Lutte des intermittents et précaires : "une bataille entre le travail et le capital" selon Edwy Plenel

Publié le 05/12/2014 - 14:54
Mis à jour le 15/04/2019 - 14:12

Le Centre dramatique nationale de Franche-Comté recevait, ce jeudi 4 décembre, quatre personnalités venues pour parler de la situation des intermittents du spectacle et des personnes en situation de précarité. Sur scène : Edwy Plenel, co-fondateur de Médiapart, Samuel Churin, comédien et membre de la CIP d’Ile-de-France et du comité de suivi de la réforme d’assurance chômage des intermittents, Mathieu Grégoire, sociologue et Marie-José Sirach, journaliste au service culture à l’Humanité. 150 personnes ont assisté à la rencontre. 

Après un rapide rappel des événements produits en 2003 lorsque le festival d'Avignon a été annulé alors que le gouvernement de l'époque était de droite, Marie-José Sirach a raconté une situation presque similaire qui s'est produite dans le cadre du même festival en juillet 2014 sous un gouvernement de gauche. Le festival d'Avignon n'a alors pas été annulé, mais des grèves ponctuelles se sont organisées. 

"C'est un véritable massacre" 

Samuel Churin a par la suite raconté son expérience en tant que membre du comité de suivi de la réforme d'assurance chômage des intermittents, notamment avec Pierre Gattaz (Medef), les syndicats CGT, CFDT, FO et CFTC. Il a d'ailleurs dénoncé une atmosphère tendue lorsque "Michel Sapin, alors ministre du Travail, a téléphoné à Pierre Gattaz lors de la "négociation sociale" en octobre 2014, FO (représenté par Stéphane Lardy) et la CFDT (représentée par Véronique Descacq) héritent du texte qui sera voté. Mais pas la CGT, exclue des tractations off. Quand les discussions ont repris quelques heures plus tard, seule la CGT découvre le texte. À minuit passé, la nouvelle convention qui valide la réforme des activités réduites et la mise en oeuvre des droits rechargeables obtient finalement la majorité des votes des salariés  : CFDT, FO et la CFTC."

Le comédien a également indiqué que "86% des embauches se font en contrat à durée déterminée" et 6 chômeurs sur 10 ne sont pas indemnisés". Samule Churin commente : "c'est un véritable massacre". 

Intermittents, femmes de ménage, pigistes… 

Mathieu Grégoire, sociologue, maître de conférences à l'université de Picardie-Jules Verne, et auteur de Les intermittents du spectacle : enjeux d'un siècle de luttes (éditions La Dispute), il a indiqué que le problème du "mitage" de l'emploi ne touche pas uniquement les intermittents, mais toute la population en citant l'exemple de la femme de ménage qui travaille un peu le matin ou un le soir et qui doit réussir à réunir 35 heures par semaine ou des journalistes pigistes. Par ailleurs, le sociologue a souligné la solidarité régnant dans la mobilisation de la Coordination des intermittents et précaires qui doit réunir tout le monde et qui pense à toutes les catégories de chômeurs, y compris les B et C "dont on parle peu aujourd'hui" selon Samuel Churin. 

"Une bataille entre le travail et le capital"

Edwy Plenel est revenu sur l'objectif de l'article qu'il a écrit et publié sur Médiapart en juillet 2014 qui était de "rassembler" parce que cette situation "nous concerne tous". Le journaliste a également précisé que son article devait servir à dire que dans l'expérience de la vie des intermittents et précaires, il y a un "laboratoire" et une "invention", une "création" dans une "bataille entre le travail et le capital" tandis que nous sommes dans une "révolution industrielle", "la troisième de notre modernité" selon E. Plenel. Par ailleurs, il a déclaré que le modèle de l'emploi stable et unique "a fait son temps". "Aujourd'hui, un métier ne fait plus une carrière, on ne reste plus dans la même entreprise toute une vie, aujourd'hui des potentialités sont ouvertes". Il a précisé que 1 sans domicile fixe parisien sur 5 est salarié.

Edwy Plenel a également remarqué que nous sommes dans un pays "qui fait le plus honte" dans la syndicalisation. 8% des salariés en France sont syndicalisés. Pour lui, "les syndicats ont perdu leur légitimité première". Il n'a pas manqué de citer Lip dans son discours.

Le débat s'est terminé vers 23 heures.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

lip

Les montres Lip sur le marché chinois début 2018

La marque horlogère française Lip, fondée il y a 150 ans à Besançon, fera son entrée début 2018 sur le marché chinois via les plateformes de e-commerce, a-t-on appris ce mardi 5  décembre 2017 auprès de l’entreprise SMB qui exploite la marque Lip et qui est basée à Châtillon-le-Duc dans le Grand Besançon. 

Une montre Lip vue au poignet du Premier ministre…

Dimanche 5 novembre 2017, les téléspectateurs qui ont regardé l’émission Au Tableau ! sur C8 avec le Premier ministre comme invité interrogé par les élèves, auront peut être constaté qu’il portait une montre Lip. Et il n’est pas la seule personnalité à porter un bijoux de la marque…

Myriam El Khomri incite à consommer “Made in France” pour l’emploi

En marge de sa visite de l’entreprise horlogère SMB près de Be (Doubs) qui a récemment repris la marque Lip, la ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du dialogue social s’est voulue rassurante sur les indicateurs économiques du pays et s’est clairement positionné en faveur du Made in France.

Social

Musée d’Arts et du Temps : “Nous sommes inquiets pour la santé des agents” (intersyndicale)

Emmanuelle Monnin pour le syndicat Sud CT 25, accompagnée de Sophie Caron, pour Force ouvrière a indiqué "être inquiète" pour les agents, notamment suite à des problèmes de management de la part de Laurence Madeline, la directrice des musées d’arts et du Temps. L’intersyndicale lance également un appel à la maire de Besançon…

Mineurs isolés étrangers : Sol Mi Ré alerte sur la non-scolarisation de plus d’une soixantaine de jeunes à Besançon

Lors d’une conférence de presse le 10 avril 2024 devant l’inspection académique du Doubs à Besançon, le Collectif Solmiré a alerté sur la situation ”de plusieurs dizaines de jeunes non-pris en charge comme mineurs et non-scolarisés à ce jour” par l'Académie de Besançon.

Une manifestation contre la répression des free party à Besançon

Suite à une initiative nationale lancée par le compte Instagram ”Tekno anti-répression”, le collectif Franche-Comtek appelle à manifester dans les rues de Besançon samedi 13 avril 2024. Objectif : protester contre ”la politique répressive que mène l’Etat à l’encontre des free party depuis plus de 30 ans et plus particulièrement ces cinq dernières années.”

Problèmes de management au musée des Beaux-arts ? Les syndicats en grève le 12 avril

Mise à jour • Les syndicats Sud-Solidaires et FO organisent une manifestation vendredi 12 avril 2024 à 10h00 devant le musée des Beaux-Arts de Besançon afin de dénoncer des "dysfonctionnements liés au management" de la nouvelle directrice des Musées d’arts et du temps. Pour rappel, Laurence Madeline est en poste depuis un an.

Besançon : les professionnels du secteur social et médico-social dans la rue

Les personnels du DAHIS (dispositif d'accueil, d'hébergement et d’insertion sociale) de l'AHS FC (association d’hygiène sociale), qui regroupe les CADA (centre d'accueil des demandeurs d’asile) mais aussi les dispositifs mineurs non accompagnés, se sont réunies à 13h00 au 16 rue Gambetta à Besançon devant le siège du DAHIS. Ils ont ensuite rejoint la mobilisation intersyndicale à l’esplanade des droits de l’homme. Le cortège s’est rendu devant la préfecture afin de transmettre une pétition aux autorités. Cette dernière a recueilli 900 signatures, nous indique la CGT.

“Stop à la maltraitance sociale !” : l’intersyndicale appelle à la mobilisation jeudi à Besançon 

Dans le cadre d’un appel national à la grève jeudi 4 avril 2024, l’intersyndicale (CGT, FO et SUD) sera mobilisée à partir de 13h00 rue Gambetta à Besançon aux côtés du centre d'accueil demandeurs d’asile. Le cortège retrouvera à 14h00 les autres manifestants à l’esplanade des droits de l’Homme.

Réforme du “choc des savoirs” : le Snes-FSU dénonce un “tri social” des élèves

Les syndicats Snes-Fsu et Sud Éducation, accompagnés de quelques enseignants, se sont mobilisés mardi 2 avril 2024 devant le rectorat de Besançon afin de s’opposer à la réforme du "choc des savoirs" annoncée par Gabriel Attal lorsqu’il était ministre de l’Éducation nationale.

Assurance-chômage : AC ! Agir ensemble contre le chômage propose deux ateliers gratuits pour les chômeurs

Suite aux annonces du Premier ministre Gabriel Attal le 27 mars 2024 prévoyant un durcissement des règles de l’assurance-chômage, le mouvement AC ! Agir ensemble contre le chômage invite les personnes sans emploi à bénéficier de deux ateliers gratuits et à participer à l’organisation de ”la riposte”, mais aussi à se mobiliser le 4 avril à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 25.99
nuageux
le 14/04 à 12h00
Vent
2.98 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
49 %