef du cabinet du chef de corps départemental des sapeurs- pompiers du Doubs.

Radio Bip cambriolée à Besançon : un appel aux dons pour racheter du matériel

Dans la nuit de dimanche 1er à lundi 2 mai, la veille de la journée internationale de la liberté de la presse, les locaux de Radio Bip situés rue de la Viotte à Besançon ont été cambriolés. Pas moins de 11.000€ de matériel ont été emportés par les malfaiteurs. La radio associative lance une cagnotte en ligne pour racheter le matériel qui ne serait pas pris en compte par les assurances.

L’Horloge Parlante va disparaître le 1er juillet

L'"Horloge Parlante", premier système automatisé au monde du genre, destiné à donner l'heure légale française via un appel téléphonique, sera arrêté le 1er juillet 2022, a annoncé mardi 4 mai 2022 Orange, l'opérateur historique des télécommunications dans le pays.
Offre d'emploi

Foire Comtoise 2022

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.1
nuageux
le 17/05 à 6h00
Vent
1.15 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
97 %

Sondage