Liquidation de MBF : une enquête ouverte après des "mouvements de fonds suspects"

Publié le 24/06/2021 - 18:04
Mis à jour le 24/06/2021 - 18:05

Une enquête pour "abus de biens sociaux" a été ouverte dans le cadre de la liquidation judiciaire de la fonderie automobile MBF Aluminium, en raison notamment "de mouvements de fonds suspects", a annoncé jeudi le procureur de la République de Lons-le-Saunier, Lionel Pascal.

 © CC1 FBK JMS
© CC1 FBK JMS

"A l'occasion de la procédure devant le tribunal de commerce, il était fait état de mouvements de fonds suspects de la société MBF vers d'autres entités économiques ainsi que de rémunérations non proportionnées aux résultats de l'entreprise et bénéficiant au dirigeant ou à ses proches", a précisé M. Pascal dans un communiqué.

Le tribunal de commerce de Dijon a prononcé mardi la liquidation de l'entreprise jurassienne, qui employait 270 salariés. Le parquet de Lons-le-Saunier avait ouvert cette enquête dès le mois d'avril, a encore indiqué le procureur. "Nous en sommes au niveau des vérifications".

Par rapport aux mouvements de fonds suspects, il faut notamment voir "d'où ils viennent, où ils vont et s'ils ont une raison d'y aller", a-t-il ajouté. Par ailleurs, "une des parties à la procédure a fait état de niveaux de rémunération du dirigeant et de ses proches non proportionnés au résultat de l'entreprise, nous vérifions également", a-t-il poursuivi. "Il faut voir si les éléments sont corroborés matériellement et conforme ou non aux intérêts de la société".

Créée dans l'immédiat après-guerre, la fonderie MBF Aluminium, qui fabrique carters de moteurs et pièces de boîte de vitesse, avait été placée en redressement judiciaire début novembre, faute de pouvoir rembourser ses dettes.

Sa direction, représentant les actionnaires - le britannique CMV et un entrepreneur italien -, avait été écartée par le tribunal de commerce durant le redressement, avec nomination d'un administrateur judiciaire.

Mardi, le tribunal n'a pas retenu l'unique offre de reprise, portée par l'entrepreneur français Michaël Azoulay. Selon un observateur du dossier, ce projet qui prévoyait la reprise d'un peu plus de 200 salariés a été jugé insuffisant en termes de garanties financières et il a été fragilisé par l'absence d'engagements de commandes des principaux clients de l'entreprise, Renault et PSA (Stellantis).

Les syndicats ont dénoncé la "passivité" de Renault et PSA (Stellantis), qui étaient les plus gros clients de l'entreprise, et de l'Etat, dont ils espéraient une aide au sauvetage de plusieurs millions d'euros.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Crise et enjeux environnementaux : le Grand Besançon et la FRTP Bourgogne-Franche-Comté main dans la main

Une rencontre s'est déroulée mardi 20 juillet entre représentants de la Fédération Régionale des Travaux Publics de Bourgogne-Franche-Comté et de Grand Besançon Métropole. Objectif : faire le point sur la situation des entreprises des travaux publics et leurs inquiétudes alors que la crise économique affaiblit lourdement les entreprises dans ce domaine.

102 M€ d’aides régionales votés par les élus de la Région Bourgogne Franche-Comté

Réunis en commission permanente, vendredi 23 juillet, les élus régionaux ont voté plus de 102,2 M€ d’aides régionales. Une partie de ces crédits concerne des aides d’urgence et le Plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR) mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de COVID-19.

France Relance : la transformation du plus grand campus de Besançon pour 80 millions d’euros

La présidente de l’université de Franche-Comté Macha Woronoff, a reçu le 22 juillet dernier le recteur de l'académie de Besançon, Jean-François Chanet ainsi que la maire de Besançon, Anne Vignot, pour une visite et une projection des deux opérations labellisées France Relance dans le cadre du projet de réhabilitation du campus Bouloie - Temis.

La chambre d’agriculture de Bourgogne Franche-Comté demande l’abattage « systématique » du loup près d’un élevage

Suite à plusieurs attaques de loups sur des élevages de bétails, la chambre d'agriculture de Bourgogne Franche-Comté, dans un communiqué du 23 juillet, demande aux pouvoirs publics de prendre "toutes les mesures nécessaires" pour stopper le retour du loup et l'abattage "systématique" de cet animal dès les premiers signes de présence à proximité d'élevages.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 22.95
partiellement nuageux
le 29/07 à 18h00
Vent
0.44 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
36 %

Sondage